Compte rendu: Giuseppe, Galasso, Naples médiévale. Du duché au royaume, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013 (Henri Bresc)

Giuseppe, Galasso, Naples médiévale. Du duché au royaume, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013 (Henri Bresc)

Les presses universitaires de Rennes publient un ensemble d’articles et de conférences de Giuseppe Galasso, professeur émérite de l’Université de Naples, homme politique et l’un des historiens les plus remarquables du Mezzogiorno. C’est l’occasion d’entrer en contact avec une pensée ferme et vigoureuse, que présentent André Vauchez dans une courte préface et Jean-Paul Boyer, dans un hommage précis et vibrant. Animateur de l’édition historique italienne (la UTET de Turin), auteur de puissantes synthèses, ministre longtemps de la « première République » et pour un moment trop court, maire de Naples, il appartient au courant laïque et au parti républicain, ancien pivot des majorités. Disciple de Benedetto Croce, il choisit un historicisme rigoureux, se refuse à toute transcendance religieuse ou marxiste, à toute téléologie. Ce choix peut déboucher sur un certain désintérêt pour l’histoire religieuse, comme l’atteste, p. 123, le qualificatif d’« orthodoxes » attribué, aux Grecs d’Italie du Sud, de rite grec, certes, et attachés à l’Empire, mais catholiques, et plus généralement une surévaluation de l’islam, qui s’appuie malheureusement sur les contes fantastiques de Maurice Lombard. Le marchand Salomon de Salerne, grec sans doute et présent à Gênes en 1156, est ainsi appelé Soliman, p. 78. Les articles et les conférences réunies dans ce livre ne sont pas des travaux d’érudition, mais de synthèse et il aurait été bon et sain de corriger ces menues erreurs, comme, p. 155, la confusion entre Troia en Pouille et Troina en Sicile et non d’en ajouter de plus graves comme dans la chronologie, p. 181, où le dernier roi normand, Tancrède, est dit fils de Guillaume II, quand il en est le cousin.

Par ailleurs, le travail d’édition a été pour le moins bâclé. La traduction est un mot à mot qui rend quelquefois obscur un texte riche de concepts. Le texte n’a pas été relu et présente plusieurs coquilles ou erreurs de traduction par page. On ne citera qu’un exemple, sur la page de titre : « ÉditiEn présentée par NEël-Yves Tonnerre… HEmmage de Jean-Paul Boyer ». Les citations en latin, qui n’ont pas été comprises et qui sont quelquefois mutilées, auraient dû être traduites pour le public français.

L’ouvrage s’ordonne en quatre parties autour d’un thème, le rapport entre Naples et le Sud italien. Naples est d’abord la capitale d’un petit duché byzantin, puis une ville périphérique du royaume normand de Sicile, une cité remarquée par Frédéric II et dotée d’une université, enfin la capitale d’un royaume de Sicile angevin, bientôt réduit au Mezzogiorno après les Vêpres de 1282 et séparé de l’autre royaume, insulaire, de Sicile.

L’héritage byzantin se manifeste dans la continuité de la vie urbaine, la solidité d’une milice urbaine de cavaliers, pépinière de la noblesse du XIIe siècle et de la bureaucratie, et le maintien du municipe : les institutions du duché, appelé encore Honor Neapolis en 1130, sont intégrées dans le royaume normand polycentrique et un vaste territoire reste de leur juridiction. On pourrait qualifier Naples de « macro-municipe » comme les Catalans le font pour Barcelone.

La conquête normande, tardive, intègre Naples dans un ensemble hétéroclite, dominé par le poids démographique et politique de Palerme, et que G. Galasso hésite à appeler « féodal ». En effet, la féodalité normande y est encadrée, disciplinée, sa rage explose en révoltes vaines et en conspirations quand le pouvoir des Hauteville est affaibli, au risque de répressions terribles. La Cour dispose en effet d’une bureaucratie inspirée des modèles byzantin et fâtimide, d’un système fiscal efficace et homogène qui finance une armée de mercenaires, d’un réseau judiciaire englobant les justices traditionnelles locales, et d’un système économique d’État inspiré des modèles fâtimides et renforcé par Frédéric II, massarie agricoles, douanes, monopoles, gabelle du sel enfin.

Avec Frédéric, le royaume devient une Prusse méditerranéenne, État héréditaire attaché à l’Empire. L’auteur rend ainsi hommage aux grands historiens qui savent voir la différence, Henri Pirenne et Ernst Kantorowicz, sans raboter l’originalité du Sud. Il insiste sur la précocité du grand marché unifié (douanes intérieures abolies dès 1187), et sur l’unification de l’espace monétaire accomplie par l’empereur. Frédéric a une politique économique explicite : il abaisse le niveau de la traite, les royalties à l’exportation du grain, pour stimuler l’essor de la céréaliculture, accroître la richesse du pays et augmenter la rente fiscale.

La figure de Frédéric II est en effet centrale : sa légitimité et ses moyens sont ceux de ses ancêtres normands, mais sa politique est impériale et ses intérêts se détournent de l’Afrique et des Balkans pour se centrer sur la Lombardie, déplaçant le centre de gravité du royaume vers Naples et vers Foggia. Naples, choisie comme centre universitaire, coagule les savoirs juridiques et lettrés de la Campanie ; elle aspire aussi les nobles et les marchands d’Amalfi. C’est sa chance. Alors que son port reste marginal, « tangentiel », sa petite noblesse et ses étudiants fourniront les cadres d’une administration remarquable et d’une justice sereine et rigoureuse, force des Angevins.

Le choix de Naples comme capitale que fait Charles Ier manifeste la continuité de Frédéric et de Manfred. Il prend acte du déclassement démographique de Palerme, et des nouvelles stratégies que dessine la « diagonale angevine », Provence, Piémont, Toscane, Morée, bientôt Hongrie. Ce choix est celui d’une capitale « active », unificatrice : la noblesse napolitaine administre l’État et pénètre la féodalité, les barons affluent auprès d’une Cour riche et prestigieuse, foyer culturel ; l’idéologie de justice et de service de l’Église s’affermit ; un marché de redistribution s’établit à Naples. Cette capitale crée une « nation napolitaine » exaltée par les historiens du XVIe siècle en opposition à l’hégémonie espagnole. Et, comme Palerme est la référence obligée, G. Galasso la qualifie de capitale « passive », qui vit de sa cour ; mais la Palerme du XIIe a aussi diffusé sa noblesse et de sa bureaucratie, et c’est tôt un marché de gros, concurrencé par Messine. Enfin, comme il s’est créé une nation napolitaine, Palerme a offert en 1282 les prémisses d’une nation sicilienne qui soutiendra une guerre de quatre-vingt-dix ans contre Naples. Seul point de dissemblance, l’absence à Palerme de conscience collective, même s’il y existe des institutions municipales dès le XIIe siècle.

La hauteur de vue de G. Galasso, sa connaissance de la longue durée, dans le domaine méridional comme dans celui des relations avec le monde ibérique et la France, sa capacité de comparer sans confondre, font que ce recueil d’articles, avec ses imperfections, apporte un éclairage puissant sur l’histoire et sur l’historiographie de Naples. Giuseppe Galasso se détache finalement de Benedetto Croce, qui voyait dans l’histoire du Mezzogiorno un théâtre où le peuple se contentait d’être le spectateur, sauf à casser fugitivement les bancs et à brûler la scène. Il démontre au contraire qu’une nation existe dès le XIVe siècle, que la cité de Naples en assume à l’occasion la guide, quand la monarchie est faible et que l’aristocratie se laisse aller à l’indiscipline, que l’intérêt commun n’est pas toujours un slogan des partis nobiliaires, mais qu’il est ancré dans la conscience des administrateurs et des juges.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *