Compte rendu: « Paul Quintrand architecte, une expérimentation entre recherche et projet », Colonnes, Bulletin de liaison du réseau des archives d’architecture du XXe siècle, n° hors-série n°1, déc. 2014. (Florence Contenay).

« Paul Quintrand architecte, une expérimentation entre recherche et projet », Colonnes, Bulletin de liaison du réseau des archives d’architecture du XXe siècle, numéro hors-série n°1, décembre 2014, 66 p. (Florence Contenay).

La revue Colonnes ajoute, depuis décembre 2014, des fascicules hors-série aux livraisons de son bulletin de liaison. Le rôle qu’elle occupe, sous la direction éclairée de David Peycéré dans la communauté scientifique des archivistes, des historiens autant que chez les architectes et leurs ayants droit, explique aisément que ce premier numéro hors-série soit consacré à Paul Quintrand, né en 1929. Il s’agit de la publication des actes d’une journée organisée le 30 novembre 2012 autour de cette personnalité par les Archives départementales des Bouches-du-Rhône, dépositaire de ses archives, sous l’autorité scientifique de Jean-Lucien Bonillo, professeur à l’ENSA de Marseille et directeur du laboratoire INAMA, d’Eléonore Marantz, maître de conférences à Paris I et de Jacqueline Ursch, directrice des archives départementales des Bouches-du-Rhône. Soulignons au passage que cette « triade » scientifique est tout à fait représentative des forces vives qui animent la collecte des archives de l’architecture du XXe siècle, bénéficiant de l’intérêt des services de l’Inventaire du patrimoine culturel agissants désormais sous l’égide des Régions, de celui des directions régionales des affaires culturelles (DRAC) notamment dans la mission de labellisation au titre du patrimoine du XXe siècle : Eléonore Marantz y a d’ailleurs participé pour la DRAC Provence-Alpes-Côte-d’Azur notamment, pour faire labelliser la villa Vaché construite en 1966 à Arles par P. Quintrand.

Paul Quintrand, président en exercice de l’Académie d’architecture est une personnalité emblématique des changements intervenus depuis le milieu du XXe siècle dans la production architecturale, dans les paradigmes de la création et de la pensée architecturale ainsi que dans l’enseignement et la recherche, comme en témoignent les articles des neufs contributeurs. C’est un professionnel d’autant plus remarquable que sa carrière s’inscrit dans un contexte régional – de province comme on disait à l’époque – qui conçoit la modernité urbaine dans la dimension géographique et culturelle du sud de la France. Ce qui frappe le plus le lecteur, à travers le pluralisme des approches, c’est la cohérence et l’unité du personnage qui a fusionné tous ces aspects dans un nouveau profil qui pourrait bien être celui de l’architecte du XXIe siècle. Le sous-titre de ce numéro est explicite : toute l’activité professionnelle de Paul Quintrand a été constamment « une expérimentation, entre recherche et projet ».

Certains aspects de la carrière de l’architecte sont bien connus, sans doute parce que ce sont les plus récents : l’enseignant et le chercheur, le réformateur des études d’architecture1, le pionnier de l’introduction de l’informatique dans la conception du projet2, Jean-Lucien Bonillo, Eléonore Marantz et Christian Morandi en rendent compte avec pertinence et précision. Tandis que, la « face cachée » est révélée avec talent par Gérard Monnier qui replace Quintrand dans les courants artistiques du XXe siècle3, aliments de sa culture et source d’inspiration pour la création. De même, l’ouverture de Paul Quintrand, sa propension à se mettre au service d’autrui et à sa portée, quand il s’adresse aux habitants et leur dédie « la maison Meccano », ainsi que nous le décrit Christel Palant-Frapier ou lorsqu’il s’implique dans son université permanente d’architecture et d’urbanisme4 vouée à la formation et à la rencontre interdisciplinaire évoquée par Jean-Lucien Bonilllo.

On découvre ou redécouvre avec un intérêt rétrospectif l’invention du système 3.55 – la modularité devient un des chevaux de bataille de Quintrand – qui s’inscrit dans la problématique de l’industrialisation de l’architecture des années 1960, mais offre une alternative aux procédés industriels lourds et donne la possibilité aux habitants de faire évoluer l’architecture en fonction de leurs intentions. Le procédé attira d’ailleurs l’attention de la presse féminine sensible à la présence d’un mobilier dessiné par l’architecte (maison Ventabren, 1967).

Un lecteur attentif aux facteurs déterminants des évolutions, presque aux révolutions qui ont marqué l’enseignement, la recherche, les conditions de la production architecturale trouvera dans cet ensemble d’articles des éléments de compréhension et de réflexion qui pourront éclairer en profondeur et pas seulement de manière superficielle, les interrogations actuelles sur le devenir de l’architecture.

1 Voir Bernard Huet, Anachroniques d’architecture, Bruxelles, AAM, 1981, p.33 (« Le combat de la raison contre le génie », « la critique radicale contre l’obscurantisme architectural », « la nécessité d’un savoir théorique qui sont l’objet d’un enseignement et d’une pratique »).

2 Dès les années 1968-1969, lors d’une mission aux Etats-Unis pour la DGRST sur le thème de l’informatique dans la conception de l’aménagement qui inspirera la création du GAMSAU bien avant que l’on ne généralise l’application de l’informatique à l’aide à la conception jusqu’à la mutation numérique de la profession.

3 Exposition « Poétique du matériau, ou le matériau comme création plastique », Aix-en-Provence, juillet 1965.

4 « L’université permanente doit être à la fois un outil de formation permanente très liée à l’université et offrant aux professionnels les moyens d’être acteurs et promoteurs de l’évolution, ainsi qu’un lieu de réflexion contribuant à la mise en place d’un processus d’évolution et de participation (participation contenant information, réflexion, libre expression), introduction de Paul Quintrand au programme 1968-1969 de l’UPAU, Fonds Paul Quintrand, archives départementales des Bouches-du-Rhône, 251 J 441.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *