Avis de parution : Frédéric Moret, The End of the Urban Ancient Regime in England, Cambridge Scholars, 2015, 375 p.

Frédéric Moret, The End of the Urban Ancient Regime in England, Cambridge Scholars, 2015, 375 p.
http://www.cambridgescholars.com/the-end-of-the-urban-ancient-regime-in-england

The 1835 Reform Act is both a consequence and a continuation of the 1832 Reform Act. By dealing with those « citadels of Torysm »that were the municipal corporations, the Whigs, not only wanted to confirm their electoral victory ,but also to reform the local system largely criticised for decades. Preceding the reform, a thorough investigation was conducted by a group of twenty commissioners- young liberal or radical lawers-who visited 285 municipal corporations in England and Wales. After public hearings, they wrote, for each borough, a detailed report which provided an accurate picture of the municipal institutions and their functioning over decades.

In describing the political organisation, the administration, the legal and law enforcement functions, the reports showed that the municipal corporations were areas of privileges. Beyond the overview provided by those in favour of reform of a system at the breaking point, the reports, while taking into account local situations, measured the role played in urban management by municipal corporations. After an extensive campaign and several petitions, the parliamentary debate resulted in a compromise bill that aimed at reforming only the main royal boroughs. Small towns as well as large indusrtial cities, which had not been granted the royal charter of incorporation, were not concerned by the reform. Though it treated carefully certain former institutions, the municipal reform fundamentally altered the way administration was run and marked the end of the urban Ancient Regime in England as in Wales.

La réforme municipale de 1835 est à la fois la conséquence et la continuation du Reform Act de 1832 ; en s’attaquant aux « citadelles du torysme » que constituaient les corporations municipales, les Whigs voulaient tout autant confirmer leur victoire électorale et réformer un système local, très critiqué depuis plusieurs décennies. La réforme fut précédée par une large enquête, menée par un groupe de jeunes juristes proches du libéralisme voire du radicalisme, qui furent chargés de visiter 285 corporations municipales. A l’issue d’audiences publiques, les commissaires rédigèrent, pour chaque bourg, un rapport détaillé, qui permet de dessiner un portrait précis des institutions municipales et de leur fonctionnement depuis plusieurs décennies.

Décrivant l’organisation politique, le fonctionnement administratif, les fonctions juridiques ou de maintien de l’ordre, les rapports des commissaires montrent les corporations municipales comme un espace de privilèges. Par delà le constat général d’un système à bout de souffle dressé par ces partisans de la réforme, les rapports permettent de mesurer, selon les situations  locales, le rôle joué par les corporations municipales dans la gestion urbaine. Le débat parlementaire précédé d’un large campagne et de nombreuses pétitions, aboutit à une loi de compromis, réformant exclusivement les principaux bourgs royaux. Les petites localités et les grandes villes industrielles, n’ayant pas reçu de charte royale d’incorporation, ne furent pas concernées par la réforme. Ménageant certaines anciennes institutions, la réforme municipale modifie cependant en profondeur le fonctionnement des municipalités, et  marque la fin de l’Ancien Régime urbain en Angleterre et au Pays de Galles.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *