Appel à communication : Appréhender le passé par le bâti (23 septembre 2014)

Appel à communication pour une journée d’études des doctorants du LARHRA (mais ouverte à tous) sur le thème :

« Appréhender le passé par le bâti : enjeux et méthodes de l’étude historique des sources architecturales »

 

La journée d’études doctorales du Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes (LARHRA) est organisée annuellement par une équipe de doctorants mais n’est pas réservée aux membres du laboratoire et se veut une occasion de rencontres avec des chercheurs appartenant à d’autres structures et d’autres disciplines. Nous souhaitons aborder cette année une thématique architecturale : « Appréhender le passé par le bâti : enjeux et méthodes de l’étude historique des sources architecturales ».
Qu’il s’agisse des palais de la cour de France (Chatenet, 2002), des constructions architecturales de l’époque fasciste en Italie (Cantelli, 1981) ou même des ensembles scolaires (Derouet-Besson, 1998), les fonctions des bâtiments sont multiples et ne se limitent pas à leur utilité pratique : au-delà de leur valeur d’usage, ils possèdent une valeur symbolique. A ce titre, ils constituent une source particulièrement riche pour le chercheur adoptant une perspective historique. Objet inscrit dans le territoire, le bâtiment participe à sa constitution et peut devenir un enjeu de pouvoir ainsi que le reflet d’un projet idéologique. Le bâtiment est également le support d’appropriations successives: il peut être réaménagé, réhabilité et ou réapproprié, voire démoli. Entre projet architectural et usages effectifs, il peut en effet exister un écart qui transforme le vécu du bâti de même que, inversement, un projet architectural peut infléchir des normes d’usages préexistantes.
Cette journée d’études doctorales se consacrera aux enjeux et méthodes de l’étude des sources architecturales dans une perspective historique. Comment nous parviennent-elles et quels usages le chercheur peut-il en faire ? Comment faire apparaître et prendre en compte les enjeux liés à la maîtrise d’ouvrage et à la maîtrise d’oeuvre ? Quel impact les bâtiments et leur agencement ont-ils sur les usages qu’en fait le public?
Trois axes de réflexion sont proposés :
● Le bâtiment et les sources architecturales entendues dans un sens large, constituent tout d’abord un objet du patrimoine dont il faut assurer la conservation. Les pratiques archivistiques et la question de l’accès aux sources pourront faire l’objet d’une réflexion, ainsi que la méthodologie à mettre en oeuvre pour étudier les plans, les calques ou toute autre source architecturale;
● Le bâtiment est un vecteur de représentations, de stratégies d’affichage pour une institution, un groupe social, etc. Une perspective d’étude serait de s’intéresser aux enjeux idéologiques, politiques, économiques ou financiers des projets de constructions. Dans ce contexte, une attention particulière pourra être portée aux
acteurs, qu’ils soient commanditaires, décideurs, partenaires ou exécutants;
● L’architecture est enfin un moyen d’inscrire dans l’espace des normes sociales. Elles peuvent notamment avoir trait à la séparation en fonction du sexe ou de l’âge (notamment dans les bâtiments scolaires, hospitaliers, religieux). Mettre en avant ces aspects pourra permettre de confronter usages attendus et usages réels, normes édictées et normes suivies.
L’appel à communication s’adresse aux jeunes chercheurs (étudiants en fin de master, doctorants, jeunes docteurs) pour qui le bâtiment ou les sources architecturales constituent un objet de recherche, dans une perspective historique (même réduite).
Les actes du colloque seront proposés pour une publication auprès des Carnets du Laboratoire de Recherche Historique Rhône-Alpes.
Modalités de soumission
Les propositions de communication – 3 000 signes (espaces compris) – sont à envoyer au comité d’organisation avant le 6 juin 2014 (jedlarhra@gmail.com). Elles seront accompagnées d’un court CV.
La journée d’étude doctorale aura lieu le 23 septembre à Lyon. Elle est ouverte à tous (une inscription préalable est souhaitée : jedlarhra@gmail.com).
Comité d’organisation
Andrea Cavaletto (doctorant en histoire contemporaine, LARHRA, Université Lumière Lyon 2)
Mario Cuxac (doctorant en histoire contemporaine, LARHRA, Université Lumière Lyon 2)
Marie Derrien (doctorante en histoire contemporaine, LARHRA, Université Lumière Lyon 2)
Fanny Giraudier (doctorante en histoire moderne, LARHRA, Université Lumière Lyon 2)
Solenn Huitric (doctorante en histoire contemporaine, LARHRA, ENS de Lyon)
Caroline Muller (doctorante en histoire contemporaine, LARHRA, Université Lumière Lyon 2)
Aurélien Zaragori (doctorant en histoire contemporaine, LARHRA, Université Jean Moulin Lyon 3)
Comité scientifique
Laurent Baridon, Professeur d’Histoire de l’art contemporain à l’Université Lumière Lyon 2, LARHRA
Boris De Rogalski, Docteur en histoire contemporaine, LARHRA
Stéphane Frioux, Maître de Conférences en histoire contemporaine à l’Université Lumière Lyon 2, LARHRA
Françoise Granoulhac, Maître de Conférences en histoire de l’éducation à l’IUT de Valence-Université Grenoble 2, LARHRA
Gwenaëlle Legoullon, Maître de Conférences en histoire contemporaine à l’Université Jean Moulin Lyon 3, LARHRA
Nicolas Le Roux, Professeur d’histoire moderne à l’Université Lumière Lyon 2, LARHRA


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *