Compte-rendu de l’Assemblée Générale de la SFHU (21 janvier 2011)

Institut d’Urbanisme de Paris, Paris-Est

Présents : F. Bourillon, P. Boucheron, Y. Carbonnier, A. Cogné, L. Coudroy de Lille, N. Coquery, C. Denys, S. Frioux, P. Guignet,  J.-P. Guilhembet, V. Lemire, D. Menjot, F. Moret, T. Tellier, M. Traversier, C. Vorms

L’AG a lieu au lendemain de la journée d’études « Henri Sellier » qui s’est tenue à l’IUP/UPEC et de l’inauguration de l’exposition « Cartes et plans » à l’Atrium de la BU, organisées par F. Bourillon et L. Coudroy de Lille.

1) Rapport moral du président

Après avoir présenté ses voeux à l’assemblée, D. Menjot se réjouit de constater que le développement de nos activités se poursuit, assurant toujours plus de visibilité à la Société et à la revue. Il souligne la réussite de la précédente journée annuelle qui a eu lieu à Bruxelles le 29 janvier 2010, à l’initiative de C. Denys et F.-J. Ruggiu. Il estime également que la récente lettre d’Actualités anime davantage la vie de la Société, elle sera dans tous les cas plus utile et maniable que le site actuel (cf infra). Il insiste sur le fait que celle-ci ne sera efficace que si elle est alimentée régulièrement par tous les membres de la société. C’est aussi un moyen d’accroître le nombre d’adhérents en visant un plus large public « électronique ». Il tient à remercier M. Traversier pour la réalisation de cette lettre.

D. Menjot rappelle le succès rencontré par la « Table SFHU-Histoire Urbaine », tenue par B. Bove, C. Denys, C. Vorms et lui-même, lors du dernier congrès de l’EAUH à Gand en septembre dernier. Installée dans une galerie, les participants ne pouvaient la manquer, cela a permis de faire une belle publicité à la revue et on peut en espérer des CR et articles. En tout cas, il faut absolument renouveler l’expérience lors du prochain colloque qui sera tiendra à Prague en 2012. Il rappelle à ce titre qu’il est possible de faire des propositions de session jusqu’à fin mars 2011 ; les communications individuelles pourront être proposées à partir de septembre 2011. D. Menjot signale ensuite que son mandat de représentant français au sein du Comité de l’EAUH s’est achevé ; il est remplacé par E. Crouzet-Pavan qui fera le lien désormais entre la SFHU et l’EAUH.

2) Rapport moral du Secrétariat et discussion sur le site

M. Traversier débute son propos par une série de remarques positives soulignant la visibilité et le dynamisme croissant de la SFHU aussi bien en France qu’à l’étranger, comme en témoignent la journée bruxelloise déjà évoquée par le Président, l’audience rencontrée lors du congrès de l’EAUH mais aussi au Japon où Y. Carbonnier, A. Thillay et M. Traversier ont participé en août à l’initiative de F.-J. Ruggiu à un colloque franco-japonais autour de l’histoire comparée des villes traditionnelles.

La présence à Gand lors du congrès de l’EAUH a notamment permis de vendre un certain nombre de numéros thématiques de la revue ; les numéros « Varia » ont moins séduit, ce qui depuis a conduit à faire figurer les titres des mini-dossiers des numéros « Varia ». Pour rester dans le cadre européen, M. Traversier rappelle le récent appel à communications lancé par l’Association Italienne d’Histoire Urbaine.

Allant de pair avec cette bonne santé scientifique, M. Traversier évoque ensuite les bons résultats financiers de la SFHU, favorisés par les subventions versées par le CNL et Paris-Est (cf bilan financier, infra). Il devient dès lors envisageable de créer et financer un prix de thèse de la SFHU.

Il est par ailleurs décidé de verser les quelques cartons d’archives de la Société aux Archives du Val de Marne. F. Bourillon s’occupe de ce dossier qui devrait prochainement aboutir. Il faudra trier les documents actuellement conservés par F. Bourillon et F. Moret avant de les verser pour éviter les doublons. Des archives numériques sont bien sûr envisageables.

M. Traversier évoque ensuite les points plus ennuyeux et d’abord le site : La gestion et l’utilité du site demeurent problématiques. Le site, très peu consulté si ce n’est pour les informations institutionnelles, est désormais dysfonctionnel, comme le précise F. Moret qui a travaillé à une refonte du site. Il apparaît, après discussion générale et présentation des propositions de F. Moret et S. Frioux (en particulier à partir de l’exemple de ce que pratique la Société d’histoire environnementale), qu’il vaudrait mieux abandonner ce « vieil » outil et créer une nouvelle interface plus souple et gratuite sur la plate-forme « Hypothèses ». Parallèlement un google-groups pourrait être créé pour faciliter la circulation des informations scientifiques et remplacer à terme la lettre de diffusion. N. Coquery qui a fait part de son expérience au sein de la société d’Histoire économique, transmettra les éléments techniques précisant les avantages de l’usage des google-groups. C. Vorms et F. Moret s’occupent de ce dossier. Un débat s’engage pour savoir s’il faut avoir recours à des professionnels de l’informatique ; Y. Carbonnier redoute la surfacturation de ce type de service et P. Boucheron craint que l’instrument proposé ne soit pas assez modulable compte tenu de nos besoins et ne se périme (c’est du reste ce qui est arrivé au site existant, efficace lors de sa création mais aujourd’hui trop lourd à gérer, modifier et « dépassé »). Dans tous les cas, F. Bourillon rappelle que ce nouvel outil ne sera pas un instrument de recherche mais doit être une vitrine pour nos activités. En attendant, la lettre de diffusion récemment mise en place par M. Traversier permet de diffuser de manière plus réactive les envois d’informations scientifiques. Mais outre les soucis techniques (les envois collectifs demeurent difficiles en raison des pare-feux des serveurs des uns et des autres ; il faut éviter les envois en fichier pdf ; les adresses peuvent être erronées), demeure un problème de contenu. Il faut transmettre des informations pour que cette lettre ait une utilité. P. Guignet précise à ce sujet qu’il faut éviter de transmettre les informations relatives aux séminaires de Master. De fait, l’assemblée juge qu’il faut s’en tenir aux journées d’études, colloques, séminaires de recherche, avis de soutenance.

D. Menjot conclut la discussion en insistant sur la nécessité de nous doter d’un nouvel outil sur internet ; il ne s’agit pas de « bricoler » le site existant.

3) Rapport financier

C. Denys détaille les bons résultats financiers évoqués plus haut, le solde est nettement positif (plus de 20 000 euros en caisse). Le bilan demeure satisfaisant y compris si l’on sépare le budget de la SFHU (solde de 11 000 euros) et celui de la Revue, à l’équilibre (1900 euros). Nous devons à l’avenir veiller à tenir et disjoindre ces deux comptabilités, dans la mesure où nous touchons une subvention de Paris-Est. F. Moret rappelle également la nécessité de disposer à l’avenir de budgets prévisionnels annuels. Une partie de l’excédent servira à financer une augmentation du nombre de pages de la revue et un prix de thèse, le reste sera placé sur un compte rémunéré.

4) Rapport sur la revue

F. Bourillon commence par évoquer le récent changement d’aspect de la revue ; le papier est plus épais et d’une nouvelle variante de bleu ; les pages sont collées et non plus cousues (ces changements sont liés au passage au numérique de l’éditeur et à la diminution du nombre de tirages, 400 au lieu de 500). Plus généralement, elle évoque le mouvement de récupération qui se poursuit : augmentation du nombre de pages (70 de plus par rapport à 2009) et surtout explosion des consultations sur le site Cairn. F. Moret précise en particulier que par rapport à 2009, la fréquentation des pages Cairn des numéros d’Histoire Urbaine a progressé de 61% (en 2009, 46 000 articles téléchargés ; en 2010 75 380 dont 69 000 en libre accès, et plus de 6100 en accès conditionnel, ce qui devrait nous rapporter encore près de 4000 euros). Les numéros les plus téléchargés sont ceux qui ont une forte tonalité historiographique, qui proposent une synthèse ou bien qui se situent au croisement de l’histoire urbaine, de l’histoire de l’art et de l’urbanisme. Il souligne aussi que l’histoire antique est particulièrement prisée.  Enfin ponctuellement certains articles (comme ceux consacrés à Versailles) semblent très appréciés, ce qui prouve le bon référencement de Cairn.

Les trois numéros parus en 2010 portaient sur la religion civique en Allemagne (n°27), les écritures de ville (n°28), la période Edo au Japon et le renouvellement historiographique en histoire antique (n°29). F. Bourillon insiste sur la place de la revue dans le renouvellement des questions et souligne l’internationalisation de la réflexion sur la ville. Le désenclavement est toutefois moindre en histoire contemporaine. Surtout F. Bourillon exprime à nouveau ses inquiétudes à propos des rubriques « Sources » et « Chantiers de la Recherche » (pour cette dernière rubrique, elle annonce toutefois l’arrivée prometteuse d’un article de L. Jean-Marie sur la coutume de Caen). Elle souligne aussi la quasi-disparition des numéros Varia liée à la pénurie des articles arrivés à l’initiative de leurs seuls auteurs. C’est un problème général pour les revues de Sciences Humaines. Sans doute cela s’explique-t-il aussi par le taux de refus relativement important qui peut décourager les envois mais qui est le gage de la qualité et de la réputation de la revue. F. Bourillon constate qu’en revanche l’envoi de propositions d’article sous forme de résumé, et non d’article, progresse. Le Comité de lecture ne saurait les accepter en l’état. Il semble qu’en fait le format des petits dossiers plus légers à accompagner jusqu’à la publication soit désormais assez pertinent et efficace. Dommage toutefois que la périodisation des dossiers soit de plus en plus étroite.

Pour 2011, deux numéros sont bien avancés, celui piloté par N. Coquery sur « les villes, la consommation et l’exotisme, XVe-XVIIIe siècle », et celui d’O. Ratouis sur « la ville et le rire » (les deux sont issus de sessions présentées lors du congrès de l’EAUH en 2008 à Lyon). Le 3e numéro de 2011 est pour l’heure plus difficile à monter ; D. Menjot insiste sur la nécessité de faire remonter des dossiers et articles.

On attend à moyen terme les dossiers réunis par D. Sassu-Normand sur « les villes et les crises financières au Moyen Âge », par C. Denys et F. Moret sur « la justice urbaine après les révolutions atlantiques », par F. Bourillon sur « les villes de loisir », et une proposition émanant de Monique Poulot suite à un colloque organisé à Nanterre sur « Ville et Nature ». I. Parmentier est également susceptible de soumettre prochainement un dossier sur les aspects économiques dans les marges urbaines.

F. Bourillon évoque ensuite la possibilité de mettre en place une nouvelle formule de la rubrique « Quartier Libre », qui proposerait à l’avenir 2 articles sur un même sujet présentant les éléments différents d’un même débat qui serait introduit par un 3e auteur.

Elle souligne aussi la nécessité de renouveler les stratégies de visibilité, par exemple par un partenariat avec des expositions (comme ce fut en partie le cas pour « Agrandir Paris ») et les occasions de présenter les numéros. À ce sujet, elle précise que la présentation du numéro sur la religion civique prévue au Centre Historique Allemand a été annulée mais doit être reportée, D. Menjot s’engage à en parler à P. Monnet. De même, il serait judicieux d’organiser une présentation du dossier sur Edo à la Maison du Japon. Des collègues japonais, dont certains des auteurs, devant venir prochainement à Paris dans le cadre des échanges évoqués plus haut avec F.-J. Ruggiu, M. Traversier propose de contacter ce dernier à ce sujet afin d’examiner la faisabilité de ce projet. F. Bourillon plaide également pour le renouvellement des discussions et échanges avec les revues étrangères d’histoire urbaine, restés pour l’heure en suspens. Elle confirme, dans tous les cas, le rôle décisionnaire du comité de lecture concernant les propositions de dossiers, les articles ainsi que les projets d’évolution de la revue.

Dans un dernier point, F. Bourillon rappelle qu’il est également important de transmettre à B. Bove les CR des ouvrages afin qu’ils soient publiés sur le site et dans tous les cas dans la revue.

F. Bourillon conclut son intervention en remerciant tous les membres du comité de Lecture et les experts extérieurs ; elle salue aussi le travail des membres du Secrétariat de la revue pour la préparation de copie et celui de M. Biscaye, en dépit de ses ennuis de santé.  D. Menjot remercie à son tour F. Bourillon pour son important et essentiel travail de coordination au sein de la revue.

L. Coudroy de Lille revient sur la question du classement des revues. D. Menjot rappelle la position de principe adoptée pour les revues d’histoire par l’AERES et qu’il défend énregiquement : refus du classement A/B/C et définition d’un périmètre de scientificité.

5) Prix de thèse d’histoire urbaine décerné par la SFHU

D. Menjot annonce que le bureau a décidé de créer un prix de thèse de la SFHU.

Un débat s’enclenche sur le montant du prix, les modalités pratiques des envois des thèses et sur la constitution du jury.

Le prix sera doté de 2000 euros et sera décerné lors de l’AG de la Société en 2012. P. Guignet suggère de s’associer à un éditeur pour faciliter la publication. Mais cela semble trop précoce.

Le jury sera désigné au sein du bureau.

Un règlement sera établi prochainement pour fixer les modalités et diffuser largement l’information et pas seulement par le biais de la lettre de diffusion. Il faut éviter un « prix par défaut », souligne P. Boucheron ; à nous de faire connaître au plus grand nombre la création de ce prix.

Le prix doit couronner une thèse francophone. Les candidats pour le premier prix devront avoir soutenu leur thèse entre le 1er janvier 2009 et le 31 décembre 2010 (ensuite l’année civile prévaudra). Le dossier doit rassembler : un résumé de thèse (entre 10 000 et 20 000 signes), un exemplaire de thèse en format numérique ; un CV. Ces pièces devront être envoyées au plus tard le 30 avril 2011 à l’adresse de la SFHU.

L’AG se termine sur cette discussion ; dépouillement des votes et annonce des résultats.

6) Résultats des élections et nouveau bureau

Le bureau a été renouvelé pour moitié. X. Lafon n’a pas souhaité se représenter. A été élu : J.-P. Guilhembet, Ont été réélus : F. Bourillon, N. Coquery, P. Guignet, V. Lemire, D. Menjot, F. Moret, D. Poulot,

D. Menjot est maintenu dans ses fonctions présidentielles, C. Denys reste trésorière générale, associée à V. Lemire, trésorier adjoint. Pour le secrétariat, F. Moret conserve sa fonction de secrétaire adjoint, M. Traversier celle de secrétaire général.

Vice-présidentes et Vice-Président : L. Buchholzer-Rémy, L. Coudroy de Lille, N. Coquery (qui succède à P. Guignet), J.-P. Guilhembet (qui succède à X. Lafon).

F. Bourillon reste à la tête du Comité de rédaction de la revue.


Vous aimerez aussi...