Compte rendu: Vanessa Caru, Des toits sur la grève. Le logement des travailleurs et la question sociale à Bombay (1850-1950), Paris, Armand Colin/Recherches, 2013, préf. de Jacques Pouchepadass (Jean Lorcin)

Vanessa Caru, Des toits sur la grève. Le logement des travailleurs et la question sociale à Bombay (1850-1950), Paris, Armand Colin/Recherches, 2013, préf. de Jacques Pouchepadass, 412 p. (Jean Lorcin)

Cette thèse de doctorat d’un chercheur de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales issu de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon vise un double objectif1.

Tout d’abord, elle souligne le déplacement des conflits sociaux des usines, dans une ville vouée à l’industrie du coton, aux logements sociaux, qu’ils soient édifiés par le patronat ou par l’État. Le patronage d’E. P. Thompson légitime cette approche, qui met au premier plan les servitudes de la vie quotidienne. Ce déplacement rappelle, sous nos latitudes, le transfert des luttes du Parti communiste de la cellule d’entreprise à la cellule de quartier. Á Bombay, les communistes, pour échapper à la répression, transfèrent leurs réunions des sections d’usine (mill committee) dans les cours des immeubles sociaux (p. 258-259). Cette évolution est allée de pair avec la reconnaissance du rôle des femmes, ici peu développé. Cette lacune ne laisse pas de surprendre à une époque où la gender history anglo-saxonne fait prime sur le marché des idées. Elle peut s’expliquer par la marginalisation bien réelle de la femme dans un contexte religieux hindouiste ou musulman. Il n’est que de voir l’importance accordée par les locataires à la ségrégation des femmes dans un espace réservé, quitte à couper en deux l’unique pièce du logement par un mur à mi-hauteur, au risque de plonger « la partie de la pièce la plus éloignée de la fenêtre dans une obscurité permanente », objectait le Land Manager du Bombay Developpment Department2 qui gérait les logements sociaux construits par l’Etat à partir de 1919.

L’expression « des toits sur la grève » prend alors tout son sens. Ce transfert de luttes sociales de l’usine au logement est le fait d’une politique délibérée du patronat, qu’il ait le soutien du pouvoir colonial ou des nationalistes du Parti du Congrès, au pouvoir après la Seconde Guerre mondiale, avec l’Indépendance. Il s’agit d’enrayer le mouvement social par des réformes sociales qui portent non sur le salaire minimum, objet principal d’une revendication ouvrière qui se heurte à l’opposition frontale de patronat, mais sur le loyer. Sur ce terrain, en effet, l’Etat, colonial ou national, peut relayer les patrons d’usines en construisant des logements sociaux. C’est le reflet des politiques métropolitaines de lutte contre les slums, le taudis, avec les cités-jardins anglaises, les HBM françaises, etc. Cette politique sociale réformiste favorise une classe moyenne ouvrière dont les autorités patronales ou coloniales s’efforcent de dissocier le sort de celui de la masse misérable qui reste confinées dans des taudis. L’auteur se réclame, ce faisant, de Gramsci, qui a théorisé cette stratégie patronale de division de la classe ouvrière par son embourgeoisement social, culturel et politique auquel contribuaient même les nationalistes. Ils luttaient contre des pratiques populaires comme les festivités accompagnées de chants religieux (p. 273) avant de les récupérer en les colonisant, tout comme les gymnases où l’on s’exerçait à la « lutte » traditionnelle (p. 309), aux mains jusqu’alors de mafias locales. Pour autant, la gauche du parti du Congrès, avec Nehru, se montrait fort critique à l’égard de la rente de situation des propriétaires qui accaparaient le pouvoir municipal, les candidats aux élections municipales devant assurer seuls le coût de leur campagne électorale, ce qui ne pouvait que favoriser les classes possédantes (p. 316). Ce transfert du terrain des luttes de l’usine au logement n’a pu qu’être accentué par la désindustrialisation de Bombay après 1950.

Le deuxième apport original de la thèse de Vanessa Caru n’apparaît qu’in fine, avec la description des premières années de l’Indépendance : c’est relativiser la portée de la « décolonisation ». Les autorités de l’Empire britannique sur son déclin ont partie liée avec les nationalistes bourgeois du Parti du Congrès, le parti de Gandhi, face à l’agitation ouvrière naissante, après avoir tenté en vain d’en freiner les progrès en utilisant la surenchère socialiste. Les autorités coloniales ont fini par ménager les nationalistes bourgeois et faciliter leur accès au pouvoir lorsqu’elles se sont senties menacées par l’agitation sociale. « Nos intérêts se touchent », disait une caricature tunisienne au lendemain de l’Indépendance : on voyait en effet sur le dessin se coller l’une à l’autre les bedaines respectivement du colon coiffé d’un casque colonial et du notable local coiffé d’une chéchia. C’est une illustration de la relativisation du saut qualitatif de la décolonisation qu’illustre, ailleurs, par exemple, la permanence de la « Françafrique ».

Comme on le voit, cette thèse vise à mettre en question un certain nombre d’idées reçues, la réduction des luttes sociales à la question du salaire, sur le terrain de l’usine, la révolution qu’aurait représenté la décolonisation. Cela ne rend que plus regrettable de voir bien souvent ces conclusions explicitées clairement seulement en conclusion des chapitres et du livre. En effet, le plan chronologique choisi par l’auteur, neuf chapitres, neuf périodes, disperse gravement l’intérêt. Un exemple : la description des effets pervers du culte de la vache, introduite dans les logements sociaux contre tous les règlements, qui ne tolèrent que les chats, témoigne de la permanence de certaines pratiques comme « l’utilisation de la bouse de vache » pour « laver » les sols, attestée en 1904 comme au début des années 1920 (p. 239). Il en est de même de la place faite au logement social, réduit à une seule pièce, avec une moyenne de sept habitants, les sous-locataires étant tolérés : cela reste la norme du début du XXe siècle (p. 147 et 165) aux années 1950 (p. 336) ! Il en est de même des conditions d’hygiène, l’afflux des populations pendant les deux guerres mondiales qui ont créé un large appel de main-d’œuvre, n’ayant fait que les aggraver. L’approvisionnement en eau laissait toujours à désirer, les ordures continuaient de s’entasser au voisinage des cités : « Les enfants s’amusent beaucoup à fouiller dans les tas de déchets pour y trouver des bouts de tissu, de papier, de bois, de boîtes de conserve, etc. », déclarait une travailleuse sociale encore en 1946.

Il aurait donc été préférable de choisir un plan thématique, quitte à faire précéder le développement par un simple tableau chronologique croisant l’événementiel politique avec les mutations urbaines, comme le passage du bois et de la brique au béton armé (p. 46, n. 1 et p. 152) dans la construction des logements sociaux ou l’investissement des banlieues par le logement ouvrier.

La reproduction photographique des plans successifs de la ville de Bombay est pleine d’intérêt, mais, compte tenu du format adopté, nous rend difficile la lecture sans loupe. Il eut fallu souligner les grandes étapes du développement du logement social par des croquis illustrant, par exemple, la liaison de sa localisation avec celle des usines et avec le réseau des moyens de transport publics.

Ces réserves faites, il n’en reste pas moins que cette thèse, appliquée à un domaine exotique mal connu des chercheurs français – l’essentiel de la bibliographie, à part quelques références à Annie Fourcaut, Roger-Henri Guerrand, Jean-Pierre Goubert ou Alain Corbin, est anglo-saxon ou indien – apporte une ouverture originale sur le lien entre les luttes sociales et l’urbanisation applicable à l’ensemble des villes coloniales, en particulier en Afrique francophone.

1 Vanessa Caru a reçu pour sa thèse le prix de la SFHU en 2011.

2 27 juillet 1923, cit. p. 204, note 1.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *