Soutenance: Mathieu Fernandez, Approche topographique historique du sous-sol parisien

Annonce de la soutenance de thèse de Monsieur Mathieu Fernandez

Thèse de  doctorat d’histoire des techniques

Préparée au Laboratoire Histoire des Technosciences en Société, [EA 3716], Ecole doctorale Abbé Grégoire, Conservatoire national des arts et métiers

Approche topographique historique du sous-sol parisien

La ville épaisse : genèse et évolutions morphologiques

 

                            Vendredi 12 décembre 2014 à 14 heures
 

Au Conservatoire National des Arts et Métiers, 292 rue Saint-Martin, 75003 Paris

salle 21-1-13 (accès 21, 1er étage, salle 13*),

Métro : (3) Arts et Métiers ou (4) Réaumur Sébastopol

THÈSE dirigée par M. André GUILLERME, professeur, Conservatoire National des Arts et Métiers

Le Jury sera composé de :

Mme Sabine BARLES, Institut de géographie de l’Université Paris I Panthéon Sorbonne

Mme Cédissia de CHASTENET, Université Paris I Panthéon Sorbonne

M. Youssef DIAB, École des ingénieurs de la Ville de Paris, Université Paris-Est Marne la Vallée, rapporteur

M. Maurizio GRIBAUDI, École des hautes études en sciences sociales, rapporteur

M. André GUILLERME, Conservatoire National des Arts et Métiers

M. Eric MONIN, Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris Val de Seine

 

Résumé de la thèse :

Le sous-sol de Paris est reconnu et topographié depuis environ deux siècles par plusieurs disciplines.

Dans cette thèse, nous avons retenu et analysé depuis leur genèses, souvent intimement liées sur le territoire urbain, ces disciplines de l’épaisseur : la géologie, l’hydrogéologie, l’archéologie, la topographie, puis ce que nous nommons actuellement le génie urbain. L’urbanisme, accepté comme « science de l’organisation spatiale des villes », possède peu de méthodes d’appréhension à même de synthétiser dans le temps et l’espace la diversité de ces approches. La méthode proposée par la thèse rend représentables et quantifiables plusieurs évolutions longues issues des « mesures de ville » étalées dans le temps, à travers un Système d’Information Géographique construit dans une perspective diachronique. Il concerne ici spécifiquement la verticalité. Plusieurs cartographies originales concernant le mouvement du sol et de la nappe phréatique en sont issues.

Sur la base de ce support, intégrant la topographie historique, environnementale et tridimensionnelle de plusieurs disciplines urbaines, nous développons deux pistes d’analyse.

La première est la compréhension de la construction du projet urbain au XIXe siècle jusqu’aux « grands travaux » à la lumière de la mesure de l’espace et des représentations disponibles. Une chronologie spécifique est proposée.

La seconde est une proposition pour un récolement urbaniste souterrain appréhendant le temps long et l’épaisseur de la ville. Elle peut contribuer aux bases de données urbaines, actuellement en majorité construites sur un espace conçu comme parcellaire.

Le modèle vise donc à fournir une contribution et de nouvelles pistes de recherches à la fois pour la morphologie préindustrielle de Paris, pour l’archéologie industrielle et plus généralement pour l’approche urbaniste de la couche, désormais connue dans un cadre géologique et environnemental, mais encore non définie du point de vue stratigraphique, sous le nom d’anthropocène.

Mots clés : temps long, morphologie urbaine, relief, sous-sol, nappe, SIG, diachronie, urbanisme


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *