Jean-Yves Andrieux (sous la direction de) Villes de Bretagne. Patrimoine et Histoire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes-Cités d’art de Bretagne, 2014 (Yann Lignereux)

Jean-Yves Andrieux (sous la direction de) Villes de Bretagne. Patrimoine et Histoire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes-Cités d’art de Bretagne, 2014, 383 p. (Yann Lignereux)

Le volume dirigé par Jean-Yves Andrieux est un objet historiographique hybride dont l’intérêt s’appuie tout autant sur la remarquable iconographie dont il bénéficie que sur une science historique solidement charpentée. L’ouvrage est divisé en quatre parties chronologiques dont la responsabilité a été confiée successivement à Yvan Maligorne, Yves Coativy et Daniel Pichot pour la « Naissance de la ville », à Georges Provost, André Lespagnol, Jean Martin, Gauthier Aubert et Guy Saupin pour la période courant « De la ville médiévale à la ville classique », à Pascal Burguin, Claude Geslin, Gérard Le Bouëdec et Jean-Yves Andrieux pour « La ville du XIXe siècle », et, enfin, à Philippe Bonnet, Patrick Dieudonné et Daniel Le Couédic pour « La ville du XXe siècle ». Davantage encore que cette double qualité, le livre de Jean-Yves Andrieux retient toute l’attention du lecteur par le militantisme dont il fait preuve en ce sens qu’il bat en brèche l’idée confusément partagée que la Bretagne, pays de marins héroïques et de paysans immémoriaux, ne pourrait fondamentalement pas être une terre de villes et de citadins. Ce caractère démonstratif et sa qualité de « beau livre » sont redevables d’un projet porté autant par l’association « Petites Cités de Caractère de Bretagne » que par l’union des « Villes d’art et d’histoire et des Villes historiques de Bretagne » qui ont conjugué leurs efforts et ont su s’adjoindre la maîtrise éditoriale des Presses Universitaires de Rennes. Ouvrage politique à plus d’un titre donc, objet patrimonial remarquable, c’est un livre d’histoire surtout qui embrasse la chronologie – du second âge du fer au XXIe siècle – du fait urbain breton à même de convaincre de l’inanité de l’imagerie fantasmée d’une Bretagne où la Ville ne pourrait jamais être autre chose qu’une cité submergée par les flots, telle Ys des légendes, ou l’horizon incertain de campagnes suffisantes dans un rapport qui se limiterait à unir la terre et le Ciel. Il se veut, enfin, la démonstration d’une conjugaison régulièrement déclinée tout au long de cette vaste chronologie de la modernité bretonne, celle du radôme de Plemeur-Bodou et du tourisme contemporain des villes patrimonialisées comme celle des modélisations urbaines des Lumières et des bourgs fortifiés du XIIIe siècle. Cette inscription dans la contemporanéité est particulièrement sensible dans la part belle donnée simplement en termes de pagination au siècle passé mais également dans la construction intellectuelle de l’ouvrage qui clôt le séquençage chronologique par une cinquième partie confiée à Patrick Harismendy et Jean-Bernard Vighetti embrassant « La ville symbolique : de l’Ancien Régime au XXIe siècle » et dont le titre de la seconde séquence est, dans sa partie finale, comme la bannière sous laquelle s’est rangée toute l’entreprise éditoriale : « la ville retrouvée ». L’ampleur tant chronologique que thématique de l’ouvrage empêche, comme bien souvent pour ce genre historiographique, de procéder à un compte-rendu aussi précis qu’exhaustif mais je voudrais, pour le conclure, conjurer l’effet possible sur le lecteur des lignes qui précèdent d’un propos ne pouvant intéresser qu’en priorité les contemporanéistes. Les quatre périodes chronologiques sont bien au cœur de l’ouvrage et le temps long de la ville côtoie le ré-enchantement urbain actuel et les recompositions mémorielles contemporaines dont le livre souhaite être, tout à la fois, le témoin et le chantre. L’historien également de son propre projet puisque le livre se clôt sur l’ample travail accompli à partir des années 1990 par les maîtres d’œuvre de l’ouvrage afin de mettre en scène une richesse urbaine dont la méconnaissance en termes d’intérêts patrimoniaux et touristiques était flagrant jusqu’à la fin des années 1970. Un ouvrage bel et bien politique donc car au-delà des chapitres attendus sur la pax romana, la renaissance bretonne du XIIIe siècle, la ville parlementaire et les cités idéales des intendants et des ingénieurs des Lumières comme des reconstructions de la seconde moitié du XXe siècle, le spectacle déployé au long de ces 300 pages est d’abord la reconnaissance d’une éducation du regard pour continuer à faire de la cité un espace à « faire partager à tous », affirmation d’une ambition avec laquelle s’achève la dernière phrase du volume lui-même.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *