Compte rendu: Marie-Agnès Dequidt, Horlogers des Lumières. Temps et société à Paris au XVIIIe siècle, CTHS, Paris, 2014. (Nadège Sougy)

Marie-Agnès Dequidt, Horlogers des Lumières. Temps et société à Paris au XVIIIe siècle, CTHS, Paris, 2014, 336 p. (Nadège Sougy)

Comment les hommes conçoivent, fabriquent, commercialisent et au final consomment les objets de la mesure du temps ?

En consacrant son ouvrage aux Horlogers parisiens du siècle des Lumières, Marie-Agnès Dequidt, tente de répondre à une question qui nous fait pénétrer dans le fonctionnement et les représentations d’une société dans son ensemble en saisissant son rapport au temps et à sa mesure. Le sujet imbrique directement des aspects culturels économiques et sociaux, industriels et technologiques et s’inscrit dans l’historiographie anglo-saxonne et française sur les transformations de la culture matérielle au cours du XVIIIe siècle. L’ouvrage découpé en trois grandes sections dresse tout d’abord un état de l’horlogerie et de la consommation horlogère avant d’examiner les facettes du métier d’horloger et d’aboutir à le replacer face aux grandes conjonctures jusque dans la première moitié du XIXe siècle.

La première partie « A l’heure des Lumières : maitrise du temps et consommation horlogère » nous convainc que la montre relève à la fois de la science et d’une maitrise technique tout en étant un objet de distinction. L’arithmétique, la géométrie et la mécanique forment la base des connaissances indispensables à l’art horloger. Si l’objet est technique, son design en fait l’objet portatif du paraître par excellence.

Plus diffusées sur soi ou dans les intérieurs, montres et pendules font partie des objets du quotidien et apparaissent aussi mieux distribués socialement. Cette extension témoigne de la dynamique des pratiques commerçantes mobilisant outre les horlogers, les merciers, les fripiers, les bijoutiers, les tapissiers et celles relevant du comportement social, où la montre se transmets, se dépose en gage ou se vole. L’élargissement est confirmé par l’analyse des dossiers de faillites d’horlogers présentant la diversité professionnelle des acheteurs. L’utilité de l’heure s’affirme. L’emploi mesuré du temps de la journée autant que le besoins de synchronisation explique le recours plus systématique à la montre ou à l’horloge portative.

Ce nouveau rapport aux objets de la mesure du temps implique que soit saisi le métier d’horloger. Le terme apparaît bien générique par rapport à la pluralité des compétences et surtout des acteurs qu’il recouvre. Mécanicien, savant, artiste à coup sûr, l’horloger est aussi marchand ou négociant. Dressant avec précision les contours de la communauté de métiers parisienne, le second chapitre précise la complexité de la production : la fabrication de pendules mobilise 16 spécialités différentes tandis que celle des montres en englobe 19. L’horlogerie réunit alors de nombreux intervenants et s’inscrit dans une forte division du travail qui autorise les échanges internationaux. Plus que Liverpool ou Manchester dont les produits et fournitures sont chers, ce sont les pièces, les mouvements horlogers ou les boites tirés de Neuchâtel et de Genève qui alimentent les fabrications parisiennes. La montre parisienne s’affirme alors comme un assemblage de pièces en partie étrangères. Entre recherche de la baisse des coûts et volonté de protéger l’aura de l’horlogerie parisienne, la position des fabricants apparaît dès lors très antagoniste. Le discours sur la qualité et le goût parisien doit anoblir le produit tandis que la dénonciation de la médiocrité des montres suisses fait partie des jugements régulièrement émis pour créer la différence.

De fait, si la forte intégration des Neuchâtelois et des Genevois dans le secteur horloger parisien en assure le profit, elle semble affaiblir son offre dans la durée. Sans doute faut-il y voir en germe les raisons de la perte de prestige de l’horlogerie parisienne au début du XIXe siècle. S’intéressant aux statuts définissant les droits et les devoirs de la communauté de métiers de l’horlogerie, l’auteur démontre que le travail dépasse le cadre de l’atelier dirigé par un horloger de la communauté. Hors des règles de la communauté existent des positions variées. Qu’il s’agisse des horlogers travaillant en leur nom installés dans les lieux privilégiés, des horlogers qui hors du cadre de l’atelier boutique s’associent pour développer leurs affaires ou des tentatives infructueuses d’installation de manufactures, le mode productif horloger se décline au pluriel.

La complexité du monde productif renvoie à l’organisation complexe de la commercialisation. L’horloger peut assurer la vente directe de sa production ou s’adresser à un intermédiaire qui assume le placement sur le marché. Il devient essentiel de proposer des assortiments suffisamment étoffés pour séduire la clientèle. Outre leur fabrication, les horlogers n’hésitent pas à rechercher ailleurs des modèles différents afin d’élargir la gamme de qualité et de prix. C’est dire le pragmatisme qui règne parmi les horlogers parisiens pour capter les marchés. De fait, Marie-Agnès Dequidt souligne bien que les montres sont des objets de mode autant que de luxe impliquant la multiplication des stratégies de distributions.

La dernière partie consacrée à «  Un métier à l’épreuve des conjonctures », précise à partir de l’analyse du niveau de vie des horlogers, leurs conditions matérielles ainsi que leurs capacités à faire face aux vicissitudes du métier, dans le contexte économique et politique changeant de la fin du XVIIIe siècle. A ce titre, l’exemple donné par la correspondance commerciale d’un horloger failli, Noël Héroy offre une compréhension fine de la marche des affaires d’un horloger parisien. Progressivement l’horlogerie parisienne apparait de plus en plus enchâssée dans un réseau commercial international tout en étant largement tributaire pour son approvisionnement des centres de fabrication genevoise et neuchâteloise. La conclusion vaut pour le début de XIXe siècle, qui semble sonner le glas de l’horlogerie parisienne. En l’absence de remise en cause de ses savoir-faire et de ses modes de production, l’horlogerie parisienne laisse l’offre moyenne gamme aux autres centres de fabrications (Besançon, Neuchatel, Genève) pour se recentrer sur la fabrication de montres de plus haut de gamme.

Ce recentrage est confirmé par les contemporains eux-mêmes mais aurait pu avantageusement être complété par l’appréciation des horlogers étrangers. Vue de Genève, l’horlogerie de Paris apparaît, même pour le haut de gamme, comme une place d’assemblage de pièces fournies par ses plus habiles artistes, en réponse aux modèles dictés par les modes parisiennes.

L’ouvrage nous offre une insertion stimulante dans le monde des horlogers parisiens à partir de leurs réseaux professionnels. Il est une belle contribution à la compréhension de l’évolution du marché horloger dans une société en mutation où la consommation de tous s’étoffe et soulève le problème complexe des qualités des fabrications pour y répondre.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *