Compte rendu: Lynn Gaudreault, Pouvoir, mémoire et identité. Le premier registre de délibérations communales de Brignoles (1387-1391), édition et analyse, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2014 (Henri Bresc)

Lynn Gaudreault, Pouvoir, mémoire et identité. Le premier registre de délibérations communales de Brignoles (1387-1391), édition et analyse, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2014 (Henri Bresc)

L’ouvrage de Lynn Gaudreault se présente comme une nouveauté remarquable ; c’est la première fois, dans l’aire méridionale, qu’on publie une étude centrée sur la forme des registres du gouvernement urbain, les usages de la mémoire et la représentation de l’autorité municipale qui s’exprime et se forge en s’exprimant dans l’enregistrement des délibérations et des décisions. La problématique, exposée au premier chapitre et appuyée sur une riche bibliographie, évoque l’ensemble des nouvelles perspectives, de la Pragmatische Schriftlichkeit à l’étude de la communication politique.

Il y a un air du temps, sans doute, dans ce choix : l’ouvrage de Deborah O’Brien sur les premiers registres de Londres et d’York, la thèse d’Alexandra Gallo sur Sisteron à la fin du Moyen Âge, bientôt publiée, celle de François Bordes sur Toulouse et celle de Caroline Fargeix sur Lyon, encore inédites, analysent les délibérations, en ordre plus dispersé. L’originalité de L. Gaudreault est de s’en tenir à ce noyau : elle analyse dans une problématique de communication, représentation et légitimation, et elle publie un registre, le premier conservé (les registres précédents ont probablement été brûlés, comme à Draguignan, à la fin de la guerre civile pour effacer les témoignages du carlisme par une damnatio memoriæ conduisant à l’oubli ou plutôt pour favoriser la conciliation), dans un contexte parfaitement dominé, celui de la fin de la guerre civile de l’Union d’Aix et le ralliement des carlistes à la nouvelle dynastie angevine. La méthode est excellente, nouvelle pour l’aire provençale, et hardie. Les résultats sont quelquefois conformes à ce qu’une observation classique devinait, mais c’est ainsi plus clair, plus carré. L’édition du texte suit les principes énoncés par l’École des Chartes avec quelques variantes (certains mots sont corrigés et les leçons originales mises en note). C’est le premier registre communal publié dans l’aire provençale : l’appareil critique de l’édition est impeccable ; il y manque seulement un lexique des mots latins et provençaux remarquables, et une étude du cursus et de la rhétorique notariale. On note en effet des mots rares (malenconias, lacessita qu’on trouve chez Pierre de la Vigne, emuli, satagit, perendinare, « remettre au surlendemain », turbinosiis le verbe queo), des tournures savantes avec le supin (accedant locutum), des citations de littérature gnomique (quod tutius est prevenire quam preveniri), des endyades infinies et redoublées (dans la foulée ratam et ratas, firmam et firmas, p. 134), des homéotéleutes infinis aussi en bus, en is, en runt, en em, en re, en are, en tes, en nes, en us, en o, des allitérations en p, comme pre pondere paupertatis est opressa, et promisit et pactum fecit, p. 317. On repère du cursus velox, le plus classique dans cette tradition, (aponantur et depingantur, remedio oportuno, credencia oportuna) ; ces clausules toutes faites sont l’indice du savoir latin et technique des notaires municipaux, capables aussi d’une certaine ampleur rhétorique et des reprises oratoires comme, p. 134, le paragraphe qui commence par Quamquidem.

L. Gaudreault analyse successivement la composition du registre, formé de quatre cahiers reliés tardivement, le fonctionnement et les fonctions du conseil, renouvelé cinq fois en cinq années. Le notaire du conseil écrit immédiatement ou recopie, selon les jours, le procès-verbal de la séance, toujours sous l’autorité et en présence des officiers royaux. Depuis 1377, la session réunit les douze conseillers, les deux syndics et le notaire et s’élargit à des citoyens appelés, admitti, dont la présence va de pair avec l’atrophie du parlement municipal. L. Gaudreault montre une remarquable assiduité, le respect des règles politiques et morales, fidélité à la monarchie (la reine est qualifiée de Sacra reginalis magestas, et le « lien indissoluble » sans cesse rappelé, d’autant que les Brignolais sont des ralliés de fraîche date), souci du bien commun, exprimé avec des mots, indemnitas, tranquillitas (aux résonances augustéennes), qui viennent de la rhétorique de Frédéric II et de l’idéologie du royaume de Sicile, souci de l’équité, unanimité.

Les nouveautés qu’apporte l’édition sont extrêmement nombreuses, et on pourra en développer l’analyse en liaison avec les apports des autres documentations municipales : le registre atteste que le municipe envahit précocement le champ du religieux et assume la responsabilité de la gestion des églises et de la prédication, se préoccupant du salut éternel des Brignolais ; le registre met aussi en lumière la fonction pacière de la commune, les fonctions militaires et d’ambassadeur assumées par les nobles.

On découvre en particulier une nouvelle forme de seigneurie, que la reine Marie de Blois tente d’imposer à la ville de Brignoles en accumulant les charges politiques et administratives (capitaine, bayle, syndic) sur la tête de Jean Drogol qui fait une belle carrière de courtisan, puis du capitaine de compagnies Bernardon de La Sale, nommé bayle, capitaine et châtelain. On retrouve à Naples, en Sicile, en Catalogne, comme l’ont montré les études de Maria Teresa Ferrer, ces « rectories » issues de l’impécuniosité du pouvoir royal, alternant avec des tentatives d’extorsions. La mise en gage des villes domaniales permettrait de réunir solidement ce bouquet d’autorités confiées à un seul homme, conduisant à une seigneurie de fait. La résistance respectueuse et acharnée de la ville à Drogol, traité en « ennemi public », fait échouer toutes ces tentatives. Plus modeste, la tentative de la reine de donner à un noble de sa cour, Pierre de Niort, un poste de notaire municipal, qu’il n’aurait pas occupé, mais sous-loué, se heurte au même mur infranchissable. La défense des privilèges et l’affirmation de l’honneur consulaire, intimement liées,

L. Gaudreault aborde à cette occasion le débat sur la nature démocratique ou oligarchique du régime municipal provençal : Alexandra Gallo a montré l’intense circulation des charges communales entre familles et conseillers ; Brignoles ne manifeste pas non plus une tendance à la concentration des pouvoirs : sur cinq années, 5% seulement des élus participent à trois conseils, et 44% à deux conseils. Les dix syndics élus sont tous différents.

Les conclusions sont bien ciselées, caractère hybride du registre entre valeur probatoire et exaltation du gouvernement municipal, puissance performative de l’écrit qui constitue le conseil et l’« universitas », liaison affichée avec le pouvoir royal légitimant. Elles susciteront de nouvelles recherches, dans l’espace provençal et dans les espaces proches, et l’étude élargie des évolutions le temps.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *