Compte rendu:Hélène Dessales, Le Partage de l’eau. Fontaines et distribution hydraulique dans l’habitat urbain de l’Italie romaine, Rome, BEFAR 351, 2013 (Anne-Laure Foulché)

Hélène Dessales, Le Partage de l’eau. Fontaines et distribution hydraulique dans l’habitat urbain de l’Italie romaine, Rome, BEFAR 351, 2013, 508 p., ill. (Anne-Laure Foulché)

 

Si la question de la distribution hydraulique prend place dans une abondante bibliographie renouvelée ces dernières années (p. 2-3 et notes), on ne pourra que se féliciter de la parution de l’ouvrage d’H. Dessales, tant les thèmes abordés s’intègrent avec justesse dans cette thématique, tout en la dépassant, à la fois par l’ampleur de la recherche accomplie et par cellede l’horizon géographique considéré. Cette volumineuse réflexion sur l’eau en milieu domestique s’articule en trois axes, dont la succession logique nous permet de pénétrer pas à pas au cœur de la maison romaine.

H. Dessales nous emmène, au fil de l’eau ­– pour lui reprendre l’expression –­­, dans une brève promenade remontant aux origines préromaines des bassins et fontaines, où l’eau se révèle très tôt comme élément structurant des jardins royaux. Les grands principes de sa mise en valeur architecturale, à travers son association aux pièces de réception et aux portiques, seront largement repris, à partir du Ier siècle av. J.-C., dans les riches villas latiales, dont le rôle prédominant dans la diffusion en Italie des jeux d’eau n’est plus à démontrer. Passé ce nécessaire chapitre introductif, nous pénétrons au cœur même de ce premier axe, où bassins et fontaines en élévation font l’objet d’une minutieuse étude, basée sur un catalogue complet des cités vésuviennes et sur celui, plus restreint car tributaire d’une documentation lacunaire, des domus et villae à bassins ornementaux italiennes et provinciales. Après l’étude lexicale requise, l’auteur esquisse une premièreclassification typologique d’où émergent trois groupes de bassins se succédant dans le temps. Les fontaines en élévation font l’objet d’une approche relativement similaire­ – ici les critères de classement se basent sur la place des fontaines au cœur de l’habitat –, ce qui nous engage surtout à réfléchir, non pas tant à une évolution morphologique, mais plutôt à l’intégration évolutivede ces structures dans l’espace résidentiel. Enfin, l’étude des formes et des différentes composantes des fontaines (statues, vasques et systèmes d’adduction hydraulique) trahit la volonté de reproduire, par un processus de miniaturisation toujours plus évident, les compositions des infrastructures publiques ou des villas aristocratiques.

La question de l’alimentation hydraulique des domus est abordée dans une seconde partie, à travers l’examen des systèmes fermés (puits et citernes majoritairement), les plus anciens et les plus stables dans le temps, et des systèmes ouverts (alimentés en eau courante) ; Pompéi fait à ce sujet l’objet d’un développement particulier. A la lumière des sources littéraires et juridiques, l’usage de l’aqua ducta en contexte privé apparaît comme une concession d’abord exceptionnelle sous la République, soumise par la suite à un très strict contrôle impérial. Au niveau régional cependant, l’auteur reconnaît ne pas toujours trouver de correspondances entre les données archéologiques et les normes théoriques, pointant du doigt une certaine souplesse dans l’utilisation de l’eau provenant de l’aqueduc.

Toutefois ces mêmes sources, conjuguées à l’épigraphie, attestent bien de codifications hiérarchisées ou du moins variables entre les différents bénéficiaires de concessions personnelles, et même entre les différentes cités de l’Empire, témoignant ainsi d’un accès plutôt limité à l’eau courante. Concernant l’épineux sujet relatif à la situation hydraulique de Pompéi après 62/63 ap. J.-C., H. Dessales démontre avec précision, forte des résultats de fouilles et/ou d’observations de terrain récentes, la gestion autarcique des propriétaires face à une temporaire perturbation du réseau public. Elle remet ainsi en cause, et c’est l’un des points forts de son travail, la théorie d’A. Maiuri relative à la paupérisation de Pompéi suite au tremblement de terre : il semble au contraire que les propriétaires aient été plus que jamais concernés par les travaux et les agrandissements de leur habitat, tout en continuant à jouir d’une certaine quantité d’eau à des fins autant utilitaires que décoratives. Si le dossier, de l’aveu même de l’auteur, aurait besoin d’être étayé par bien d’autres cas de figures, il perturbe sans aucun doute l’idée bien établie d’une eau courant en abondance dans les maisons, grâce à un raccordement systématique au réseau public à partir de l’époque augustéenne. Les résultats, a priori décevants, de l’enquête menée sur la distribution des fontaines pompéiennes, révèlent là encore une situation inattendue, non seulement à l’échelle des différentes domus (dans lesquelles la répartition semble égale), mais aussi de la ville, où n’apparaissent pas de différences notables entre les quartiers.

Les conclusions de la troisième partie, centrée sur l’utilisation de l’eau et l’organisation interne de la domus, sont parfois fragilisées par des données chiffrées (trop ?) théoriques issues de complexes calculs maniant sources ethnographiques et relevés de terrain ; elles fournissent néanmoins des éléments tout à fait stimulants. Par exemple, la prise en compte du volume des citernes pompéiennes, combinée au captage des eaux par la toiture, conduit H. Dessales à une estimation démographique des habitants des domus, et en conséquence de la ville, selon une formule qui mériterait d’être expérimentée à plus large échelle. Autre point d’intérêt, la nette différenciation entre les espaces de service et les pièces de réception, qui seules font l’objet d’un raccordement à l’eau courante, sonne comme un rappel constant aux conclusions d’A. Wallace-Hadrill et à sa lecture « graduelle » de la maison romaine : fontaines et bassins témoignent ainsi d’une part essentielle dans la mise en scène du dominus. Ainsi, les modifications touchant les structures hydrauliques de l’atrium et du péristyle-jardin à partir de l’époque julio-claudienne définissent de nouveaux axes visuels : l’eau se met en scène à travers de monumentaux bassins et « murs-fontaines », points focaux d’une perspective saisissable depuis la rue, qui tend à se recentrer à l’époque tardive sur les espaces intérieurs.

Le dépouillement bibliographique et l’abondant apparat photographique/planimétrique, auxquels s’ajoutent d’utiles tableaux récapitulatifs et un catalogue de 133 fiches, font apprécier d’autant plus un travail tout à fait considérable. On regrettera parfois une focalisation un peu trop poussée sur le cas pompéien, qui semble trahir quelque peu le titre même de l’ouvrage (« l’Italie romaine ») ; cette constatation peut être toutefois nuancée par l’exceptionnelle conservation des vestiges, et surtout par des résultats convaincants, qui, loin de se réduire à de simples études de cas, s’intègrent au contraire parfaitement dans un discours global sur le partage de l’eau. La pensée toujours limpide d’H. Dessales nous transporte dans la direction fixée : offrir au lecteur une synthèse exhaustive et novatrice sur la place structurante de l’eau dans l’architecture privée.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *