Thierry Amalou et Boris Nogues (sous la direction de), Les universités dans la ville, XVIe-XVIIIe siècles, PUR, 2013 (CR Emmanuelle Picard)

Thierry Amalou et Boris Nogues (sous la direction de), Les universités dans la ville, XVIe-XVIIIe siècles, PUR, 2013 (Emmanuelle Picard)

 

Si l’institution universitaire est urbaine, en France mais aussi en Europe, depuis le Moyen Âge, au point comme le rappelle l’introduction que toutes les définitions de l’institution académique l’inscrivent dans la ville, la relation entre ville et université n’est ni simple, ni unilatérale. Ni simple partie du bâti urbain de la ville, ni corporation professionnelle traditionnelle, investie d’une fonction universelle de collation des grades, déterminant un horizon bien plus large que l’agglomération dans laquelle elle se développe, l’université n’en doit pas moins s’inscrire dans les destins sociaux et matériels du monde urbain auquel elle appartient. Si les relations de tension entre pouvoir urbain et pouvoir académique, ou les désordres causés par les chahuts étudiants, sont autant de thèmes bien documentés, bien d’autres aspects de cette relation complexes n’ont encore été que peu traités par les historiens des universités, plus enclins à considérer l’institution pour elle-même, en lui accordant un statut d’espace social délocalisé, ou plutôt « stato-centré », dans laquelle l’analyse de l’échelle locale et urbaine est rarement convoquée.

Dans la perspective de renouveler le regard sur les relations entre les institutions universitaires et les villes où elles se développent, les auteurs de l’ouvrage se sont donnés comme ambition d’interroger « les effets concrets ou symboliques d’une présence universitaire dans une ville donnée » (p. 14), les tensions (chahuts), les bénéfices (prestige, flux d’étudiants), les gains économiques ou intellectuels ; en tenant compte de la double temporalité, qui n’est ni strictement parallèle, ni strictement discordante, des villes et des institutions universitaires. Si les premières croissent et affirment leur poids économique et politique, les secondes, après une période faste au XVIe siècle, entrent dans une phase marquée par l’affaiblissement de leur rôle social et intellectuel. A tel point que les capitales économiques et culturelles du XVIIIe siècle ne sont que très rarement des villes universitaires.

Les contributions proposées dans ce recueil s’articulent autour de trois thématiques : l’étude des réseaux universitaires et urbains aux Provinces-Unies (Willem Frijhoff) et en France (Boris Noguès), l’insertion locale de l’université au travers de trois exemples (Orléans par Gaël Rideau, Helmstedt par Jean-Luc Le Cam et Édimbourg par Stéphane Van Damme), et le rôle de l’université dans l’émergence de l’espace public à Paris (Thierry Amalou pour le XVIe siècle et Bruno Belhoste pour le XVIIIe siècle).

C’est tout particulièrement la question du rapport entre le pouvoir urbain et l’université qui semble se poser en premier lieu au travers d’analyses des conditions de création des universités bataves ou françaises : créations adossées au réseau des écoles urbaines hollandaises pour faire pendant aux universités catholiques, présence d’une université comme symbole du statut de capitale régionale en France au XVIIIe siècle face à la concurrence des grandes villes marchandes, autant d’éléments qui ont à voir avec l’affirmation des deux pouvoirs urbains et universitaires. C’est encore par ce « prisme particulier du rapport aux pouvoirs locaux » qu’est envisagée la question de la « place et de la fonction de l’université dans la ville », titre de la deuxième partie. Comme le souligne Gaël Rideau, à propos d’Orléans, « les points de rencontre restent rares et faibles et se concentrent sur les questions de préséances et la défense des privilèges. […] Il semble bien que l’université soit un monde étranger pour une part de la population, un concurrent dans la géographie institutionnelle, un élément de prestige qui vaut davantage par son passé que par son rôle social » (p. 98-99).

Une analyse précise des modalités d’articulation de l’université à la ville est proposée par Jean-Luc Le Cam à propos d’Helmstedt, qui l’amène à souligner l’étroitesse de l’intégration des universitaires dans la société urbaine, sous la forme de véritables dynasties. Il l’accompagne d’une présentation de l’ancrage physique de l’université dans la ville à travers l’étude de la localisation des bâtiments universitaires, de leur architecture, et de la répartition des maisons professorales dans l’espace urbain. Il met ainsi en évidence une dynamique spécifique aux villes universitaires allemandes protestantes, dont la petite taille créé de fait un équilibre particulier des relations entre ville et université, qui « tend à conforter la domination sociale et culturelle des universitaires » (p. 153), situation remise en cause au XVIIIe siècle par le développement de modèles universitaires concurrents et attractifs, comme celui de Göttingen. A une toute autre échelle, il semblerait que l’on puisse envisager un rôle tout aussi important de l’université dans la vie et l’espace urbain d’Édimbourg au XVIIIe siècle, dont Stéphane Van Damme propose à son tour une analyse spatiale et sociale.

La dernière partie de l’ouvrage s’intéresse à la dimension plus politique de l’activité universitaire, au travers de la notion d’espace public. Thierry Amalou s’interroge sur le rôle de la dispute académique publique dans la constitution d’un espace public parisien au XVIe siècle. La publicisation croissante de cette disputation marque l’intérêt des édiles parisiens pour son contenu politique, en particulier dans sa composante de remise en cause du pouvoir royal. C’est en quelque sorte un rôle identique assigné aux cours publics à Paris autour de la Révolution française, dont Bruno Belhoste montre qu’ils occupent dans certains cas une fonction première de tribune politique.

La conclusion de Boris Noguès insiste sur la diversité des situations, et la nécessité de réfléchir à terme à la production d’une typologie permettant de rendre compte des multiples modalités d’interaction entre l’espace urbain, tant physique que social ou économique et l’institution universitaire, ensemble architectural et groupe social. Au delà de cette diversité, il souligne trois traits communs : la domination croissante de la ville sur l’université, la part non négligeable prise par l’université dans la formation de l’espace public, et enfin la permanence de l’atout symbolique de représente l’université.

Les auteurs de cet ouvrage collectif sont tous des historiens des universités, fins connaisseurs de leur histoire sociale et institutionnelle. De ce fait, on n’est pas surpris que le prisme central de l’ouvrage se focalise sur une histoire sociale et intellectuelle des élites, davantage que sur l’histoire de la fabrication ou du fonctionnement matériel de la ville. On peut cependant signaler l’ouverture de nouveaux chantiers en matière d’histoire urbaine des universités, avec la tenue d’un colloque coorganisé par des historiens de la ville (Florence Bourillon, Loïc Vadelorge) et des historiens de l’université (Boris Noguès, Nathalie Gorochov…) sur « L’université dans la ville : les espaces universitaires et leurs usages en Europe du XIIIe au XXIe siècle » en septembre 2014, à l’UPEC.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *