Compte rendu : Jean-Louis Roch (sous la direction de), Tabellionages au Moyen Âge en Normandie, Un notariat à découvrir, Presses universitaires de Rouen et du Havre, « Changer d’époque », n°28, Rouen, 2014 (Elodie Capet)

Jean-Louis Roch (sous la direction de), Tabellionages au Moyen Âge en Normandie, Un notariat à découvrir, Presses universitaires de Rouen et du Havre, « Changer d’époque », n°28, Rouen, 2014 (Elodie Capet)

Cet ouvrage, édité par Jean-Louis Roch, réunit les interventions des participants à une journée d’études organisée par le GRHIS (Groupe de Recherche en Histoire-Université de Rouen) le 14 décembre 2012. Il complète la reprise des études sur le tabellionage ces dernières années et s’inscrit dans un mouvement visant à sortir de l’ombre ces registres de tabellions souvent délaissés par les chercheurs car incomplets. Ce livre tient à rappeler que le tabellionage n’est pas un sous-état du notariat méridional. S’il est vrai que les fonds normands ne peuvent égaler la richesse des fonds notariés provençaux ou catalans, ils permettent, néanmoins, d’approcher de manière différente la société et l’économie médiévale et viennent souvent compléter les acquis apportés par les comptabilités ou les documents législatifs. De plus, le tabellionage normand présente des caractères particuliers (séparation des biens meubles et immeubles, peu de testaments et d’inventaires après décès enregistrés) qu’il est intéressant de découvrir grâce à ce volume.

L’intérêt de cet ouvrage tient également à son encrage urbain. Les différents chercheurs se sont appuyés sur les registres des villes et petites villes de Normandie ou pour certains plus largement de l’Ouest du royaume de France, proposant ainsi d’utiliser les registres de ces officiers pour apporter des connaissances nouvelles sur la société urbaine, son organisation, son fonctionnement.

La première partie de ce livre est consacrée à la nature des registres et au rôle des tabellions. Avant de s’intéresser au contenu de ces sources, il est en effet indispensable de comprendre leur réalisation, leur valeur et leur histoire. Il est vain de vouloir étudier les hommes et les activités d’une ville par le biais des registres de tabellions sans avoir auparavant analysé le travail de celui qui rédige ces actes et les conserve. L’article d’Isabelle Bretthauer présente justement l’organisation des registres de tabellionage et l’histoire de l’enregistrement des actes. Elle relève de manière judicieuse les différences de termes utilisés en Normandie et montre tout l’intérêt (notamment financier) qu’ont les commis ou les successeurs à conserver ces registres. Philippe Cailleux s’intéresse, quant à lui, aux prix des actes, en comparant les textes officiels (l’ordonnance de réformation de Philippe le Bel de 1303 et un arrêté du Parlement de Rouen de 1519) aux sommes présentes sur les actes. Ces premières recherches montrent une certaine conformité des prix entre les deux types de sources, tout en sachant que certains suppléments étaient demandés aux clients, notamment lorsque les actes étaient passés en dehors de l’office du tabellion. Les tarifs évoluaient donc en fonction du type d’acte et du travail du tabellion, il comprenait le sceau, le registre et le travail d’écriture. Jean Thibault s’intéresse aux notaires et tabellions d’Orléans et de Nevers et rappelle l’écart considérable entre le travail de ces hommes, leur carrière, leur personnalité, qui restent inconnus ou méconnus et leurs minutes qui sont utilisées par les chercheurs depuis des décennies. Orléans offre la particularité d’être une ville universitaire, où les notaires recevaient un enseignement de droit civil. Il soulève également la question d’une pluriactivité de ces individus au regard des revenus modestes tirés de ce travail. A Nevers, il est plus difficile d’identifier les tabellions compte tenu de dénominations multiples et d’un fonds documentaire beaucoup plus restreint. Enfin, il rappelle la chaîne opératoire de la rédaction d’un acte, de la prise de note sur feuille volante devant le client à la rédaction du registre. Virginie Lemonnier-Lesages propose une approche différente en s’intéressant à la séparation des biens des époux dans les actes de mariage et aux mentions de droit de remport, permettant à la veuve de récupérer la moitié des biens acquis durant le mariage.

La deuxième partie de l’ouvrage présente quelques domaines de recherche pour lesquels l’étude des registres de tabellionage apporte des éléments significatifs. L’histoire des villes en fait partie, les documents conservés étant majoritairement urbains. Denise Angers se consacre à l’histoire de Caen à la fin du Moyen-Âge. Vingt-huit registres, parfois lacunaires, ont subsisté, couvrant la période 1380-1500, bien que le tabellionage soit plus ancien. Elle effectue deux sondages, l’un dans le premier registre conservé, le seul comportant des biens meubles, apportant ainsi des données pour l’histoire économique et industrielle de la ville, et l’autre dans quelques registres de la deuxième moitié du XVe siècle, permettant par exemple de suivre des individus, notamment les bourgeois, qui viennent régulièrement faire enregistrer des actes. Philippe Levaudel a consacré son étude aux conseillers de Rouen qu’il recherche dans les registres de tabellionage où il peut accumuler des informations sur leur personne et leur fortune immobilière. Il rappelle à juste titre les problèmes liés à l’identification des individus et particulièrement l’homonymie. Bruno Sintic s’est consacré aux petites villes (Louviers, Vernon, Neufchâtel, Montivilliers, Eu, Pont-Audemer), bien que peu de registres soient conservés pour le XVe siècle (seulement cinq), ils sont plus abondants au XVIe. Il présente différentes figures telles que le bourgeois ou le noble et relève les mentions professionnelles et les ventes de produits dans le but d’éclairer la société urbaine et le travail. Alain Sadourny s’appuie sur trois registres rouennais pour étudier les transactions commerciales dans la ville à la fin du Moyen Âge (blé, vins, poisson, poids, laine). Enfin, Philippe Lardin a relevé les contrats d’apprentissage et les contrats d’allouement pour les valets afin de proposer une étude de cas. Il éclaire ainsi les modalités de mise en apprentissage, l’origine géographique des apprentis le coût de l’apprentissage, sa durée et le salaire des ouvriers.

En somme, les deux moments de cet ouvrage se complètent pour proposer une première ébauche de l’étude du tabellionage normand et des possibilités de recherches à partir de cette source particulièrement riche, bien que souvent très lacunaire.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *