Résumé de thèse « Organisation d’un territoire aux abords de la ville. Le cas de Metz, Strasbourg et Reims du milieu du Moyen Âge au début de l’époque moderne », Catherine Xandry

Thèse soutenue le 26/09/2013

JURY :

Georges Bischoff : professeur d’histoire médiévale à l’université de Strasbourg, directeur de thèse

Jean-Jacques Schwien : maître de conférences en archéologie médiévale à l’université de Strasbourg, co-directeur

Isabelle Laboulais, professeur d’histoire moderne à l’université de Strasbourg, président du jury et rapporteur

Joëlle Burnouf, professeur en archéologie à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, rapporteur

Brigitte Boissavit-Camus, maître de conférences en archéologie à l’université de Paris X Nanterre, rapporteur

Patrick Demouy, professeur d’histoire médiévale à l’université de Reims Champagne-Ardenne

Membre invité : Pierre-Edouard Wagner, conservateur à la médiathèque de Metz

 

Cette thèse a eu pour point de départ la constatation qu’il existe une lacune dans notre vision de la ville puisque, jusqu’à récemment, les villes n’étaient souvent considérées, tant par les historiens que par les archéologues, qu’à l’intérieur de leur enceinte qui  raisonnaient alors surtout en dichotomie, ville-campagne, sans s’interroger sur l’espace immédiat autour de la ville. Ainsi, deux entités se répondent dans la recherche et sont étudiées soit de façon séparée soit en relation l’une avec l’autre : la ville intra-muros et son contado ou plat-pays, le problème du passage de l’une à l’autre étant éludé, les abords étant considérés comme une nébuleuse aux contours fluides et toujours mouvants. Cependant, étudier ce qui se passe à l’extérieur de l’enceinte oblige à se poser des questions fondamentales et à reconsidérer la notion de ville et d’urbain. Y aurait-il de l’urbain à la campagne ? Et si l’on s’affranchit de l’idée préétablie que la ville s’arrête à ses remparts, il est nécessaire de s’interroger sur les moyens de délimiter son emprise et ainsi de mettre en évidence ce qui différencie la ville de la campagne ou autrement dit, ce qui caractérise chacune de ces entités. Puis se pose une deuxième question : est-il pertinent de ne raisonner que dans la dualité ville-campagne ou est-il envisageable d’imaginer une troisième entité, qui ne soit ni l’une ni l’autre, et qui s’intercale peut-être entre les deux premières ? En fait, ce travail a pour point de départ trois hypothèses. Tout d’abord qu’il existe hors de l’enceinte un objet qui n’est ni la ville, ni la campagne. Ensuite que cet objet n’existe que par la ville et qu’il ne peut exister seul. Enfin, que la ville est à l’origine de sa création.

Pour les confirmer ou les infirmer, il a été choisit d’étudier la composition, l’organisation géographique, et l’évolution topographique du périurbain de la ville durant une période allant de la fin du Moyen Âge à l’époque moderne. Afin de contourner l’écueil de la monographie, trop facilement susceptible de traiter d’un cas « exception », cette recherche met en comparaison trois villes de même nature, Reims, Metz et Strasbourg, toutes trois villes épiscopales, d’origine romaine et de plus de 10.000 habitants au cours de la période étudiée.

La méthode choisie s’appuie sur celle des Documents d’Évaluation du Patrimoine Archéologique Urbain. Le DEPAU est un instrument, un outil prenant en compte le patrimoine archéologique d’une ville. Il a pour but de présenter les éléments utiles à la compréhension des variations de l’espace urbain au cours du temps et de proposer un schéma de l’organisation de la ville aux différentes périodes (par exemple : protohistoire, gallo-romain, Moyen Âge…). Pour ce faire, il s’appuie sur une présentation de l’évolution de la topographie urbaine basée sur un découpage chronologique mettant en valeur les phases marquantes de cette évolution. Cette présentation par périodes, qui est au cœur du concept d’un DEPAU, s’articule autour des notices rédigées pour chaque structure (localisation, datation, apparition, durée d’utilisation, bibliographie…) dont on a pu trouver trace, et des plans de la topographie de la ville comme on a pu la restituer, à partir de divers documents (archéologie, textes…), pour chaque période. Sur ces plans sont localisées, lorsque c’est possible, les différentes structures. Les notices sont organisées à l’intérieur de chaque période selon une grille d’analyse (grand types – défense, économie, religieux…- puis sous-types – église, abbaye…-). Les plans de chaque période sont réalisés sur calque afin de pouvoir les superposer et se rendre ainsi mieux compte des changements d’une période à l’autre. Ils permettent ainsi d’avancer des hypothèses sur la nature d’utilisation du site aux différentes périodes présentées. Cet outil permet surtout d’avoir une vue d’ensemble de la stratigraphie urbaine.

Cette méthode a été adapté à l’espace extra-muros et complétée par une hiérarchisation des structures repérées entre urbaines, rurales et mixtes (communes à la fois à la campagne et à la ville). Cette hiérarchisation a permis de distinguer des zones à tendance urbaine, d’autres à tendance rurale, et d’affiner la répartition des structures mixtes entre les deux.

Au final, trois grandes phases d’évolution du périurbain, communes aux trois villes, émergent de la recherche.

Une phase de forte imbrication urbain-rural, la ville s’étendant largement au-delà de l’enceinte et des éléments ruraux, comme des champs, pouvant se trouver au sein de l’espace urbanisé. Par ailleurs des éléments urbains spécifiques mais n’existant pas intra-muros (comme les cimetières juifs ou de condamnés de la ville, son gibet…) sont présents dans la zone d’étude.

Une seconde phase d’intégration des faubourgs derrière l’enceinte, ou de leur destruction. L’enceinte devient alors une frontière entre la ville et la campagne, même si des reliquats des anciens quartiers demeurent extra-muros. La municipalité acquiert en parallèle le contrôle total de l’espace extra-muros, au détriment des bans des abbayes périurbaines, et délimite cet espace par un bornage. Des fonctions urbaines spécifiques y sont toujours présentes et de nouvelles apparaissent.

La troisième phase est marquée par l’achèvement de la dynamique initiée à la phase II et par une séparation stricte des différents espaces. L’urbanisation se retranche derrière l’enceinte où apparaissent des fonctions spécifiques (salles de spectacles, arsenal, casernes etc.). De ce fait, l’enceinte, ou plutôt l’ensemble du système bastionné, marque une séparation nette entre la ville et l’espace rural où le contrôle de la ville est total. Elle gère l’espace en fonction ses besoins, que cela soit sa défense, son industrie, ses cimetières…

Avoir retracé cette dynamique d’évolution sur une longue durée permet d’affirmer plusieurs choses. Tout d’abord, la ville ne s’arrête pas forcément à son enceinte, des faubourgs existant jusqu’au 15e siècle, son urbanisation déborde la limite des remparts. Un bonne part des critères urbains peuvent et se trouvent également très souvent hors des murs. Ensuite, on ne peut pas parler stricto sensu de séparation ville – campagne et il existe sur une distance variable autour de la ville, une superposition de fonctions urbaines spécifiques sur l’espace rural. Si la ville intra-muros a des fonctions qui lui sont propres, ainsi que la campagne, c’est également le cas pour cet espace. Ces fonctions  marquent la zone extrême de la force d’attraction de la ville, que l’on pourrait appeler Espace Ancien d’Activités Urbaines. L’objet d’étude pressenti en introduction serait donc cet espace où s’imbrique urbain et rural, que la ville reconnaît comme sien et s’approprie au cours du temps. Plus qu’une description figée, il consiste en une interconnexion forte (au moins dans un premier temps) des notions de ville et de campagne et un dialogue permanent entre les deux. Même lorsque la ville se retranche derrière son enceinte, elle conserve des liens étroit avec cet espace par le biais d’activités spécifiques (urbain externalisé) gravitant autour de la ville centre, et d’un grand nombre de critères mixtes, communes à la ville et à son périurbain.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *