Compte rendu: Aurelia Savelli, Siena. Il popolo e le contrade, Firenze, Olschki, 2008 (Corine Maitte)

Aurelia Savelli, Siena. Il popolo e le contrade, Firenze, Olschki, 2008, 533p. (Corine Maitte)

Qui ne connaît pas le double Palio de Sienne (2 juillet et 16 août), sa course effrenée de chevaux sur la place principale de la ville aux couleurs des dix-sept contrade ? La profondeur historique de ces « associations constituées sur base territoriale, dotées d’une pleine autonomie administrative et patrimoniale, qui ont pour but de célébrer, conserver et transmettre la grandeur spirituelle, les vertus humaines et le sentiment civique dans lesquels se reconnaît le peuple de Sienne », tout comme l’importance sociologique et anthropologique du Palio ont déjà fait couler beaucoup d’encre, comme le rappelle A. Savelli dans son introduction. Elle a néanmoins choisi d’affronter, à nouveaux frais, l’étude de la place de ces structures citadines, au sein du système de gouvernement de la ville, dans une thèse de doctorat, menée à l’Institut Universitaire Européen de Fiesole qui est devenue ce beau livre, illustré de nombreuses représentations, doté également d’importantes annexes (p. 349-464) reproduisant certains statuts des contrade, des listes de leurs dirigeants, mais aussi la liste des « taxés non nobles » de la ville de Sienne de 1643. Les contrade sont en effet une émanation du « peuple » de Sienne dans lesquelles les nobles ne jouent qu’une part mineure, même si, à partir du XVIIIe siècle surtout, ils en deviennent « protecteurs ». Il ne manque à vrai dire qu’une carte de la ville étudiant précisément la répartition spatiale mouvante de ces subdivisions territoriales citadines dont les limites ne furent officiellement fixées que très tardivement, en 1730 : c’est le symptôme de la relativement faible attention portée à la dimension spatiale du phénomène dans un livre qui a le mérite au contraire de proposer une étude socio-politico-institutionnelle de longue durée de ces universitas habitatorum, notamment à partir des archives qu’elles ont elles-mêmes constituées, dès mi XVIe siècle pour certaines.

Le plan du livre, chronologique, est simple : les contrade d’Ancien Régime dans une première partie, les usages et les mythes du passé (XIXe-XXe siècle) dans une seconde. Il interroge justement cette longue durée historique qui fait des contrade siennoises un phénomène unique en Europe, tout en en montrant à la fois les évolutions, les reconstructions, voire les discontinuités à travers les siècles.

L’origine médiévale de ces associations, signe de la force du républicanisme de la Commune, fait partie intégrante du mythe des contrade dès l’Epoque moderne, mais encore plus à partir du XIXe siècle quand cette réécriture de l’histoire (notamment dans les années 1870-1880) leur confère une nouvelle légitimité (VI – Construire le mythe républicain) : elle trouve son apothéose dans le « baptême contradaiolo », inventé en 1947, et porte à leur influence actuelle qui les incite à revendiquer une place à part entière dans l’administration communale (VII – Les contrade contemporaines : continuité et discontinuité). Contrairement à une longue tradition historiographique, A. Savelli montre au contraire que, s’il existe bien des liens avec certaines institutions de l’époque médiévale (contratae,documentées à partir de 1208, et societas militum qui disparaissent en 1555), l’affirmation des contrade est parallèle à celle de l’Etat territorial. Mais, dit-elle, plutôt que dans la force ou la faiblesse des institutions de l’Etat central, les conditions d’affirmation des contrade sont à rechercher dans la stratification sociale urbaine et dans la complète exclusion du peuple du gouvernement urbain (I – Nobles et peuple : gouvernement et stratification sociale à Sienne entre XVIe et XVIIIe siècle). Le processus de fermeture de la noblesse urbaine dans la première moitié du XVIe siècle va de pair avec une redéfinition des agrégats populaires qui, à travers ces associations à base territoriale, tentent de contrer la fragilité de leur statut politico-juridique et de compenser le manque d’un canal de représentation dans les institutions urbaines. De fait, les contrade n’ont pendant longtemps qu’une existence institutionnelle faible (II – les contrade des origines à une institutionnalisation ambiguë, 1er XVe siècle, début XVIIe siècle). Leur affirmation au XVIIe siècle est liée aux exigences de contrôle de la moralité des habitants, à la volonté de protéger les biens communaux des malversations ainsi qu’à l’exigence de donner des règles au groupe territorial construisant un oratoire. D’ailleurs, comme le montre le chap. III (La contrada entre XVIIe et XVIIIe siècle : de multiples antinomies), l’ambiguïté des compétences n’est pas l’unique motif de faiblesse et d’a-typicité des contrade siennoises : leur culture est en effet aussi traversée d’antinomies qui minent la solidité du groupe territorial. C’est seulement au XVIIIe siècle qu’ellesreçoivent une pleine reconnaissance, au cœur de la crise dynastique lié à l’extinction de la dynastie Médicis, comme de la politique réformatrice de Pierre Léopold (V – Un nouveau protagonisme : la conquête de la représentation à la fin de l’époque Médicis et à l’époque des Lorraine) : présentes dans la cérémonie d’investiture de la « gouvernatrice » Violante Beatrice Bavière Medicis en 1717 en qualité d’agrégats du peuple siennois, elles reçoivent ensuite, par le bando de 1730, un territoire précis qui n’est pas exempt de multiples contestations. Ce processus d’institutionnalisation connaît une accélération sous Pierre Léopold quand une milice urbaine est instituée sur leur base et que leurs capitaines sont considérés comme députés du Peuple de Sienne en 1786. Malgré tout, cela ne résout pas le problème de fond : le rapport non défini entre contrade et gouvernement de l’espace citadin.

Les aspects sociaux sont concentrés dans le chapitre IV (Hommes, femmes, familles des contrade (XVIIe siècle) qui est une tentative de prosopographie des contrade. Cette analyse se ressent, comme A. Savelli le reconnaît, de l’absence d’études sur la société siennoise de l’Epoque moderne en terme de mobilité, de politiques matrimoniales ou de fonctionnement des confraternités, des paroisses, des corps de métiers dont on saisit mal la relation avec l’appartenance aux contrade. La délimitation du profil socio-économique du groupe dirigeant des contrade est réalisée en croisant registres de délibérations et données fiscales, notamment celle de l’imposition extraordinaire de 1643. Si la majeure partie des responsables fait partie des taxés à 2 scudi (la cote la plus basse), on y trouve un éventail large de professions, dont pas mal de notaires, des ecclésiastiques, mais aussi des femmes. A. Savelli suit des exemples de parcours contradaioli, comme ceux du chancelier Carlo Piocchi de l’Onda ou du boucher Lorenzo Bacci de l’Oca. Si appartenance populaire, honorabilité sociale, stabilité résidentielle apparaissent au centre de la construction des contrade d’Ancien Régime, la stabilité est plus celle de la contrada elle-même que des individus qui la composent, dans l’ensemble très mobiles. Il semble aussi que les liens soient finalement assez fragiles entre les contradaioli et leur contrada, au contraire de l’image actuelle.

Au total, explicite A. Savelli, c’est sans doute une partie de leur faiblesse qui explique la longévité de ces associations dont les contours et les significations se sont adaptés à des contextes politiques et institutionnels tout à fait différents au travers de discontinuités que le livre met bien en relief.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *