Compte rendu: P. Gilli et E. Salvadori (éd.), Les identités urbaines au Moyen Âge. Regards sur les villes du Midi français. Actes du colloque de Montpellier, 8 décembre 2011, Brepols, 2014 (Marie-Thérèse Lorcin)

Les identités urbaines au Moyen Âge. Regards sur les villes du Midi français. Actes du colloque de Montpellier, 8 décembre 2011, edited by Patrick Gilli et Enrica Salvadori, Urban History, 32, 2014, Turnhout, Brepols, 316 p.

« Identité : le lien d’appartenance, dynamique mais doté de stabilité, transmis d’une génération à l’autre, d’un individu à un groupe social particulier, avec un partage des valeurs, des normes et des représentations puis des idéologies et des symboles ». La définition donnée par Paolo Prodi et rappelée dans l’introduction du recueil est difficile à transposer à une communauté d’habitants. Les congressistes ont cherché une définition plus simple qui s’applique à un « sujet collectif ». Question débattue depuis saint Augustin par les philosophes autant que par les historiens. L’identité urbaine est, dit Michel Hébert, « une manière de vivre ensemble » et c’est à la fois un état et une représentation (p 171-188).

Le thème fut depuis plusieurs décennies l’objet de travaux hors de France, en particulier en Italie, et celle-ci reste la référence et le point de comparaison obligé. Le travail est semé de difficultés. Il faut se garder d’attribuer à la ville une conscience collective a priori, se garder aussi de considérer cette conscience comme un bien immuable alors que son histoire se poursuit au sein d’un Etat devenu aux XIVe et XVe siècles plus fort et pourvu de rouages locaux envahissants. Il faut garder à l’esprit que de multiples facteurs contribuent ensemble à la formation de l’identité urbaine. Certains sont particulièrement importants dans le domaine occitan, tels la féodalité et le droit romain. Appliqué au domaine français, l’étude est compliquée par la diversité des cas. Les régimes consulaires ne sont pas bâtis sur le même modèle, la période où se forme l’identité est agitée par les guerres entre princes, par la diffusion de l’hérésie et par la croisade qui en résulte. En Provence les villages sont souvent fortifiés et urbanisés au point que l’on a du mal à différencier bourgade, petite ville, etc.

Conscients de ces difficultés, les deux colloques tenus à Montpellier en 2010 et 2011 ont voulu remettre sur le métier les sources déjà exploitées mais souvent sans référence à l’identité urbaine, et d’autres sources introduites par une problématique rajeunie à l’exemple de nos collègues italiens.

Les résultats sont présentés en trois parties. La première analyse les « strates documentaires » : livres de mémoire, monnaies et sceaux, livres de compte (6 communications, environ 110 pages). La seconde est consacrée aux évêques et aux relations entre villes et évêques (3 communications, environ 50 pages). La troisième, la plus longue (8 communications, environ 150 pages), s’intitule « unité et diversité » et rassemble tout ce qui ne pouvait figurer dans les deux premières. Le tout est solidement étayé par des rapports introductifs. Le volume ne comporte ni résumés, ni table des illustrations, ni index, contrairement à un usage répandu et fort commode pour les lecteurs.

La période où se formèrent les identités urbaines a suscité moins de travaux que les XIVe et XVe siècles. L’ensemble fait une place de choix à des sources et des thèmes qui antérieurement étaient étudiés surtout à part, sans être raccordés au sujet du colloque, comme le notariat, la topographie des pouvoirs, les pratiques documentaires, etc. La richesse du volume est telle qu’il est impossible de résumer chacune des communications. Après avoir picoré quelques exemples, ce rapport s’attachera surtout à mettre en lumière les éléments de la synthèse élaborée par plusieurs auteurs.

Deux communications sont consacrées aux écrits des notaires (P. Chastang et G. Dumas). On constate partout que l’apparition de notaires publics dans les villes et l’affirmation politique des communautés d’habitants sont des phénomènes concomitants. Le régime de l’authenticité est en fait une délégation de pouvoir au notaire. L’acte notarié authentiqué accoutume les usagers à renoncer à la preuve par témoins. De plus, les notaires mettent au point peu à peu la manière de conserver les écrits sur lesquels s’appuie la mémoire collective. Cela les amène à prendre en charge l’écriture de l’histoire communale (les annales). Le notaire élaborant et conservant la mémoire urbaine apparaît très concrètement sous la plume de G. Dumas grâce à un registre conservé dans les archives de Montpellier et décrivant le travail de deux notaires du consulat qui occupèrent ce poste successivement à la charnière des XIVe et XVe siècles. Ce registre mêlant latin et occitan est une sorte de pense-bête qui montre ce notaire, omniprésent dans les rouages de l’administration, en véritable gestionnaire sans lequel le consulat ne pourrait agir. Le notaire du consulat doit « repérer » : fournir aux consuls un appui juridique, document à l’appui, dans toutes les causes où le consulat est partie. Il doit « recouvrer » : récupérer et garder les pièces originales que les ambassadeurs en mission emportent dans tout le royaume. Il doit « restituer » : il tient en ordre la masse croissante des documents en plaçant chacun d’eux au bon endroit. Quatre inventaires confectionnés entre 1300 et 1508 révèlent que les pièces sont mises dans des caissettes et des armoires, le tout abrité en trois lieux dont la sacristie de la chapelle. Le notaire du consulat doit être né à Montpellier, ne pas recevoir les ordres sacrés et prêter un serment lors d’un cérémonial d’intronisation qui fait de lui à la fois le conseiller du consulat et celui qui incarne le mieux la mémoire de la communauté. C’est évidemment un cursus honorum que peu parcourent jusqu’au bout mais qui donne une idée précise du travail notarial.

L’influence de la ville sur les campagnes qui l’entourent est un phénomène si normal qu’il est en général considéré comme allant de soi. En revanche, l’influence de la campagne sur la ville fait rarement l’objet de recherches. J. Petrowiste a pris l’exemple de Toulouse pour voir ce qu’il en était. Trois auréoles successives entourent cette ville au Moyen Âge. Le finage urbain, appelé dex en occitan, est sous le contrôle direct du consulat et ses habitants partagent avec ceux de la ville une partie des franchises. La seconde zone est la viguerie, qui s’étend sur 10 à 15 km autour des murs. Elle est sous l’autorité du comte puis du roi. Une troisième zone aux contours moins précis est l’espace économique où circulent librement les marchands de Toulouse. Les citadins cependant n’y possèdent pas de terres. Les seigneurs qui tiennent la terre et les hommes ont des relations souvent tendues avec le consulat. Ce dernier se pose en défenseur des libertés et en terre d’asile pour les serfs. Cette image volontiers embellie participe pleinement à la construction de l’identité urbaine et perpétue l’opposition entre la ville et la campagne, d’autant plus que les seigneurs qui s’installent en ville refusent de contribuer aux charges collectives.

Les participants ont accordé une grande attention aux problèmes de vocabulaire (p. 21-29). Ils ont voulu aussi « se débarrasser des vieilles oppositions stériles » et l’évolution de la problématique fut souvent évoquée. Ainsi en est-il du fait de voir les relations entre commune et pouvoir sous l’angle prioritaire des conflits, qui s’imposait dans les années 1980. L’affirmation identitaire des villes méridionales « se fait bien plutôt au sein du pouvoir seigneurial ou royal et en collaboration avec celui-ci » (M. Hébert, p 188). La question de la religion civique fut également débattue à la suite des recherches de P. Monnet et de nos collègues allemands.

Une vue d’ensemble est donnée par M. Hébert qui insiste sur la diversité des cas exposés dans la troisième partie. Construire une identité urbaine en zone occitane est rendue difficile, ne serait-ce que par la fréquence de la coseigneurie. La période de formation met en lumière la différence entre consulat et universitas. Le premier peut être supprimé par le prince, l’essentiel demeure si la communauté survit. L’universitas est un terme plus fort, plus précis apparu à la fin du XIIe siècle à Montpellier. C’est l’universitas qui détient le sceau, la cloche, la maison commune. Par la suite, elle s’affirme à l’intérieur (la chevalerie urbaine) et à l’extérieur (coseigneurie, prince, autres villes). La ville s’efforce de maintenir un rapport direct avec la royauté et de renforcer sa collaboration avec les autres villes (États de Languedoc). En même temps elle est en compétition avec ses voisines pour obtenir d’être le siège d’institutions royales (cour des appels, siège de sénéchaussée) et maintenir son rang dans l’échelle des dignités (préséances dans les assemblées). C’est peut-être au cours de cette seconde phase « ce qui exprime le mieux leurs représentations identitaires ».

Marie-Thérèse Lorcin


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *