Compte rendu : Yoann Morvan, Sinan Logie, Istanbul 2023, Paris, Editions B2, Collection Territoires, 2014 (Duygu Tasalp)

Le fond de la question traitée dans ce livre n’est pas un problème spécifiquement stambouliote mais un processus mondial : la métropolisation et l’étalement urbain chaotique, impulsés par un aménagement du territoire guidé surtout par des ambitions économiques et politiques. Istanbul 2023 donne à voir avant tout un exemple d’intervention de l’État – et d’une petite équipe d’acteurs privés forts du soutien de celui-ci – sur l’espace urbain. On assiste sur les rives du Bosphore à un spectacle d’ « urbanisme autoritaire » (P. Lacaze). Les auteurs de ce livre, l’anthropologue Yoann Morvan et l’architecte Sinan Logie, dénoncent la traduction spatiale du néo-libéralisme économique, mis en oeuvre par le Parti de la Justice et du Développement (Adalet ve Kalkinma Partisi, AKP) au pouvoir. Ils s’inscrivent ainsi dans une tendance récente de la recherche en sciences humaines et sociales qui met à mal une vision fantasmée, sinon fausse, partielle d’Istanbul, en mettant à jour son autre face, sombre et violente1. Car Istanbul 2023 parle de violences sur l’environnement naturel et le patrimoine historique ; de violences sur les hommes et les femmes, et des hommes sur les femmes ; de violences sur la ville en somme. Là encore, rien de singulier, nous dira-t-on, il s’agit des « effets marginaux » de l’urbanisation : « la ville encombre et souille son environnement », écrivait Pierre George en 1989, entendant par « la ville », toutes les villes, comme si finalement il s’agissait d’un phénomène naturel, normal, inévitable, indépendant de la volonté des hommes et surtout des dirigeants.

Or, tranchant totalement avec ce genre d’analyse, Sinan Logie et Yoann Morvan font référence au « droit à la ville » (Henri Lefebvre) menacé par un capitalisme effréné (David Harvey). Au delà de « la ville » et des transformations urbaines, ils mettent en lumière une matrice sociale caractérisée par un pouvoir euphorique et une société civile émergente. Aussi Istanbul 2023 qui s’ouvre sur l’image marquante des bulldozers dans le parc de Gezi au printemps 2013, n’est lui-même rien de moins qu’un bulldozer lancé contre les cartes postales idylliques aux minarets et les fantasmes orientalistes de l’imaginaire européen. Les sept collines ont proliféré. Istanbul, qui semble à tout moment prête à déborder dans le Bosphore, a dépassé ses frontières et compte désormais des centaines de collines, offrant de leurs sommets un panorama peu fantasmant : forêts mitées, zones industrielles, eaux souillées. Les yali et les palais d’hier côtoient aujourd’hui hôtels de luxe, yachts et bateaux-mouches. Narguilé et mesiré, ont laissé place aux nouveaux plaisirs et loisirs que sont la télévision, les virées dominicales dans les shopping malls et les pique-niques en clairière d’autoroute. Que le lecteur soit averti : Istanbul 2023 n’est pas pour séduire, mais révéler sans pudeur, voire avec quelque obscénité, ce qui ne se voit pas, ne se montre pas, ni ne se dit.

Loin des sentiers connus et des centres historiques inondés par les touristes, Yoann Morvan et Sinan Logie ont choisi d’arpenter les marges, les périphéries, les « pointes filandreuses » de cet « immense corps urbain informe ». Car l’Istanbul de demain s’expérimente là où sont habituellement transférés ou dédoublés cimetières, hôpitaux, asiles et prisons – autrement dit, les morts, les malades et les bannis, « marginalisés » au sens géographique du terme, parce qu’ils n’ont pas leur place dans la ville. Or, ces franges urbaines, où se trouvent toujours ces exclus de la ville, constituent désormais à Istanbul les laboratoires de la politique d’aménagement du territoire du Parti de la Justice et du Développement (AKP) au pouvoir. Une politique d’urbanisation couplée à une spéculation foncière et immobilière illimitée. C’est là, loin des yeux et des appareils photos que le néo-libéralisme se déchaîne ; qu’il abat, loin de Taksim et du parc Gezi, des millions d’arbres ; qu’il exproprie, démolit, pour construire frénétiquement des autoroutes et des aéroports, accumuler des tours, des gated communities, et des centres commerciaux, au moyen de leviers législatifs et de pratiques clientélistes.

Chaque chapitre de ce livre constitue, selon ses auteurs, « un arpent souhaitant saisir d’un point de vue thématico-géographique le devenir d’Istanbul ». Le devenir, car l’agenda électoral ne connaît pas « l’ici et maintenant ». L’« objectif 2023 » fixé par l’actuel président Recep Tayyip Erdogan, représente la date à laquelle celle-ci devra intégrer les dix premières économies mondiales, à l’occasion du centenaire de la République de Turquie… 1923, c’est aussi la date à laquelle Istanbul fut détrônée au profit d’Ankara, nouvelle capitale pour un nouveau régime. Vengeance d’une ville sur l’histoire? Depuis 1923, de l’eau a coulé sous les ponts du Bosphore2. Désormais, comme le suggérait l’horizon ensoleillé représenté sur les affiches de campagne électorale d’Erdogan pour les présidentielles d’août 2014, il s’agit surtout de regarder vers l’avant, vers l’avenir. Le présent est déjà passé, et le passé n’est là qu’en tant qu’outil d’une politique symbolisante, « fétichisante » et galvanisante. Etat orwellien, l’Etat turc contrôle tous les temps. Aussi dans Istanbul 2023, Yoann Morvan et Sinan Logie nous donnent à voir un futur déjà là, déjà visible. Mais on y aperçoit également les fantômes égarés d’un passé invisible. Les pierres tombales, les temples, la toponymie pourtant, constituent des vestiges physiquement présents de cet autre passé, les traces d’une urbanisation toute en décompositions et recompositions perpétuelles, en exclusions et en intrusions.

Mais la ségrégation patrimoniale et mémorielle – pendant géographique de l’historiographie officielle négationniste -, est à l’œuvre : seul le passé ottomano-turco-islamique semble être digne d’une ré-appropriation politique et d’une muséification aux accents nostalgiques. Or la nostalgie, selon la psychanalyse, est intimement liée au secret collectif, partagé par un groupe soudé dans l’interdiction de trahir ce secret – interdiction elle-même transmise secrètement. Respecter cette interdiction permet de conserver la nostalgie d’un passé perdu et inversement, le sentiment de nostalgie empêche de trahir le secret (E. Schmid-Kitsikis). La communauté nostalgique est ainsi verrouillée par le secret et le mensonge inévitablement induit. Néanmoins le passé-secret, aussi lié soit-il à une perte et à un sentiment de honte insupportable, ne manque pas, tôt ou tard, de refaire surface.

C’est ainsi que dans le livre Istanbul 2023, surgit à Basaksehir, la ferme de Resneli Niyazi Bey. Jeune-Turc originaire d’Albanie, membre du Comité Union et Progrès, Ahmet Niyazi (1873-1912) fut l’un des « héros de la liberté » lors de la révolution constitutionnelle de juillet 1908. La même année, il obtint ces terres composant aujourd’hui l’arrondissement de Basaksehir, via la dépossession des populations arméniennes qui y vivaient… Quand on sait la force du secret collectif en Turquie concernant le génocide des Arméniens et des spoliations qui l’ont accompagné, la ferme de Resneli et sa signification ne peuvent pas échapper au lecteur. Aujourd’hui ce sont les habitants des gecekondu – nouveaux « exclus » – qui sont dépossédés par de puissantes agences constituant le bras armé de l’Etat-AKP dans sa conquête foncière et immobilière. Car si le pouvoir est le contrôle du temps, c’est aussi la maîtrise de l’espace. Des périphéries sont érigées en pseudo-centres symboliques. Les habitats informels continuent de s’improviser aux côtés des luxueux complexes résidentiels. Moins la ville ne connaît de bornes, plus ses habitants se clôturent, s’entourent de murs, physiques ou virtuels. Industrie et patrimoine forment un couple étrange enfantant à la fois déchets toxiques et œuvres d’art. Les inondations répétées n’empêchent pas l’augmentation des investissements dans les projets immobiliers. Les expropriations brutales et la redistribution évergétique aux aspects « islamiques » sont tour à tour pratiquées par les autorités. Istanbul 2023 est le lieu de toutes les contradictions, de toutes les collisions et collusions, entre architectes et gouvernants, gangs de drogue et forces de l’ordre, et de temps à autres, le théâtre de luttes urbaines.

Celles-ci résultent de l’explosion des frustrations de la société face à un pouvoir qui, à l’image de la mégalopole, semble ne plus tolérer de limites. Les « projets fous », comme le percement d’un canal long de 50 km reliant la mer Noire à celle de Marmara, expriment des ambitions mégalomanes. Tout n’est que démesure et spectacle. Les méga-infrastructures, toujours plus immenses, réalisées toujours plus vite, traduisent un désir frustré de grandeur et flattent le sentiment national de potentiels électeurs. Futurs monuments du néo-impérialisme erdoganien, ces projets de ponts, de routes, d’aéroports, constituent autant de liens. Ils lient d’abord ceux à qui ils profitent: des promoteurs aux agences immobilières, en passant par tous les éléments composant le « système AKP » (E. Massicard), sans oublier les investisseurs de capitaux étrangers. Evidemment, ils relient physiquement les hommes non seulement au sein de la métropole, mais aussi dans un système migratoire régional et intercontinental. Au-delà de ses frontières géographiques qui ne cessent de reculer, Istanbul est partout, en Turquie, et au-delà : les célèbres feuilletons télévisés turcs diffusent dans de nombreux pays du Maghreb, des Balkans et du Moyen-Orient de nouveaux fantasmes sur la vie stambouliote.

Loin des rêveries à l’eau de rose, Yoann Morvan et Sinan Logie ne manquent pas d’humour et relèvent, au cours de leur arpentage, des ironies plus ou moins cruelles, plus ou moins poétiques : une salle de mariage en forme d’immense cage blanche en aluminium ; une étendue d’eau souillée baptisée « Eau Pure » ; la recommandation faite aux femmes turques, de plus en plus victimes de violences depuis 2007, de ne pas rire aux éclats dans les lieux publics ; l’élévation d’un hôpital privé spécialisé dans le tourisme médical, près d’une zone industrielle qui atteint des records mondiaux de taux de cancer… Si le lecteur hésite entre rire ou pleurer, en Turquie la société « post-urbaine » des réseaux sociaux, elle, a le sens de l’humour et ne se prive pas du plaisir de tourner en dérision toutes ces incongruités. Mais le rire n’est-il pas une échappatoire à la folie lorsque le présent est trop oppressant?

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, très sérieux lui, pense à demain, à sa postérité. Il est déterminé à laisser une empreinte profonde dans l’espace stambouliote. Le troisième aéroport devra être le plus grand du monde, à tel point qu’il sera visible depuis la Lune, et portera son nom : Erdogan. Lui qui glisse de plus en plus vers la politique de l’ « homme seul » (tek adam), qui reçoit désormais ses hôtes de marques entouré d’une horde de guerriers déguisés symbolisant les empires de l’histoire « turque », rappelle un autre « homme seul » de l’histoire qui démolissait à Rome des bâtiments hérités du Moyen-Âge et de la Renaissance pour isoler et exalter les monuments de l’Empire romain3… Pessimisme ou clairvoyance? Le fait est que l’épuisement déjà alarmant des ressources, l’endettement, public et privé, étatique et individuel, la tri-polarisation politique et la fragilité des équilibres sociaux laissent présager, aux auteurs d’Istanbul 2023, un avenir moins ensoleillé, plus conflictuel, voire « infernal ».

1 Voir notamment le dossier « Istanbul » de la Revue Urbanisme, n°374, septembre-octobre 2010.

2 Jean-François Pérouse, « Istanbul depuis 1923: la difficile entrée dans le XXème siècle », dans Nicolas Monceau (sous la direction de), Istanbul. Histoire, Promenades, Anthologie & Dictionnaire, Paris, Robert Laffont, Collection Bouquins, 2009.

3 Andréa Giardina, André Vauchez, Rome, lidée, le mythe, Paris, Fayard, 2000


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *