Compte rendu: Isabelle Backouche, Aménager la ville. Les centres urbains français entre conservation et rénovation (de 1943 à nos jours), Paris, Armand Colin, coll. Recherches, 2013. (Stéphane Frioux)

Isabelle Backouche, Aménager la ville. Les centres urbains français entre conservation et rénovation (de 1943 à nos jours), Paris, Armand Colin, coll. Recherches, 2013, 473 p. + XVI p. de pl. (Stéphane Frioux)

Les abords des monuments historiques : c’est par cet espace en apparence circonscrit, au sein de la ville – plus ou moins – ordinaire, et héritée des siècles passés, qu’Isabelle Backouche nous plonge dans une histoire passionnante du changement urbain au cœur des années du second vingtième siècle, où les villes françaises se sont profondément transformées. Ce travail impressionnant, « touffu » de l’aveu même de son auteur (p. 407), va constituer une référence pour l’histoire urbaine du XXe siècle. Il s’agit d’étudier les villes non pas dans leurs transformations les plus visibles de la période, les périphéries et les grands ensembles, mais dans la dialectique qui se joue entre l’héritage du bâti plus ou moins ancien de la ville d’avant-guerre, où la « modernité » n’avait pénétré qu’au compte-gouttes, où les îlots insalubres voisinaient souvent avec les vestiges historiques de la cité d’Ancien Régime, et la nécessaire adaptation architecturale de la ville aux besoins de la France gaullienne en pleine expansion, où certains édiles – et certains promoteurs immobiliers – rêvent de tours et de cités administratives au cœur de la cité. À travers les dossiers produits par une procédure administrative, c’est la diversité des façons de concevoir un projet urbain et l’évolution des modalités de pensée de la ville que l’historienne parvient à reconstituer. L’ouvrage bénéficie d’un beau cahier d’illustrations (photographies, plans, etc.) qui, pour être encore mieux exploitées par le lecteur, auraient sans doute pu être mieux reliées aux passages du texte avec lequel elles sont en lien.

Au commencement était une loi, celle du 25 février 1943, qui impose aux projets conçus aux abords des monuments historiques d’obtenir un avis conforme de l’architecte des monuments historiques avant l’obtention du permis de construire. Cette procédure, qui établit des règles contraignantes pour préserver les abords des monuments, génère des conflits et produit donc de l’archive, en particulier quand l’architecte des bâtiments de France (ABF) chargé de donner son avis et au contact de la société locale (et soumis à d’éventuelles pressions…) décide de saisir la commission des monuments historiques, à l’échelon central. En étudiant sur la durée les procès-verbaux de séance de la commission, et en se plongeant dans les affaires traitées par les experts et rapporteurs – deux types d’archives utiles pour faire varier l’échelle d’analyse entre national et local – Isabelle Backouche entend rompre avec les recherches fondées sur les textes normatifs ou celles qui s’appuient sur les discours et projets. La masse documentaire était déjà visiblement très importante, ce qui explique l’absence de mobilisation des archives municipales de certains cas d’étude. Les propos contextuels, méthodologiques et historiographiques se prolongent de l’introduction vers le chapitre 1, qui présente en détail le dispositif administratif étudié et se clôt sur une rapide analyse quantitative de 397 affaires réparties entre 1948 et 2006. Ensuite, le chapitre 2 retrace l’évolution de la catégorie administrative des « abords », objet d’une circulation entre ministères au gré des rattachements de la Direction de l’Architecture, et nous rapproche des hommes qui interviennent, depuis les conservations régionales des Bâtiments de France jusqu’aux experts qui siègent dans la commission, qui ne sont pas uniquement des architectes. L’instance qui conseille le ministère est d’abord une délégation permanente de la « Commission supérieure des monuments historiques », avant d’être autonomisée comme « Commission des abords » en 1964. Ces experts sont confrontés à des situations fréquemment conflictuelles sur le terrain local, à l’absence de jurisprudence et le traitement des cas relève donc d’une procédure très empirique. Mais, comme les exemples choisis le mettent en valeur, ils n’hésitent pas non plus à outrepasser les prérogatives assez étroites confiées originellement par la loi de 1943 à la commission.

La séquence suivante est organisée de façon chronologique. Le chapitre 3 montre comment, très vite, dans le contexte de la Reconstruction, la commission cherche à inscrire ses décisions à une échelle urbaine qui dépasse le projet en cause et le simple voisinage du monument, et se pose la question cruciale de la conciliation entre le passé et les nécessités de la vie moderne. La variété des situations rend difficile l’établissement de critères de décision et impose des négociations avec les ingénieurs départementaux des Ponts et Chaussées ou les élus des collectivités locales maîtres d’ouvrage. Le chapitre 4 part du tournant des années 1964-1965, quand la Commission devient un lieu de promotion de la qualité architecturale des projets menés dans les centres urbains, sous la houlette du nouveau directeur de l’architecture, Max Querrien, personnage charnière entre deux mondes (ingénieurs et architectes) et deux ministères (Equipement et Affaires culturelles). Ce dernier est doté d’un « bureau de la création » qui sert de lieu de ressources pour la création architecturale et de base documentaire dans lequel maîtres d’ouvrages et maîtres d’oeuvre viennent parfois puiser. Malgré le départ de Querrien en 1968, l’activité de la Commission se poursuit jusqu’en 1978 où, avec la création du ministère de l’Environnement et du Cadre de Vie, le changement de tutelle qui intervient l’année suivante consacre la montée en puissance des ingénieurs de l’Équipement. La fin de l’histoire avait été dévoilée dès le premier chapitre : avec la procédure des ZPPAUP instaurée dans les années 1980, les élus parviendront à reprendre en main la décision, jusqu’à ce que la loi du 3 août 2009 (Grenelle 1) ne supprime l’avis des ABF.

Le dernier temps de l’ouvrage est consacré à l’étude de la rénovation urbaine, pratique connue pour avoir démoli au nom de l’insalubrité de nombreux bâtiments de quartiers historiques, saisie cette fois-ci par l’angle de vue offert par les documents examinés par l’historienne. Les dossiers de la Commission des abords permettent de révéler une troisième voie, entre l’opposition stéréotypée d’attitudes visant à la tabula rasa, ou, au contraire, à la muséification des centres-villes. Ils éclairent la complexité des interactions d’acteurs et des négociations (quartier Saint-Sébastien à Nancy). Celles-ci s’opèrent à propos d’opérations qui s’étalent parfois sur plus de vingt ans, comme dans le cas du quartier Mercière à Lyon. Les archives révèlent également la conscience, au moment même des opérations et jusqu’au plus haut sommet de l’Etat, de leurs ratés ou effets pervers, comme les mouvements forcés de populations modestes qui ne pourront se reloger dans le même quartier.

Bien que la Commission des abords n’ait pas nécessairement eu un fort poids décisionnel, Isabelle Backouche en a fait un observatoire à fort potentiel heuristique (p. 164). Il lui a permis d’analyser la façon dont le regard sur la ville change au sein d’un certain nombre de professions et d’acteurs de la fabrication de la matérialité urbaine. Les archives révèlent la richesse des situations et la vaste gamme des manières d’appréhender les centres urbains au cours d’une époque plus connue par l’image d’épinal des ZUP et de l’urbanisme des périphéries. Au final, il paraît évident que ce travail fera date, et on ne peut que le conseiller à tout étudiant désireux d’entamer des recherches en histoire urbaine contemporaine, par la façon dont la démonstration, au-delà de la solidité du matériau archivistique dépouillé, s’allie à un « discours de la méthode » restituant la démarche de l’historienne.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *