Karel Davids et Bert de Munck (ed.), Innovation and Creativity in Late Medieval and Early Modern European Cities, , Ashgate, Farnham, 2014, 420 p. (Sandrine Victor).

Karel Davids et Bert de Munck (ed.), Innovation and Creativity in Late Medieval and Early Modern European Cities, , Ashgate, Farnham, 2014, 420 p. (Sandrine Victor).

L’ouvrage Innovation and Creativity in Late Medieval and Early Modern European Cities, édité par Karel Davids et Bert de Munck est le fruit du projet de recherche néerlando-flamand « Circulation of Knowledge in the Low Countries. Flows of Technical Knowledge in the Westren Core-area of the Low Countries between c. 1400 and 1700 », matérialisé par une session à la 10e conférence d’Histoire Urbaine de Gand, et un workshop à l’Academia Belgica de Rome (2-3 septembre 2011). Les communications de ces deux rencontres, publiées dans ce volume, examinent les relations entre, d’une part, les dispositions institutionnelles et les mécanismes régulatoires que sont, par exemple, l’accès à la citoyenneté et les règlements de métiers, et d’autre part, l’innovation et la créativité dans les villes du Moyen Âge tardif et de l’Époque Moderne (jusqu’au XVIIIe siècle). Les questions clefs, communes aux réflexions de tous les auteurs, sont de savoir comment, dans quel contexte et pourquoi, régulation ou dérégulation sont motrices pour l’innovation et la créativité. Les espaces analysés sont l’Italie et le Nord de l’Europe, en particulier les Pays-Bas.

Le premier chapitre, « Innovation and Creativity in Late Medieval and Early Modern European Cities : an Introduction » par Karel Davids et Bert de Munck, fait le point sur les grandes questions qui ont sous-tendu le projet. La ville est traditionnellement présentée comme le berceau de l’innovation, des nouvelles techniques, des nouveaux styles de vie, des nouveaux produits et idées, des nouvelles approches, ou des nouveaux procédés de production. Les villes seraient donc intrinsèquement lieux de prospérité, de progrès et de civilisation. Les auteurs en proposent une relecture. Ils veulent comprendre ce qui aurait poussé à cette « culture de l’innovation » en milieu urbain. Les villes ont-elles développé un environnement où méritocratie et prise de risques sont valorisées ? Offrent-elles un meilleur cadre économique, institutionnel, régulatoire ? Offrent-elles l’échelle géographique et démographique idéale ? En essayant de répondre à ces questions, les auteurs, dans cette très riche introduction, montrent qu’il n’est ni clair, ni aisé de comprendre comment les villes sont devenues centres d’innovation. Tout d’abord, ils s’interrogent sur la définition même de l’innovation. Ils y incluent le progrès comme l’innovation radicale et l’innovation de produit comme celle de la production et des procédés. Puis, après avoir fait un indispensable point historiographique, ils mettent en relation les institutions, flux et acteurs économiques et les phénomènes de régulations et dérégulations. Pour eux, c’est dans l’analyse de ces relations qu’il faut chercher les origines de l’innovation et de la créativité. En seconde lecture, il faut donc comprendre quels sont les acteurs qui subissent les règles – et lesquelles ?- ou le poids institutionnel – et lequel ? –, et dans quelle mesure ; qui a le premier pouvoir de régulation, et par conséquent, quel est le rôle des maîtres artisans, des marchands, des gouvernements urbains et au final, des États ou des Princes. Les innovations technologiques sont-elles le fruit de politiques délibérées ou le résultat inattendu d’un faisceau de facteurs liés aux réglementations, institutions, contextes géopolitiques et forces économiques des marchés ?

Ce premier chapitre introductif se poursuit par une analyse des communications publiées. Les contributeurs examinent les relations entre innovation économique et contexte urbain en partie sous l’angle de la géographie économique, en partie depuis des perspectives institutionnelles ou de transformation. Selon les dossiers proposés, les auteurs font un retour sur les débats récents autour du rôle et de l’impact sur le sujet des métiers, de la citoyenneté, de l’apprentissage, du gouvernement des villes et autres institutions urbaines. Ces approches interrogent toutes en définitive l’impact de l’innovation et de la créativité sur la formation des États et sur les changements socio-économiques à long terme. Ce chapitre finit par présenter les conclusions du projet selon trois angles – les liens entre les métiers et l’innovation technologique, l’apprentissage et les mécanismes de formation, les migrations, la politique d’accès à la citoyenneté et la circulation du savoir – et pose une discussion sur l’innovation, les réseaux et les hiérarchies urbaines dans la perspective de formation des Etats et de centralisation. Le chapitre se conclut en proposant des pistes de réflexion sur les relations entre innovation, créativité et contexte urbain au-delà des Métiers. Par cette dense introduction, les auteurs ont fait un très beau travail de synthèse et d’analyse, reprenant toutes les conclusions du projet et des communications.

Les chapitres suivants sont les textes entendus lors des rencontres de Gand et rediscutés à Rome, servant ainsi de pièces justificatives aux conclusions déjà tirées dans le premier chapitre. Un premier groupe de six communications étudie l’Italie et l’Europe du Nord. Corine Maitte étudie l’innovation et la circulation des savoirs dans le milieu des verriers entre Murano et Alatare et leurs relations avec les villes et royaumes d’Europe au bas Moyen Âge. Francesco Ammannati propose une réflexion sur les réglementations de l’Arte della Lana florentin et l’intervention progressive du gouvernement ducal au XVIe siècle. Edoardo Demo interroge l’industrie de la soie de Vicence aux XVe et XVIe siècles, qui s’est développée hors de tout cadre réglementé. Jan de Meester propose une étude sur les politiques d’immigration et de citoyenneté et leurs liens avec l’innovation à Anvers au XVIe siècle. Alberto Grandi prend comme sujet d’étude l’industrie du savon dans l’Italie du centre et du nord aux XVIIe et XVIIIe siècles. Enfin, Andrea Caracausi étudie comment l’innovation technologique, ou son absence, dans l’industrie textile de Padoue au début de la période moderne, résulte d’interactions complexes entre des acteurs locaux et régionaux et les institutions urbaines.

Une deuxième partie regroupe six autres études centrées cette fois-ci sur les Pays-Bas. Claartje Rasterhoff étudie les secteurs de la peinture et de l’édition néerlandais aux XVIIe et XVIIIe siècles, et leur regroupement urbain, facteur d’innovation. Les trois communications suivantes tournent autour du même thème : les politiques d’accès aux métiers dans les Pays-Bas à l’époque moderne. Karel Davids et Bert de Munck optent pour une approche comparative et diachronique (1450-1800) du sujet, alors que Jannecke Tump s’interroge sur le lien entre accès aux métiers du cuivre et logique de marché (1650-1720) à Haarlem et Rotterdam et Raoul de Kerf étudie ce même secteur à Anvers. Enfin, les deux dernières communications d’Annelies de Bie et Dries Lyna abordent le sujet de l’innovation et de la créativité par le biais de l’apprentissage et de l’académisme dans les industries de luxe anversoises aux XVIIe et XVIIIe siècles.

La troisième et dernière partie est centrée sur les deux textes d’Alida Clemente et Daniele Andreozzi. A partir de l’exemple de la production de la céramique napolitaine, encouragée par la politique migratoire des Bourbons, et du cas de Trieste, qui au contraire fait émerger son industrie d’initiatives individuelles, les auteurs interrogent intelligemment les liens entre l’innovation, les flux migratoires d’une main d’œuvre formée et la formation des Etats et de la centralisation dans l’Italie de la fin de la période.

L’ouvrage s’achève par une très riche bibliographie et un index. Pour conclure, cette étude ouvre des pistes concrètes de réponse au sujet. Le thème abordé, complexe, bénéficie d’un traitement comparatif très porteur de réflexions.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *