Compte rendu : Clarisse Lauras, Firminy-vert, de l’utopie municipale à l’icône patrimoniale, préface de Taline Ter Minassian, Rennes, PUR, 2014 (Jacques Goulet)

Taline Ter Minassian l’énonce dans sa préface, « ce livre doit se lire comme un roman de l’action municipale ». Cette lecture a quelque chose de réjouissant en ces temps de défiance générale à l’égard des acteurs de la vie politique. Judicieusement illustré de nombreux documents d’époque, photos, plans, articles de presse, cet ouvrage d’une historienne stéphanoise suit pas à pas la formation d’un homme politique, son action nationale, puis son rôle de maire de Firminy, une modeste ville ouvrière de la Loire, de 1953 à 1971. Durant trois mandats, son œuvre de bâtisseur s’est inscrite dans le cadre de la reconstruction des Trente Glorieuses, et précisément Eugène Claudius-Petit avait participé durant quatre années à huit gouvernements instables en tant que ministre de la Reconstruction et de l’Urbanisme, poste crucial à une époque où beaucoup d’habitations étaient vétustes et où l’exode rural, conjugué au baby-boom, rendait la crise du logement aiguë. L’aboutissement de cette action locale est représenté par la création d’un quartier auquel l’auteure s’est particulièrement intéressée, Firminy-Vert. Inspirée de la Charte d’Athènes, cette extension de la ville dans laquelle Le Corbusier (avec une Maison de la culture, un stade, une Unité d’habitation et une petite église, un chef-d’œuvre qui a été classé alors qu’il était à l’état de chantier abandonné) et son « successeur », André Wogenscky (une piscine), sont intervenus à côté de quelques architectes moins célèbres mais tout à fait estimables, Marcel Roux, Jean Kling, Charles Delfante et André Sive. Ce dernier a conçu la « Tour », un bâtiment en hauteur pour cette ville traditionnelle, qu’il a su intégrer à un paysage que l’on créait – un quartier résidentiel plutôt qu’urbain. Claudius-Petit tenait à mettre en application les enseignements qu’il avait tirés de son expérience ministérielle.

Eugène Petit (1907-1989), né dans un milieu populaire, a connu la vie difficile de la classe ouvrière et il ne l’a pas oublié. Ébéniste formé à l’école Boulle, il a appris à dessiner jusqu’à devenir professeur de dessin certifié. Clarisse Lauras retrace le chemin d’un homme qui à tout moment cherchait à apprendre, qui était attiré par l’innovation qu’elle fût formelle, architecturale ou sociale. Ce chrétien qui fut membre de la CGT était un autodidacte audacieux et généreux. L’étape décisive, celle au cours de laquelle il a montré ses capacités et noué ses amitiés les plus durables, celle pendant laquelle il s’est révélé, c’est la Résistance. Il est une des rares personnes qui ont entendu l’appel du 18 juin 1940. Son rôle à la tête de Franc-Tireur a fait de cet ancien de Jeune République (le mouvement de Marc Sangnier) un Compagnon de la Libération et lui a permis de se faire élire député (UDSR) à la Libération, puis de devenir ministre. Il lui a aussi donné une nouvelle identité puisque Eugène Petit a fait précéder son patronyme, très fréquent sinon trop fréquent, de son pseudonyme de résistant. À la fin de son exercice ministériel, Eugène Claudius-Petit eût volontiers mis ses compétences au service de Lyon, mais les hommes en place ne le lui ont pas permis. Engagé à Firminy, il y a œuvré jusqu’au moment où il a été battu et a fini sa vie politique comme député centriste du XIVarrondissement de Paris.

Ce livre trace le portrait d’un élu efficace qui vivait à Paris et ne jouait jamais les notables à Firminy mais qui s’y rendait très régulièrement. Là, il suivait les affaires de près, formait des équipes et tentait de procurer de meilleures conditions de vie à cette population et à ses enfants, notamment avec la création d’un quartier vert, au sens que l’on donnait alors à ce terme, comme une extension plus saine, dans la nature, qui serait donnée à une ville vétuste, enfumée, insalubre et en grande partie composée de taudis loués à petits prix aux mineurs et aux ouvriers. Avec ses descriptions des modes de vie ouvriers et son analyse de leurs mutations liées à l’aménagement progressif d’une fraction de la population dans un quartier neuf, ce livre détaillé nous renvoie à un classique, Rénovation urbaine et changement social. L’auteur, Henri Coing, décrivait et analysait il y a presque cinquante ans les conséquences sur les modes de vie de ses habitants  de la démolition d’un îlot vétuste du 13e arrondissement de Paris1 et de leur relogement dans de nouveaux immeubles : une vie de quartier cassée, moins de cafés et de restaurants, des loyers plus élevés, des achats de meubles et d’électroménager, avec pour conséquences un moindre budget pour le bistrot et le tabac, bref une existence recentrée sur la famille. Un monde s’effondre, un autre naît quand on change collectivement de cadre de vie de manière soudaine, et une partie de la population peine à s’y adapter.

Quand on rénovait Firminy, si on créait sur les hauteurs ce qui ressemble à un grand ensemble, c’était parce qu’on croyait que la population de la cité appelouse allait augmenter. La réussite saute aux yeux : tous les immeubles sont agréablement disposés au milieu d’une verdure ombragée par des arbres ; on a tracé des chemins sinueux et aménagé des escaliers. Cette réalisation se présente comme l’antithèse de la ville ancienne, de celle que connaissaient les Appelous. Comment percevront-ils cette ville à la campagne, comment celle-ci vieillira-t-elle ? Claudius-Petit fait de son mieux et il se pose les bonnes questions, il essaie même d’aider les gens à respecter l’œuvre architecturale que représente la nouvelle cité, en leur demandant de prendre de nouvelles habitudes, de ne plus étendre leur linge aux fenêtres, par exemple.

Le titre du livre indique bien à quels éléments de réflexion cette étude détaillée apporte son concours. Aujourd’hui, les industries du secteur primaire, celles qui faisaient la richesse de la ville en même temps qu’elles maintenaient dans la misère ses travailleurs, ces industries ont périclité, puis elles sont mortes. Les habitants de Firminy-Vert, même de condition modeste, ont une automobile et vont faire leurs courses dans des grandes surfaces. Le lieu d’implantation choisi en hauteur pour l’agrément, est mal relié au reste de la cité. Et puis, la population n’ayant pas crû comme on le prévoyait, on a en partie détruit certains de ces immeubles. Épargnée, l’Unité d’habitation a été divisée en deux : une zone a été transformée en copropriété, l’autre est toujours affectée à des logements sociaux dont les loyers semblent modiques à un Parisien. L’entretien est onéreux, il y a du chômage, et on a même vu des émeutes en juillet 2009…

Ce qui a sauvé ces bâtiments, c’est la patrimonialisation de l’ensemble et au premier rang celle des œuvres de Le Corbusier, qui comptent sans doute, avec Ronchamp, parmi ses plus belles réalisations en France. Des enfants doivent garder un excellent souvenir de leur merveilleuse école maternelle sur le toit de l’Unité d’habitation. Des petites niches au vitrage coloré ponctuent la façade et leur offraient une vision tout en couleur de leur environnement. Les conduites de gaz posaient, dit-on, des problèmes de sécurité mais peut-être ne supportait-on plus l’idée d’une école sur le toit d’un immeuble d’habitation, et puis le nombre d’élèves était insuffisant. L’urbanisme du résidentiel périurbain où l’habitant vient chaque soir refaire sa force de travail, loin des lieux de consommation, paraît aujourd’hui rejeté. Et, pourtant, quelle architecture !

En fait, l’utopie matérialisée, même avec des formes et des couleurs à la hauteur de ses ambitions, déçoit en partie, on a l’impression qu’elle est advenue trop tard. Il reste que Firminy a été rénovée, que beaucoup d’habitants ont été mieux logés et que la ville, autrefois misérable, est maintenant célèbre pour les « édifices de Le Corbusier », comme dit le Petit Larousse. On s’étonne, avec Clarisse Lauras, que le nom de ce maire visionnaire n’ait à ce jour été attribué à aucune portion du territoire de ce chef-lieu de canton auquel il a beaucoup donné et où il a choisi d’être inhumé.

1 Henri Coing, Rénovation urbaine et changement social, Paris, Les Éditions ouvrières, 1966.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *