Compte rendu: Fabien Desage, Christelle Morel-Journel, Valérie Sala Pala (dir), Le Peuplement comme politiques, PUR, 2014. (Muriel Cohen)

Fabien Desage, Christelle Morel-Journel, Valérie Sala Pala (dir), Le Peuplement comme politiques, PUR, 2014, 386 p. (Muriel Cohen)

Alors que le Premier ministre Manuel Valls appelle à une « politique du peuplement pour lutter contre la ghettoïsation, la ségrégation »1, Le peuplement comme politiques tombe à point nommé. Cet ouvrage collectif est issu d’un colloque interdisciplinaire qui s’est tenu 2011, intitulé « le peuplement, catégorie insaisissable des politiques urbaines ». Les contributions sont en majorité celles d’urbanistes, sociologues et politistes, mais on compte également quelques historiens, géographes et même un philosophe. Les quelques documents présentés par les contributeurs sont pertinents et utiles, et la bibliographie en fin d’ouvrage est abondante. Les auteurs ont cherché à bien problématiser leur propos, puisque le livre est constitué de deux préfaces, une introduction générale, une introduction à chacune des quatre parties et enfin une postface.

Un des principaux enjeux de cette problématisation est la notion même de « peuplement », dont la traductibilité même est interrogée dans la première préface. L’absence de délimitation du terrain dans le titre, de même que celle des bornes chronologiques, s’explique par le choix d’interroger de façon large cette question. C’est notamment le cas dans la première partie « Gouverner les populations par l’espace », qui revient sur le contrôle des déplacements de population à l’échelle régionale dans des situations aussi variées que la Turquie, Israël et l’Algérie coloniale. Ce choix pose cependant question dans la mesure où il aboutit à une mise en équivalence, dans une perspective foucaldienne revendiquée, des entreprises de déplacements forcés en contexte guerrier ou colonial et des politiques urbaines contemporaines. La généalogie coloniale des politiques de peuplement (pourquoi se limiter au moment colonial et au XIXe siècle ?) n’apparaît néanmoins pas totalement convaincante (l’article de Luca Paltrinieri est véritablement intéressant mais reste totalement théorique). Si l’article de Fabien Sacriste a l’intérêt de montrer que derrière la volonté de lutter contre l’ALN, il existe également un véritable projet « civilisateur » au cœur de la politique des camps de regroupement, l’apport de la première partie à la réflexion sur les politiques urbaines contemporaines n’apparait cependant pas direct.

Celles-ci constituent en réalité le cœur de l’ouvrage. Dans les trois parties suivantes (fonction et usage des catégorisations, instruments des politiques de peuplement, politisation de la question du peuplement), le propos est totalement franco-centré, en dehors d’une incursion par le Vietnam (un article de Marie Gibert sur le carnet résidentiel) et d’une comparaison entre Paris et Londres (Lydia Launay sur les Key workers). Surtout, la question du peuplement est désormais abordée principalement sous l’angle des discriminations à l’égard des immigrés dans l’accès au parc social, de la rénovation urbaine et des enjeux de la mixité sociale. Peuplement s’entend alors comme « action visant à modifier ou maintenir [la] distribution [d’une population sur un territoire donné] en fonction de certaines caractéristiques sociales, ethniques, religieuses, sexuelles, ou autres » (p. 17). La plupart des articles sont des études de cas à partir de grandes villes comme Lyon, Paris ou Saint-Denis, mais certains apparaissent comme de véritables synthèses, comme celui de Christine Lelévrier « La rénovation urbaine, un re-peuplement des grands ensembles » ou celui de Renaud Epstein sur la « (Dé)-politisation d’une politique de peuplement : la rénovation urbaine du XIXe au XXIe siècle ».

La perspective critique retenue dans l’introduction générale apporte beaucoup dans un contexte où les politiques actuelles de rénovation urbaine ne sont guère discutées, alors même que l’idée de « mixité sociale » qui les guide pose véritablement problème. Elle part en effet de l’idée que les concentrations des classes défavorisées seraient par essence dangereuses, là où les « ghettos » de riches n’interrogent guère. Il peut néanmoins sembler problématique de n’aborder ces politiques urbaines qu’en termes de contraintes et de domination des classes populaires, alors même qu’elles cherchent bien dans certains cas à corriger les exclusions et ségrégations dont sont responsables les acteurs privés.

Le choix de n’apporter un éclairage historique que dans la quatrième partie, alors même que celui-ci montre que les politiques de peuplement n’ont pas toujours eu les mêmes objectifs, est à cet égard dommageable. L’article de Sébastien Jolis rappelle en effet l’importance de la loi ZUP de 1958 à l’origine de la construction de masse qui avait amené le PCF à désamorcer ses critiques sur la politique de construction gaulliste. Renaud Epstein revient quant à lui sur l’évolution des politiques de renouvellement urbain depuis l’hausmannisation. Tout en insistant sur le rôle qu’elles ont joué dans l’exclusion des couches populaires de Paris, il rappelle qu’il ne s’agissait pas de leur objectif premier, et que la rénovation de Paris dans les années 1960-1970 s’est accompagnée de programmes destinés à lutter contre l’insalubrité et faire accéder les plus mal-logés au parc social (il commet cependant un contresens en prêtant à l’arrêté d’octobre 1968 l’objectif de limiter l’accès des plus défavorisés issus des bidonvilles et cités de transit aux logements sociaux, alors même qu’il visait en réalité à l’accélérer face aux réticences des bailleurs).

Les discriminations à l’égard des « immigrés » sont abordées dans plusieurs articles, ce qui est en soi une très bonne chose. Mais les modalités de traitement de cette question conduisent certains articles à oublier les politiques nationales visant à améliorer leur situation à partir de la fin des années 1960, et surtout à un effacement de la question sociale en tant que telle. L’article de Christine Lelévrier montre pourtant qu’à l’échelle des programmes immobiliers les bailleurs eux-mêmes ont recours à des catégories plus fines que celles d’immigrés telles que « grandes familles immigrées » ou « petits ménages salariés ». Cédric David montre de son côté que la question ethnique est mobilisée négativement par la municipalité de Saint-Denis dans des contextes spécifiques, tels que la résorption des bidonvilles, ou la volonté de bénéficier de subventions pour des rénovations de son parc social, mais que le début des années 1970 est marqué par un accord entre politique nationale de stabilisation des familles étrangères par l’accès au logement social et politique municipale.

Les contradictions entre les politiques décidées à l’échelle nationale et leur mise en œuvre auraient enfin méritées d’être davantage soulignées en introduction, d’autant que de nombreux articles les soulignent en abordant les pratiques des bailleurs (Christine Lelévrier, Hélène Béguin), des élus (Cédric David, Mathilde Cordier), la mise en œuvre des lois (Pierre Edouard Weill) ou encore celles de leurs destinataires, les habitants (Marie Gibert).

En conclusion, cet ouvrage a l’intérêt, comme il le revendique, d’ouvrir un champ de recherche, et une partie des articles proposés sont de grande qualité. La perspective historique y apparait cependant quelque peu négligée, dans la mesure où les acquis de la bibliographie récente portant sur les années 1945-1980 sont insuffisamment pris en compte.

1http://www.lemonde.fr/politique/article/2015/01/22/valls-veut-lutter-contre-la-ghettoisation-et-la-segregation_4561649_823448.html


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *