Compte rendu: Laurent Coudroy de Lille, Céline Vaz et Charlotte Vorms (dir.), L’urbanisme espagnol depuis les années 1970. La ville, la démocratie et le marché, PUR, 2013 (Héloïse Nez)

Laurent Coudroy de Lille, Céline Vaz et Charlotte Vorms (sous la direction de), L’urbanisme espagnol depuis les années 1970. La ville, la démocratie et le marché, PUR, 2013 (Héloïse Nez)

Dans cet ouvrage consacré aux villes et aux politiques urbaines espagnoles depuis une quarantaine d’années, l’Espagne se caractérise par des superlatifs : c’est le pays de l’Union européenne avec le nombre de logements par habitant le plus élevé, le taux de locataires le plus bas et la part du logement social la plus faible, mais aussi avec le plus de résidences secondaires ou encore le plus de kilomètres de nouvelles lignes de TGV. Les chiffres relatifs à la spéculation immobilière, à l’origine de la crise économique actuelle, sont éloquents : « Entre 2002 et 2007, le nombre de logements construits dans ce pays dépassait celui de la France et de l’Allemagne réunies, alors que ces deux pays comptaient trois fois plus d’habitants et une superficie double » (p. 187). Comment expliquer cette spécificité des politiques du logement et de l’aménagement du territoire espagnoles qui ont d’abord suscité l’admiration des acteurs politiques en Europe avant que leur échec n’éclate au grand jour ?

Cet ouvrage collectif, coordonné par un géographe et deux historiennes, offre des clés d’analyse pour comprendre la crise urbaine, politique, économique et sociale que traverse aujourd’hui l’Espagne. L’originalité de leur approche est de proposer une lecture historique des principaux ingrédients de cette crise – les relations particulières entre l’urbanisme, la démocratie et le marché – en remontant aux années 1970. Il s’agit donc de replacer la récente crise immobilière espagnole dans le temps plus long de l’histoire politique, économique et urbanistique du pays. Dix-sept contributions s’y attèlent, majoritairement d’auteurs espagnols – qui, pour certains, ont été ou sont toujours impliqués dans l’action publique – et de quelques jeunes chercheurs français, qui s’inscrivent dans différents champs disciplinaires (géographie, sociologie, architecture, sciences politiques, droit, économie).

La diversité des thématiques abordées est impressionnante : les évolutions du cadre juridique et institutionnel de l’urbanisme ; le rôle des acteurs étatiques, des promoteurs immobiliers et des associations de quartier dans les politiques urbaines ; les politiques de réhabilitation urbaine et de construction de logements neufs ; les comportements résidentiels, les mutations du marché de logement et les processus de gentrification des centres anciens ; les excès d’un modèle économique basé sur l’immobilier et dépendant à l’égard du secteur du bâtiment ; les transformations du paysage urbain et les dégradations environnementales, etc. La variété des cas étudiés est également appréciable, depuis le niveau du quartier (Lavapiés à Madrid, la vieille ville de Barcelone) jusqu’à l’échelle nationale, en passant par de grands centres urbains (Madrid, Barcelone), des villes moyennes (León, Valladolid) et des régions (comme Valence, l’Andalousie et le littoral andalou).

Plus qu’une rupture lors de l’avènement de la démocratie, les différentes contributions mettent en avant des continuités avec la période franquiste, concernant par exemple le cadre réglementaire et le mode d’urbanisation. Dans son chapitre sur les promoteurs immobiliers, Julie Pollard montre que la domination de la propriété sur la location dans le mode d’occupation des logements s’explique par un encouragement quasi exclusif de l’accession à la propriété. Ces choix politiques datent du franquisme et n’ont jamais été remis en cause depuis, malgré leur forte dimension idéologique, comme le souligne José Manuel Naredo : « Il s’agissait de créer des « gens d’ordre » et d’ancrer ce conformisme dans les mentalités collectives, en offrant l’accès à la propriété pour les ménages et en les liant par de lourdes charges de remboursement » (p. 181). La mise en place d’un système de subventions et d’avantages fiscaux incite alors les entreprises à construire des logements et décourage la rente locative, limitant par conséquent l’offre de logements en location. Comme le montre Jesús Leal, ces politiques ont aujourd’hui des effets sociaux qui constituent des spécificités des sociétés urbaines espagnoles, comme les difficultés d’accès au logement des nouveaux ménages (jeunes ou immigrés), la très faible mobilité résidentielle ou encore le fort enracinement local.

La démocratisation s’est toutefois accompagnée d’un certain nombre de changements, comme en témoigne le processus de décentralisation : « Les années 1970-1980 permettent donc l’affirmation de nouveaux acteurs des politiques urbaines, municipalités, communautés autonomes, citoyens, et une redéfinition du rôle de l’État dans les domaines de l’urbanisme et du logement, dans le sillage de la critique des méfaits urbains du centralisme franquiste » (p. 15). Les auteurs nuancent toutefois l’idée d’un « modèle » urbanistique espagnol issu de la transition démocratique, à l’instar du « modèle Barcelone » remis en cause dans une excellente contribution autocritique par l’un de ses promoteurs. Jordi Borja estime que les transformations urbaines opérées à Barcelone depuis 1979 sont « globalement positives » (p. 99), car elles ont été réalisées de manière décentralisée et participative, faisant du Barcelone des années 1980 « un Porto Alegre avant l’heure » (p. 107). Mais cette expérience n’est pas sans contradictions, qui résultent notamment de concessions faites aux acteurs du secteur privé à partir des années 1990. C’est le cas des politiques de réhabilitation de la vieille ville de Barcelone (Hovig Ter Minassian), qui alimentent, comme à Madrid (Renaud Boivin), le processus de gentrification.

Finalement, cet ouvrage montre autant l’échec d’un système de prédation économique, étranger aux besoins des citoyens, qu’il en appelle à une refonte en profondeur des politiques urbaines en Espagne. Cela passera, selon José Manuel Naredo, non seulement par un « retournement historique des choix en matière de politiques de logement » (p. 188), mais aussi par « une reconversion profonde de l’économie, de la politique, des modèles immobiliers, financiers, et de consommation… et, par conséquent, de notre modèle de société » (p. 190). C’est ce changement qui est revendiqué depuis 2011 par les Indignés, mobilisation à laquelle Julio Alguacil consacre quelques lignes en faisant le parallèle avec les associations de quartier de la fin des années 1970 et du début des années 1980 : « Des centaines d’assemblées de quartiers et de villages se créent, qui régénèrent le mouvement citadin et lui apportent de nouvelles méthodes de participation et de nouvelles pratiques urbaines. Avec le renforcement mutuel du vieux mouvement citadin et du nouveau mouvement des Indignés, une nouvelle période est en train de s’ouvrir » (p. 98). La perspective socio-historique gagnerait, là aussi, à être mobilisée pour comprendre les héritages et les ruptures entre ces deux types de mobilisations.

 


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *