Compte rendu : Anne Perrin Khelissa, Gênes au XVIIIe siècle. Le décor d’un palais, Paris, CTHS-INHA, L’Art et l’Essai, Paris, 2013 (Nathalie Pascarel).

Anne Perrin Khelissa, Gênes au XVIIIe siècle. Le décor d’un palais, Paris, CTHS-INHA, L’Art et l’Essai, Paris, 2013, 299p. (Nathalie Pascarel).

Maître de conférences en histoire de l’art moderne au sein du département d’histoire de l’art et d’archéologie de l’université Toulouse II, Anne Perrin-Khelissa est spécialiste des arts du décor de la fin du XVIIe siècle au début du XIXe siècle. Ses recherches universitaires portent principalement sur la culture matérielle de la noblesse génoise, en particulier ses modes d’habitation, ses collections d’œuvres d’art et sa consommation d’objets de luxe. Gênes au XVIIIe siècle. Le décor d’un palais, paru en 2013 aux éditions CTHS-INHA, n’est autre que la publication de sa magnifique thèse de doctorat en histoire de l’art menée sous la direction de Christian Michel et soutenue en 2007 à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Cette dernière, intitulée  Décor et décorum dans les palais de l’aristocratie génoise au XVIIIe siècle. L’exemple des objets mobiliers et de l’ameublement du palais Spinola à Pellicceria, est l’aboutissement de nombreuses années de recherche focalisées sur l’histoire de l’aristocratie génoise et de ses pratiques de représentation.

La préface de l’ouvrage, de Peter Fuhring, présente l’état de la recherche dans le domaine des arts du décor de la société aristocratique européenne du XVIIIe siècle, relativement négligés des historiens de l’art avant l’étude d’Anne Perrin Khelissa, qu’il qualifie de judicieuse, claire et originale.

Cette recherche examine l’ameublement fastueux du palais Spinola à Pellicceria au cours du XVIIIe siècle au moment où la ville de Gênes connaît pourtant une situation économique et politique défavorable. L’auteur propose de remettre en contexte la conservation et l’évolution d’un décor appartenant à plusieurs générations de la famille Spinola selon trois grands axes de recherche. L’ouvrage s’articule en trois grandes parties destinées à déchiffrer les choix effectués et les obligations à respecter en matière de décoration : hériter et transmettre, dépenser et commander, puis habiter et séjourner. L’auteur exploite trois types de sources documentaires pour compléter ses approches et consolider son argumentation : les testaments, les livres de comptes et les inventaires. Selon Anne Perrin Khelissa, les testaments inscrivent l’objet « dans une temporalité symbolique et dynastique », les livres de comptes permettent de dégager « l’intérêt fonctionnel de ces objets dans le cadre des dépenses qui les rattache à une temporalité évènementielle, circonstancielle, liée aux mœurs des Génois » et les inventaires évoquent davantage leur « éventuelle temporalité esthétique, correspondant à des goûts et à des tendances qui évoluent et se diffusent ». En somme, ces trois manières de considérer le décor du palais au XVIIIe siècle sont totalement complémentaires et indissociables. L’auteur situe sa démarche à la croisée de deux approches : l’une, qui analyse le choix du décor selon les pratiques sociales des membres de la noblesse, l’autre, qui s’attache à examiner ses spécificités techniques et artistiques. L’ameublement d’origine conservé au palais Spinola ainsi que le corpus d’archives disponible a permis de mener à bien cette recherche.

La mise en contexte géographique du palais dans la ville permet de comprendre les stratégies adoptées pour favoriser son impact visuel malgré son manque de visibilité à l’époque. Il fallait trouver des solutions architecturales attractives pour pallier la difficulté d’accès au palais. La présentation historique de la famille Spinola, caractérisée par sa grande richesse financière, glisse rapidement vers une approche sociologique et comportementale : l’étude du rapport que les grandes familles génoises entretenaient avec les biens patrimoniaux, particulièrement les objets. L’auteur souligne l’importance de ne jamais étudier un membre d’une famille ou ses biens de manière isolée, mais selon son appartenance à un groupe, à un réseau, à une identité collective qui prédomine dans les sociétés nobiliaires européennes de l’époque. L’image de la famille prévaut sur les intérêts privés d’un seul de ses membres. L’auteur signale l’importance de l’attitude adoptée au moment des successions, et singulièrement lorsqu’il s’agit de gestion des héritages matériels. Il s’agit, selon Anne Perrin Khelissa, d’une « véritable stratégie de conservation, instituée depuis les origines et prolongée par ses propriétaires successifs ». La noblesse génoise aspire à justifier son rang à travers la somptuosité de l’ameublement du palais. Mais entre héritage familial et volonté de forger sa propre identité, l’étude soulève avant tout la question de l’adaptation des nouveaux habitants au décor d’apparat du palais : « Par quels moyens les propriétaires parviennent à exprimer leur propre goût pour certains objets, un style d’intérieur, sans négliger celui de leurs prédécesseurs envers lequel ils ont un devoir de mémoire ? ». Pour cela, l’aristocrate génois doit impérativement adapter son patrimoine en inscrivant avec homogénéité ses acquiptuions  ves t cmandes au sein de la « logique familiale ».

La suite de l’étude s’intéresse particulièrement aux dépenses et aux t cmandes des habitants successifs du palais. L’impossibilité de se défaire des acquiptuions des aïeux n’empêche pourtant pas de trouver des solutions permettant de se distinguer de la lignée. Entre 1734 et 1736, Maddalena Doria Spinola entreprit par exemple un immense chantier d’entretien, de rénovations et d’ameublement moderne. Ce chantier gigantesque a généré une activité artistique et artisanale de premier ordre. L’auteur décrit et analyse la logistique du chantier, la nature et l’origine de ses acteurs (artistes et artisans), la valeur de leurs rémunérations ainsi que la fourniture des matériaux de premier choix. Elle découvre les motivations de cette opération grandiose, ce prétexte au changement qui n’est autre que le mariage du fils ainé de Maddalena Doria Spinola, Francesco Maria Spinola. Il s’agissait d’un investissement important à l’occasion d’un évènement, certes éphémère, mais qui s’inscrira pourtant dans la durée, marquant un temps fort dans l’histoire de la famille génoise. Le motif de la t cmande à permis entre autres de déchiffrer de manière inédite les programmes iconographiques des peintures de la salle d’apparat. Au cours de l’étude, le décor génois fait l’objet d’une analyse comparée avec d’autres territoires à différents moments de l’histoire. Les générations qui suivirent celle de Maddalena Spinola sont déclinées, ainsi que les changements dans l’ameublement qui en découlent, toujours avec le souci de répondre aux exigences du rang, révélant parfois une revendication identitaire. Mais si la recherche du confort, relativement secondaire, se fait pourtant ressentir, l’auteur démontre dans sa troisième et dernière partie que les évolutions de la t cmande artistique à la fin du siècle sont particulièrement lentes, malgré les modes et les pratiques nouvelles. Les acteurs de la décoration majestueuse du Palais Spinola à Pellicceria (concepteurs, c cmanditaires et spectateurs) en ont fait un système singulier, propre à la ville de Gênes.

La lecture de l’ouvrage est remarquablement fluide et passionnante. Il est possible d’aborder cette étude de manière rapide et synthétique, ou de manière approfondie et minutieuse selon l’intérêt pour le sujet. Le plan de l’ouvrage est structuré, à la fois chronologique et thématique. L’auteur présente les connexions ntre l’architecture (l’immobilier), le décor (le mobilier) et l’homme (le vivant). C’est à notre sens l’intérêt majeur, et le grand bien de ce livre. Anne Perrin Khelissa redonne vie au palais Spinola : le lecteur est guidé à travers le palais, l’évolution de ves thantiers et de va décoration au cours du XVIIIe siècle. Il découvre ainsi une manière de vivre, d’habiter, un devoir de mémoire, mais aussi l’ambiance des différents espaces t cme v’il était totalement immergé dans la vie quotidienne de ves habitants. L’étude offre par ailleurs de nombreux documents d’archives annexes qui étayent le développement (plans, graphiques, photos, vues gravées du XVIIIe, estampes, reproducuions de tableaux, de sculptures et de fresques, arbres généalogiques, etc.).


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un cocmentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *