Compte rendu : Paul Laxton, Richard Rodger, Insanitary City. Henry Littlejohn and the Condition of Edinburgh, Lancaster, Carnagie Publishing, 2013. (Geneviève Massard-Guilbaud)

Paul Laxton, Richard Rodger, Insanitary City. Henry Littlejohn and the Condition of Edinburgh, Lancaster, Carnagie Publishing, 2013, 464 p. (Geneviève Massard-Guilbaud)

Publié en 1865, le Report on the Sanitary Condition of Edinburgh, de Henry Duncan Littlejohn, fut considéré dès sa parution comme un ouvrage de référence. Reposant sur la solide expérience de son auteur comme Police Surgeon, enseignant à l’université et expert en santé publique pour le Scottish Board of Supervision (administration en charge de l’application de la « loi sur les pauvres »), ce rapport fut qualifié de « monument » par le Lancet et considéré comme le meilleur rapport jamais publié par un hygiéniste sur les villes victoriennes. Son influence dépassa largement la seule ville d’Edinburgh. Il offrait une mine d’informations de qualité sur les relations entre pauvreté, emploi et santé. Dans Insanitary City. Henry Littlejohn and the Condition of Edinburgh, Paul Laxton et Richard Rodger ne se contentent pas de reproduire ce document historique majeur dans son intégralité, ils fournissent aussi et surtout les éléments de contexte qui lui donnent tout son sens. Magnifiquement illustré de nombreuses photographies des lieux et des acteurs, d’extraits d’archives et de cartes inédites, ce beau livre relié comporte six chapitres de présentation et d’analyse du rapport (220 p. environ), suivis d’un fac simile de la version originale du rapport de Littlejohn (120 p. + 75 p. d’annexes) assorti d’un appareil critique (commentaires sur les différentes éditions, notes permettant d’interpréter le texte) d’une liste des sources, d’une bibliographie et d’un copieux index.

Dès la préface, les auteurs s’interrogent sur les raisons susceptibles d’expliquer pourquoi ce rapport d’une qualité exceptionnelle est resté dans l’ombre de celui de Chadwick ou d’autres. Ils attribuent ce fait aux lacunes de la recherche en histoire sociale sur la ville d’Edinburgh à l’époque victorienne, qui auraient rendu difficile l’interprétation du rapport. Comment expliquer, en effet, que la ville d’Edinburgh, épicentre des Lumières écossaises, et dont l’Université et le Royal College ont produit ensemble plus de médecins que tout autre ville britannique, ait pu, dans le même temps, être une ville aussi insalubre et néfaste à la santé de ses habitants ? C’est ce paradoxe que Laxton et Rodger tentent d’éclairer, mettant à jour les conditions de la gestation du rapport et la façon dont ses données statistiques et cartographiques ont été construites. Ce faisant, ils nous offrent une perspective inédite sur l’histoire sociale, économique et politique de la capitale écossaise au milieu du XIXe siècle.

L’ouvrage commence par une présentation de Littlejohn et un tableau de la ville d’Edinburgh telle que l’ont perçue les nombreux observateurs qui, de Daniel Defoe à Friedrich Engels, ont décrit la situation lamentable dans laquelle vivaient ses pauvres, les plus démunis de toute la Grande-Bretagne à en croire l’ami de Karl Marx. Les traditions médicales et intellectuelles dans laquelle allait s’insérer le rapport de Littlejohn sont ensuite évoquées, notamment l’œuvre de William Alison ou de Thomas Chalmers. Dans la première moitié du siècle, les débats sur la nature de la relation entre maladie et pauvreté et sur la meilleure façon d’éradiquer celle-ci étaient très vifs. Le problème fut même à l’origine d’une scission de l’Église d’Écosse (1843) et entraîna l’adoption d’une nouvelle « loi sur les pauvres », différente de celle de l’Angleterre, la Poor Law Amendment (Scotland) Act (1845), qui eut pour effet de réduire drastiquement le nombre des bénéficiaires de l’assistance. Les divergences sur les causes des épidémies et la meilleure façon d’y faire face paralysaient l’action des villes écossaises, condamnées à ce que les auteurs appellent un « micro-management » des problèmes.

À Edinburgh, la gestion de la santé et de l’hygiène publique relevait, dans la première moitié du XIXe siècle, de la compétence d’une Police Commission, institution de gestion locale créée en 1805, élue au scrutin censitaire et agissant parallèlement à un Conseil municipal totalement déconsidéré en raison de la mauvaise gestion financière dont il avait fait preuve. Cette Police Commission était dotée de compétences nombreuses et importantes et fonctionnait grâce à une vingtaine de comités en charge de questions spécifiques (propreté, éclairage, fumée, parcs, etc.). Elle joua un rôle important, plaçant les questions d’hygiène publique au cœur de la politique locale. Son action manquait cependant de cohérence, les comités entrant parfois en conflit les uns avec les autres. Aucune politique d’ensemble ne réussit à voir le jour.

Vers le milieu du siècle, plusieurs éléments allaient contribuer à modifier cette situation et à améliorer significativement la gestion de l’hygiène publique à Edinburgh. À partir de 1855, tout d’abord, l’Écosse bénéficia pour la première fois de registres d’état civil incluant les causes de décès. Ceci rendit possible l’élaboration de statistiques fiables sur la mortalité. Par ailleurs, à partir de 1856, les questions de santé publique furent de nouveau placées sous la responsabilité du seul conseil municipal. Le système des impôts ayant également été réorganisé en 1854, elles bénéficièrent de moyens financiers plus importants. Le fait que le Board of Supervision de la loi des pauvres ait, de son côté, été doté de nouvelles prérogatives en matière de santé publique joua également dans le même sens.

Un événement dramatique allait servir de catalyseur. En novembre 1861, trois immeubles de High Street habités par des ouvriers s’effondrèrent, faisant 35 victimes. À la suite de cette catastrophe annoncée, l’inefficacité globale des politiques locales d’hygiène fut mise en cause. Les débats d’une grande confusion qui s’ensuivirent, de nature à la fois politique et institutionnelle, débouchèrent sur l’émergence d’un nouveau type de fonctionnaires, les Medical Officers of Health in Scotland (une institution qui existait déjà dans de nombreuses villes anglaises). Après moult tergiversations, Littlejohn fut le premier à être recruté dans ce cadre.

Pour mesurer l’impact des conditions sanitaires sur la mortalité, Littlejohn ne se contenta pas d’utiliser les cinq circonscriptions établies par le Registrar General, mais procéda à une nouvelle division de la ville en dix-neuf quartiers qui lui permirent une analyse beaucoup plus fine. Ses résultats quantitatifs étaient présentés sous la forme de ce que nous appellerions aujourd’hui un tableau de 36 colonnes et 1 100 lignes. Ils fournissaient des informations sur les quartiers surpeuplés, les garnis, les égouts, les cimetières, les maladies professionnelles, les élevages et les abattoirs, la viande contaminée, les boulangeries et la qualité de l’alimentation, la construction de nouvelles rues et le planning urbain. Dès la seconde édition, la partie textuelle du rapport fut organisée en deux sections respectivement consacrées à l’état des lieux et aux besoins de la ville.

L’analyse quantitative du texte à laquelle Laxton et Rodger ont procédé s’avère extrêmement instructive. L’analyse qualitative l’est tout autant. Là où l’on attendrait, par exemple, une attention à l’origine des populations, mettant l’accent sur les difficultés des immigrés irlandais, Littlejohn met en rapport, de façon beaucoup plus originale, état de santé et emploi, et fournit de précieuses informations sur la répartition des établissements polluants (industriels ou non) dans la ville. La partie la plus étoffée du rapport est celle qui concerne l’amenée et l’évacuation de l’eau. Elle pose les problèmes en termes très pertinents: amener l’eau partout était une chose, l’évacuer correctement après usage en était une autre. Si cette seconde partie du cycle n’était pas prise en compte, la première ne faisait qu’aggraver la situation, car l’eau souillée stagnait dans la ville, aggravant l’insalubrité qu’il s’agissait d’éradiquer. Le chapitre 4 de l’ouvrage comporte des passages particulièrement intéressants sur certains aspects rarement abordés dans les histoires urbaines classiques : devenir des vidanges urbaines, caractère inapproprié des water-closets en situation de pénurie d’eau, etc. Le cas de la Water of Leith, le gros ruisseau qui traverse la ville, transformé alors, comme tous les cours d’eau des débuts de l’ère industrielle, en égout à ciel ouvert, est également abordé en des termes qui intéresseront particulièrement les spécialistes d’histoire environnementale.

Sur tous ces sujets Littlejohn proposait, plutôt qu’un grand schéma d’amélioration sanitaire globale, des mesures pragmatiques, adaptées aux circonstances et effectivement susceptibles de produire les résultats recherchés. Sa conception de la santé des urbains ne reposait pas seulement sur des mesures sanitaires, elle était éminemment pluridisciplinaire (incluant notamment histoire et géographie). En matière d’urbanisme, Littlejohn mettait l’accent sur la prévention. Il préconisait qu’aucun quartier ne soit construit sans que le plan des égouts ait été auparavant approuvé par les pouvoirs publics. Sensible à la valeur patrimoniale du bâti (« les immeubles les plus hauts du monde », si différents de la tradition anglaise de terraced houses, les closes), il préconisait un mixte de démolitions (pour aérer et assainir) et de conservation.

Littlejohn pensait aussi que les problèmes sociaux ne devaient pas être laissés aux seules institutions religieuses, dont l’action n’était pas efficace. Il n’analysait pas la société en termes de classes mais se focalisait sur l’obtention de bien-être pour les défavorisés et pour ceux qui étaient dépourvus de pouvoir dans la société. Le ton de ses analyses diffère fondamentalement de celui de Chadwick, qui rendait les pauvres et les Irlandais responsables de leur propre misère. Littlejohn, au contraire, décrivait l’attitude des pouvoirs publics vis à vis des pauvres comme une attitude « injuste ». La justice environnementale et sociale était au cœur de son rapport. Ses propositions étaient de deux types : d’une part, des améliorations à prendre en charge sans délai par la municipalité (essentiellement dans la ville ancienne) et d’autre part, celles que les citadins devraient prendre en charge eux-mêmes (dans la ville nouvelle surtout). De façon originale pour l’époque, il proposait de fixer des objectifs à atteindre en matière de mortalité.

Si les inégalités et la ségrégation sociale dans la ville ne disparurent pas du jour au lendemain, le rapport de Littlejohn ne resta pas lettre morte. Son action déboucha sur une série de changements significatifs : retour à une gestion publique de l’eau, simplification des institutions en charge de l’hygiène publique (création du Public Health Committee, 1872), attention accrue aux inégalités. Tandis que la densité diminuait dans le centre de la ville, le taux de mortalité moyen baissa d’un tiers entre 1865 et 1883. Le différentiel de mortalité entre districts riches et pauvres diminua, lui aussi, de 38 %. Littlejohn n’eut pas toujours gain de cause, et d’autres que lui contribuèrent au changement, mais son action joua un rôle majeur. Ce qui ressort de sa réflexion et de son action est la force du lien existant entre santé et action publiques. C’est, plus encore, le fait que l’amélioration de l’hygiène et de la santé publique n’était pas seulement une affaire d’image de la ville, mais un devoir civique.

C’est un ouvrage méticuleux et particulièrement utile que Laxton et Rodger livrent avec cet Insanitary City. Son intérêt dépasse très largement l’histoire d’Edinburgh. Les historiens français de la ville y trouveront matière à comparaison dans tous les domaines touchant à l’histoire sanitaire, environnementale, sociale et économique de la ville du XIXe siècle, au planning urbain, mais aussi à l’organisation des pouvoirs publics, si différente de celle des villes françaises, qui est longuement abordée. L’ouvrage est pionnier par la façon dont il intègre les problématiques traditionnelles de l’histoire sociale et politique urbaine et celles, plus récentes, de l’histoire environnementale. Il constitue aussi une excellente démonstration de ce que « mettre en œuvre un document historique » veut dire. En un temps où le travail de l’historien se mesure, de façon absurde, en nombre de publications, ce qui conduit plus ou moins consciemment certains chercheurs à se contenter de survoler les sources, voire à les ignorer complètement, il constitue un modèle méthodologique à mettre entre les mains de tou.te.s les apprenti.e.s historiens et historiennes anglophones.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *