Compte rendu : Laurent Vidal (dir.), La ville au Brésil (XVIIIe-XXe siècles). Naissances, renaissances, Paris, Les Indes savantes et Rivages des Xantons, 2008 (Arnaud Exbalin)

Laurent Vidal (sous la direction de), La ville au Brésil (XVIIIe-XXe siècles). Naissances, renaissances, Paris, Les Indes savantes et Rivages des Xantons, 2008, 397 p. (Arnaud Exbalin)

L’ouvrage dirigé par Laurent Vidal et édité par Les Indes savantes en 2008 est le fruit d’un colloque international organisé à La Rochelle en 2005 réunissant des spécialistes de la ville brésilienne. Le volume de près de 400 pages est construit à première vue comme un livre d’histoire. Les 24 contributions sont organisées chronologiquement en huit chapitres, depuis la fondation de Rio de Janeiro en 1565 aux problématiques posées par la ville actuelle : fragmentation des espaces publics, démocratisation, violences. Pourtant, les historiens sont moins représentés que les autres sciences sociales (9 contributions contre 16), géographie, urbanisme, anthropologie et sociologie. Paradoxe ? Choix éditorial ? Reflet d’une interdisciplinarité plus poussée en France qu’au Brésil ? Ou tout simplement parce que la ville au Brésil est un processus en cours, donc observable à l’œil nu ? Ce phénomène d’urbanisation massive avait déjà profondément marqué Claude Levi-Strauss lors de ses premiers séjours au Brésil : « La naissance d’une ville, qui s’étale sur des siècles ou sur des millénaires dans l’Ancien Monde, prenait quelques années ou quelques mois au Brésil […] Les villes étaient en train de se construire » (p. 10).

Pour Laurent Vidal, il s’agit de penser les « temporalités enchevêtrées de la ville » car une ville naît, somnole puis décline et parfois renaît avec plus de vigueur que durant sa première jeunesse. C’est ce processus de naissances (première partie) et de renaissances (deuxième partie) des villes brésiliennes sur le temps long, du XVIe au XXe siècle, qui constitue la ligne directrice de l’ouvrage.

La première impression qui se dégage de la lecture de La ville au Brésil est le foisonnement des approches disciplinaires, des entrées thématiques et des études de cas : Rio, Brasilia, Natal, Anápolis, Marabá, Vila Rica, Salvador, Goiás, São Paulo, Niteroi, soit un vaste de panel de villes, grandes, petites ou moyennes parfois étudiées à l’échelle micro (les plages de Rio), parfois envisagées à une échelle macro (hiérarchies et réseaux urbains). On peut déplorer à cet égard l’absence de cartes claires et en couleur qui auraient été placées en fin ou en début du volume afin ne pas désorienter les lecteurs français. C’est ce foisonnement qui fait néanmoins la richesse de l’ouvrage et qui reflète la vigueur des urban studies au Brésil.

La première partie est consacrée aux « naissances » : naissance des villes capitales – dans le premier chapitre, la Rio du XVIe siècle est mise en perspective avec la Brasilia du XXe siècle –, naissance de villes « chrysalides » dont les fonctions principales muent sur le temps long, notamment aux XIXe et XXe siècles, au gré des grands cycles économiques (café, mine, élevage) et des différents réseaux de transport, d’abord fluviaux puis ferroviaires et autoroutiers. Porto Velho, ville de 300 000 habitants, étudiée par Martine Droulers et Laurent Vidal, a sans doute valeur de symbole. Cette ville, érigée au début du XXe siècle dans la jungle à proximité de la frontière bolivienne, est d’abord une Compagny town dont l’essor est lié à l’industrie du caoutchouc et à la construction d’une voie ferrée, puis une cité administrative et commerciale grâce à son nouveau statut de capitale fédérale. Elle participa pleinement du phénomène de « proto-urbanisation des vallées amazoniennes ».

En guise de transition, deux articles sont ensuite dédiés à l’idée de déclin des villes. La notion de « mort » des villes est questionnée et remise en cause à travers le cas des cités du Minas Gerais longtemps considérées par les voyageurs romantiques comme décadentes au XIXe siècle (après le boom minier du XVIIIe), et à partir de l’œuvre de l’écrivain Monteiro Lobato éditée en 1919, Villes mortes : ce livre ne fait pas en réalité le portrait des cités de la Vallée du Paraiba comme cela a été souvent dit mais, selon Tania Regina De Luca, il s’agit d’une critique des élites du Brésil.

La deuxième partie de l’ouvrage est logiquement consacrée aux « renaissances urbaines». Renaissance de Salvador dont la splendeur se poursuit malgré le transfert de la capitale à Rio de Janeiro en 1765, renaissance littéraire de Belo Monte (ou Canudo située dans le Nordeste) grâce à l’œuvre magistrale de Mario Vargas Llosa, La guerre de la fin du monde, renaissance de Goiás qui, en dépit de la perte de son titre de capitale d’Etat fédéral au profit de Goiânia en 1937, a su se maintenir grâce à la valorisation de son patrimoine colonial – la ville est classée Patrimoine mondial de Unesco en 2001 – et à l’organisation de fêtes et de processions. Dans cette dernière partie, les chapitres les plus intéressants sont sans doute ceux qui portent sur la ville actuelle envisagée dans une perspective anthropologique et sociologique ; cela n’empêche pas leurs auteurs de replacer leur objet d’étude dans leurs différents contextes historiques. Après avoir retracé l’histoire (récente) de l’identification de Rio à ses plages, Paulo C. da Costa Gomes démonte le mythe d’une « démocratie sur la plage » fréquentée par des populations métisses en montrant que chaque plage a son public et que ces publics ne se fréquentent guère, séparés entre eux par des « murs de sable ». Sylvie Miaux montre de son côté comment les usagers des espaces publics sont travaillés par le sentiment d’insécurité à travers l’étude des parcours et des itinéraires dans le déplacement des cariocas, notamment grâce à des cartes mentales. Dominique Vidal s’intéresse quant à lui à l’imaginaire de la démocratie dans les villes brésiliennes à partir de deux études de cas, une favela à Recife et la domesticité à Rio. Il pointe « l’incapacité pour les dominés d’être assurés de leur pleine appartenance sociale sans le regard des dominants », sans doute en raison du poids historique de l’esclavage. Enfin, James Holston se penche sur les usages de la citoyenneté démocratique dans le discours des gangs et de la police dans un contexte bien précis : celui d’une croissance de la violence urbaine concomitante à la démocratisation du Brésil depuis la fin de la dictature. Il insiste en particulier sur la notion de « citoyenneté inégalitaire » dont il retrace judicieusement l’histoire sur le temps long.

Au final, cet ouvrage nous invite à découvrir l’immense laboratoire urbain que Laurent Vidal a su restituer dans ses multiples dimensions et sur la longue durée. On regrettera seulement qu’un ouvrage qui fait la part belle à la transdiciplinarité se borne uniquement aux limites nationales du Brésil et n’envisage que très rarement – aussi bien dans l’introduction que dans la plupart des articles – la comparaison, ne serait-ce qu’en contrepoint ou en notes infrapaginales, avec d’autres espaces proches comme l’Amérique centrale qui connut, elle aussi, au XVIe siècle et à un rythme soutenu, ses naissances urbaines, ses abondons et ses renaissances ou avec des régions lointaines comme la Chine dont la population urbaine a explosé depuis les années 1980.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *