Compte rendu: Philippe Guignet (dir), Transmettre les valeurs morales. Des réformes religieuses du XVIe siècle aux années 1960, France et Belgique, Paris, Riveneuve éditions, 2013. (Régis Bertrand)

Philippe Guignet (sous la direction de), avec le concours de Philippe Martin, Transmettre les valeurs morales. Des réformes religieuses du XVIe siècle aux années 1960, France et Belgique, Paris, Riveneuve éditions, 2013, 375 p. Col. Actes académiques. (Régis Bertrand)

Comment ont été jadis et naguère inculquées à travers la société les « morales de l’obligation », religieuses puis laïques ? Cet ouvrage rassemble, outre l’introduction de Ph. Guignet, treize contributions (et non quinze comme l’annonce la p. 5) qui se situent au confluent de l’histoire de l’éducation, de la socialisation de l’individu et des rapports sociaux, de l’histoire culturelle, religieuse et des idéologies. Œuvres de chercheurs chevronnés et aussi de rédacteurs de master 2 prometteurs, elles constituent un ensemble fort riche, sur des régions aujourd’hui françaises et belges depuis longtemps fortement urbanisées. Issues d’un programme d’enseignement et de recherche, elles en conservent d’heureuses caractéristiques : leurs auteurs ont choisi d’insister sur les sources disponibles et leur propos n’a pas été trop strictement corseté en espaces-signes comme c’est souvent le cas.

La première partie est intitulée « Les valeurs morales post-tridentines ». A. Lottin tire parti de plusieurs types de sources ecclésiastiques, en particulier les catéchismes et les instructions aux prêtres, pour définir les grands types de prescriptions morales : éviter les péchés capitaux, pratiquer les vertus cardinales, observer les devoirs spécifiques de son état social. A. Walch précise les sources et les étapes historiographiques de l’étude de la morale conjugale catholique depuis le XVe siècle. Elle souligne à son tour la richesse des sources religieuses normatives, la caractéristique du XVIIe siècle étant l’éclosion de manuels de vie conjugale, œuvres de clercs marqués au siècle suivant par le jansénisme. Elle montre l’intérêt d’une approche historique des sources littéraires, dont les auteurs sont parfois des femmes, et aussi des sources du for privé. Deux types de sources très riches font l’objet d’études particulières. C. Dreze étudie les cantiques spirituels, écrits ou compilés en particulier par des jésuites, tel Guillaume de Pretere (1578-1626), dont le Paradis spirituel des voluptés, en flamand, est analysé. A. Fruchart détaille les valeurs sociales et morales inculquées par les quatorze catéchismes imprimés pour le diocèse d’Arras au XVIIIe siècle.

Dans une seconde partie, « L’éducation morale et religieuse par le livre et la presse », B. Poupry-Bouley présente un vecteur important de formation morale,  les divers types de livres de piété destinés aux laïcs qui constituent le plus grand ensemble d’imprimés religieux lillois des XVIIe et XVIIIe siècles. Les manuels de pratique spirituelle font place à la fin du XVIIe siècle aux recueils de prières et d’offices, cependant que se développe une littérature « d’édification chrétienne » – plus précisément, catholique ici. Les jésuites en sont souvent les auteurs et parmi eux figure le P. Jacques Coret (1631-1721), né à Valenciennes, dont l’Ange conducteur connut un succès considérable, détecté dès les années 1960 par les premiers travaux quantitatifs d’histoire du livre. Cl. Bruneel offre « quelques axes de recherche » pour l’approche du livre religieux au XVIIIe siècle dans le cadre des Pays-Bas autrichiens : catalogues de vente aux enchères de bibliothèques, inventaires après décès, liste de nouveautés, catalogues du fonds d’une libraire, annonces littéraires, livres de prix, catalogues des établissements d’enseignement et des communautés religieuses. A. Leleu étudie à travers les nombreux romans de Joséphine de Gaulle, grand-mère du général (1806-1885, selon l’auteur – la fiche data-BnF indique 1886), les représentations de Dieu, des valeurs de l’épouse et de la « bonne mort » exemplaire du catholique. J.-P. Visse retrace avec précision l’historiographie et l’histoire de la presse catholique, « école des adultes », dans les diocèses d’Arras et Lille.

Dans la 3e partie, « L’affirmation d’une morale républicaine à usage scolaire », la contribution de R. Grevet sur les livres scolaires de morale républicaine sous la Révolution concerne l’ensemble de la France, avec l’analyse des réponses au concours organisé par Grégoire en pluviôse an II, qui proposait la rédaction de deux manuels de morale, dont un pour les instituteurs, « sous les auspices de l’Être suprême ». La « régénération des mœurs » y est étroitement liée à l’instruction publique. K. Date étudie l’enseignement de la morale et son contenu dans le département du Nord sous la IIIe République dans les établissements publics et privés ; cette contribution soucieuse de reconstituer « l’atmosphère de la classe » utilise cette source majeure que sont les manuels scolaires ainsi que des travaux d’élèves conservés. C’est la vie et l’œuvre d’« un maître à penser des instituteurs » du début du XXe siècle qu’analyse J.-F. Condette, le recteur Jules Payot (1859-1940), agrégé de philosophie, militant de la laïcité et de la libre pensée, dont La morale à l’Ecole se retrouva au cœur de « la seconde guerre des manuels scolaires ».

« Quelle morale pour le XXe siècle ? » Th. Tellier étudie « l’éducation à la ville. Contraintes morales et usages sociaux de l’urbanisation ». Des initiatives des élites (le patronat du Nord), le socialisme municipal puis la politique sociale de l’État se sont efforcés à travers une action sur le logement de favoriser l’intégration à la ville des populations qui y migrent et la moralisation voire la promotion des « classes laborieuses », en particulier juvéniles. J. Pirotte s’interroge enfin sur la rupture dans la transmission dans les valeurs et croyances religieuses intervenue à la fin du XXe siècle et propose des orientations de recherche dans le cadre de la Wallonie et de Bruxelles.

Cet ouvrage se lit avec un intérêt soutenu. On regrette cependant que ne soient pas prises en compte les minorités religieuses. Cette approche de longue durée balise un aspect essentiel d’un vaste champ d’études qui devrait comprendre aussi l’appréciation des réussites et des échecs de ce grand effort d’inculcation de valeurs par les clercs et les instituteurs, alors que les sources policières et judiciaires révèlent résistances, déviances et refus. On se plaît à espérer que les directeurs et auteurs de l’ouvrage élargiront géographiquement et chronologiquement leur propos pour nous donner une histoire des valeurs morales et des comportements sociaux, sur le modèle de l’histoire du corps ou de l’histoire de la vie privée.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *