Catherine Denys, La police de Bruxelles entre réformes et révolutions (1748-1814), Turnhout, Brepols, coll. Studies in European Urban History, 2013. (Arnaud Exbalin)

Catherine Denys, La police de Bruxelles entre réformes et révolutions (1748-1814), Turnhout, Brepols, coll. Studies in European Urban History n° 29, 2013, 371 p. (Arnaud Exbalin)

Qu’est-ce que la modernité policière ? Cette question constitue le fil rouge du dernier ouvrage de Catherine Denys paru chez Brepols en 2013 : La police de Bruxelles entre réformes et révolutions (1748-1814). Tiré de l’inédit de son Habilitation à Diriger des Recherches, ce travail s’inscrit dans un vigoureux renouvellement de l’histoire des polices impulsé en Europe depuis une quinzaine d’années, un mouvement que Catherine Denys a elle-même contribué à insuffler en France. Ce renouveau historiographique repose sur trois postulats : primo, l’objet « police » ne doit plus être uniquement abordé en terme institutionnel mais dans une perspective plus pragmatique, sociale et territoriale ; secundo, la police de la sûreté n’est pas toute la police d’Ancien Régime qui recouvre également la « petite police » (propreté, approvisionnement, embellissement) qu’il convient également d’intégrer pour rendre compte de la complexité de la gestion quotidienne de l’ordre urbain ; tertio, la police doit cesser d’être comprise seulement comme le bras armé et répressif de l’État, elle peut aussi être négociée, voire demandée par les populations et ainsi comprise comme « un mode d’arrangement pour la paix sociale ». Ceci implique de replacer les auxiliaires de police dans leur environnement immédiat. Catherine Denys reprend cette approche tout en l’enrichissant d’une idée force : l’État souvent considéré comme le principal agent modernisateur n’est pas le cadre le plus pertinent pour analyser la modernisation policière. Il faut donc examiner à la loupe le fonctionnement des polices municipales d’Ancien Régime à l’échelle locale.

Catherine Denys avait déjà étudié dans un précédent ouvrage les villes de la frontière franco-belge (Lille, Douai, Valenciennes, Mons et Namur). Elle y abordait le thème de la sécurité de manière thématique : les hommes, les objets et les lieux de la police. Elle s’intéresse ici à Bruxelles, capitale historique des Ducs de Brabant. Cette ville de près de 75 000 habitants à la fin du XVIIIe siècle est une capitale sans souverain d’un État périphérique de l’empire autrichien dont le cœur se situe à Vienne. Après une éphémère révolution (la petite révolution brabançonne de 1787), Bruxelles repasse sous domination autrichienne (1790-92), puis française (1794), avant d’être annexée à l’Empire napoléonien et ainsi devenir le simple chef lieu du département de la Dyle.

La prégnance de la crise politique européenne et des changements de souveraineté incite ici Catherine Denys à aborder le processus de modernisation policière de manière chronologique. L’approche diachronique ne signifie pas pour autant que l’auteur colle à l’histoire événementielle. Les sous-parties sont bien souvent thématiques (la chasse aux vagabonds, la culture des rapports de police, les commissaires). Les deux premiers chapitres, quant à eux entièrement thématiques, posent le cadre de la démonstration. Á l’échelle internationale, la police devient le mètre étalon d’une compétition à laquelle se livrent les métropoles pour obtenir le statut de ville la plus civilisée dans un mouvement d’intenses circulations de savoirs techniques et administratifs (chap. 1). Dans le deuxième chapitre, l’auteur se livre à une présentation synthétique des multiples acteurs intervenant à l’échelle locale dans la bonne police de Bruxelles, un exercice périlleux, mais réussi, tant les configurations sont complexes et mouvantes. Composé au total de douze chapitres, l’ouvrage couvre la deuxième partie du XVIIIe siècle et le premier quart du XIXe siècle, une période qui s’ouvre sur la fin de la guerre de Succession d’Autriche (1748) où les réflexions pour réformer la police de Bruxelles se multiplient et qui se clôt par la défaite et le retrait des armées impériales napoléoniennes en 1814. L’ensemble des chapitres est organisé en deux grandes parties elles aussi chronologiques.

La première partie (1748-1786) traite des grands débats alors en vogue en Europe portés par la rédaction de nombreux mémoires policiers dans lesquels les auteurs s’interrogent sur les manières et les moyens de réformer la police de Bruxelles. Catherine Denys se livre à une lecture critique de ces écrits tant les faiseurs de réforme ont tendance à caricaturer la police municipale, trop souvent présentée comme une structure archaïque et inefficace. Á travers ces débats, se joue un bras de fer entre le corps des échevins (le Magistrat) qui représente la police municipale et le représentant du pouvoir autrichien (l’amman) qui incarne la police impériale. Malgré les tentatives de modernisation, notamment de la garde bourgeoise, aucune réforme n’aboutit à Bruxelles alors que des changements notables sont observables ailleurs comme à Gand ou à Anvers. Cet échec est-il attribuable à son statut de capitale ? S’explique-t-il par la frilosité d’un pouvoir central rétif à engager des réformes dans un territoire excentré qu’il considère d’abord comme une source de revenus ? Ce blocage est tout relatif car dans la pratique on assiste bien à des améliorations de l’ordre de la ville qui ne se traduisent pas sur le plan institutionnel : la mise en place précoce d’un éclairage urbain (avec des lanternes puis des réverbères), le recours aux plans urbains pour mieux administrer le territoire, l’utilisation désormais systématique des procédures écrites d’enregistrement ou encore la mise en uniforme des gardes sont les signes patents de cette « modernisation silencieuse en actes » (p. 172).

La deuxième partie (1787-1814) ouvre une nouvelle ère dans l’architecture policière de la ville avec une accélération des réformes en raison de l’instabilité du contexte politique européen : la police se militarise, elle prend une coloration politique, elle se centralise. Cette période recouvre l’histoire du transfert du modèle administratif et policier viennois, puis du modèle français dans la capitale du Brabant. Le premier, impulsé par Joseph II en 1787, échoue en raison de la petite révolution brabançonne. Le despote éclairé tenta, troupe à l’appui, d’imposer une Police Générale des Pays-Bas avec une nouvelle organisation territoriale et de nouveaux agents (commissaires d’Intendance). Le second transfert correspond aux conquêtes françaises du Directoire qui s’accompagnent de l’importation d’un modèle politique nouveau qui s’implante durablement sous l’Empire. Les gardes bourgeoises sont supprimées. Le découpage administratif de la ville est complètement révisé. Les dix quartiers sont remplacés par huit sections aux délimitations inédites, chaque section étant gouvernée par un commissaire et un juge de paix. Le maire est désormais nommé par le gouvernement central et la police municipale finalement mise sous tutelle par le préfet. Toutefois, ces transformations doivent être fortement nuancées, ce que Catherine Denys démontre, sources à l’appui, de manière convaincante : des éléments de continuité perdurent notamment dans le recrutement des hommes et dans les pratiques de gestion de l’espace. L’historiographie belge et française a eu tendance à affirmer que le Consulat et l’Empire avaient créé une police moderne de toutes pièces. L’auteur bat en brèche cette fiction historique en réhabilitant les polices d’Ancien Régime et en montrant que l’opposition entre « police classique » et « police moderne » n’est guère pertinente : « la modernité policière s’invente davantage dans le silence de l’accumulation des savoirs pratiques des hommes qui patrouillent dans les rues ou rédigent des rapports dans leurs bureaux que dans les reconfigurations institutionnelles portées par le bruit de l’histoire politique » (p. 350).

Au final, cet ouvrage dépasse largement le stade de la simple monographie urbaine. Au fil des 370 pages d’un texte dense et limpide, Catherine Denys prend soin de restituer les contextes de la politique internationale, multiplie les points de comparaison avec les polices d’autres villes européennes, traite des points problématiques les plus vivement discutés ces dernières années par les historiens de la police tout en intégrant les travaux les plus récents.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *