Compte rendu: Amélia Aguiar Andrade, Adelaide Millán da Costa (sous la direction de), La ville médiévale en débat, IEM – Instituto de Estudos Medievais, Lisboa, 2013. (Adeline Rucquoi)

Amélia Aguiar Andrade, Adelaide Millán da Costa (sous la direction de), La ville médiévale en débat, IEM – Instituto de Estudos Medievais, Lisboa, 2013, 206 p. (Adeline Rucquoi)

Dans l’avant-propos de l’ouvrage, les éditrices annoncent à la fois leur désir de poursuivre des recherches sur la ville, dans la lignée des grandes études portugaises menées depuis 1981, et de confronter à cette occasion l’expérience d’un certain nombre de chercheurs reconnus et les études menées par de jeunes historiens, afin d’offrir un « parcours » qui tienne compte des problématiques, des méthodes adoptées et des perspectives d’approche. Les douze articles, dont neuf en français, un en espagnol et deux en anglais, se divisent ainsi en sept articles dus à des spécialistes venus de Belgique, d’Espagne, de France et des Pays-Bas, tandis que les cinq suivants ont pour objet les études urbaines actuellement menées au Portugal sur des sources et des thèmes divers.

Si le premier article, de Thérèse de Hemptinne, – « Des sources pour une histoire des villes comparée ? Essai de typologie thématique » – est légèrement décevant dans la mesure où le catalogue de sources présentées se limite en général à l’Europe du Nord, omet les apports de la géographie urbaine, ne cite le rôle de l’Église qu’au passage et ignore l’existence des communautés juives et musulmanes dans les villes médiévales, le second – « La ciudad medieval: realidad construida. Metodología para el conocimiento del espacio urbano » – offre des perspectives originales. Beatriz Arizaga Bolumburu s’attache en effet dans ce travail aux possibilités de reconstitution du tissu urbain médiéval, disparu au cours du XXe siècle avec la destruction des centres historiques et difficilement appréciable malgré les essais de conservation mis en œuvre depuis les années 1980. Elle analyse l’aide apportée par l’iconographie, les représentations et les « vues » de villes qui fleurissent au XVIe siècle, les arrière-plans de tableaux, puis la cartographie à partir du XVIIe siècle, montrant pour chacun, grâce à des exemples, les apports et les limites que l’historien peut en espérer.

Le cas des villes portuaires, rarement abordé, a cependant été choisi ici par Michel Bochaca – « Les caractéristiques économiques des villes portuaires de la France atlantique à la fin du Moyen Âge : l’exemple des ports aquitains (Bayonne, Bordeaux et Libourne) » -, Wim Blockmans – « L’unification européenne par les circuits portuaires » – et Ana Cláudia Silveira – « Les villes portuaires au Portugal médiéval : perspectives de recherche » -. Tandis que Michel Bochaca se penche sur le problème des ports de fond d’estuaires et des rapports entre les activités proprement portuaires et celles de la ville, Wim Blockmans étudie finement les réseaux maritimes, c’est-à-dire la mer comme espace d’interaction entre des sociétés mobiles, à la recherche de profit et non de domination politique, en Méditerranée, Mer du Nord ou Mer Baltique, et souligne l’intégration des marchés au-delà des frontières, des langues, et des religions. Ana Cláudia Silveira montre qu’au Portugal les villes portuaires sont dues à une politique royale systématique, parfois renforcée par les ordres militaires, mais se cantonne aux généralités en ce qui concerne la fiscalité et l’économie.

La fiscalité urbaine est le thème choisi par Denis Menjot – « Politiques et stratégies financières des élites urbaines aux derniers siècles du Moyen Âge : quelques questions et perspectives de recherche » – qui analyse clairement les systèmes fiscaux, mis en place depuis le XIIIe siècle, sous trois aspects : le prélèvement sous forme d’impôts directs ou indirects, le crédit qu’il s’agisse de la dette à court terme ou de la dette consolidée qui alimente une spirale entraînant un alourdissement de la pression fiscale, et enfin l’utilisation et la redistribution des recettes entre l’administration, les services rendus à la communauté, le paiement de la dette et les transferts au roi ou aux princes. La clarté de l’exposition montre bien la dialectique de l’emprunt et de l’impôt et ses conséquences sociales, économiques et politiques dans les villes médiévales.

Pierre Monnet – « Villes et territoires dans l’Empire à la fin du Moyen Âge : pour une approche régionale entre villes, principautés et royauté en Allemagne » – examine longuement le jeu triangulaire qui se développe à partir du XIIIe siècle, dans le Saint Empire, entre villes, principautés et royauté, et les ligues de villes jusqu’à la paix imposée en 1495 par la Diète de Worms ; une comparaison avec le rôle des villes dans la Péninsule ibérique aurait été ici intéressante. C’est aussi aux tensions entre individu et collectivité, entre commune et État que s’attache Marc Boone – « L’Europe urbaine de la fin du Moyen Âge : les promesses et les malédictions d’une modernité » – qui limite son champ d’étude aux Flandre et Pays-Bas et à l’Italie du nord. Mais son analyse dépasse cette seule problématique et met en valeur la question de l’urbanisation et de l’exode rural vers les villes, propre à l’idéologie des historiens qui exaltèrent les villes entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe, puis l’histoire rurale entre les deux guerres mondiales, avant de revenir, après 1945, à l’histoire urbaine. Marc Boone propose alors que les recherches dans ce domaine s’orientent vers l’organisation spatiale du pouvoir et du débat public, la légitimation du pouvoir, les droits et devoirs dans l’autogestion, les droits et les libertés individuels.

La ville médiévale au Portugal n’a pas suscité grand intérêt chez les historiens pour Amélia Aguiar Andrade – « La ville médiévale au Portugal. Perspectives et tendances » – qui montre la prépondérance des histoires locales, écrites par des érudits souvent dépourvus de méthode, et qui reste toujours tributaire de financements locaux pour les publications. Elle attribue le piètre intérêt des jeunes historiens au manque de financement pour des recherches qui s’avèrent souvent longues et n’entrent pas dans les délais impartis aux thèses actuelles. Le travail de Filipa Roldão sur les archives de la ville d’Évora – « La culture écrite et les pouvoirs urbains. Les archives d’une ville portugaise au XVe siècle : le cas d’Évora » – montre la difficulté que rencontre le chercheur qui ne possède qu’un inventaire de la documentation municipale, rédigé en 1415, et une série de livres datant des XVe et XVIe siècles qui conservent des copies ou des résumés de documents qui tous ont disparu. Le court article proposé par Maria Amélia Álvaro de Campos – « Property study contributions towards the understanding of the medieval town : the parish of Santa Justa, Coimbra » – est tiré de la thèse qu’elle a consacrée à la paroisse de Santa Justa de Coïmbre, et montre que l’étude des biens fonciers paroissiaux permet une reconstitution du tissu urbain, du paysage et de l’évolution démographique. Flávio Miranda développe pour sa part l’idée du Portugal comme un « royaume sans villes » – « Urban economy in a ‘Kingdom without Cities’ : population and exchange in late medieval Portugal » -, dans lequel n’existerait au Moyen Âge qu’une dizaine de villes, sans comparaison avec les villes européennes contemporaines, ni par leur taille ni par leurs activités commerciales ; très influencé par l’historiographie en langue anglaise, l’auteur souligne que le développement urbain ne remonte qu’aux XIIIe et XIVe siècles, sans mentionner toutefois que le royaume n’existe que depuis le milieu du XIIe siècle et n’atteint ses frontières qu’à la fin du XIIIe.

Une conclusion, due à Adelaide Millán da Costa, reprend finalement les grands thèmes développés dans les diverses contributions et souligne la nécessité de l’histoire comparée et de celle que peuvent réaliser des équipes internationales. Comme tous les ouvrages collectifs, celui-ci est inégal et l’on ne voit pas toujours quel est le débat annoncé, dans la mesure où les thèmes développés, les aires géographiques étudiées et les modèles proposés diffèrent. L’ouvrage aurait par ailleurs gagné à être soigneusement relu et corrigé, et l’on peut se demander si certains articles n’auraient pas été plus clairs en portugais qu’en anglais, et ce alors même que l’un des objectifs avoués du livre était de « contribuer à agiter les eaux historiographiques portugaises sur la ville médiévale ». Il n’en reste pas moins que ce recueil offre un certain nombre d’articles de synthèse écrits dans une perspective originale, qui contribuent à une meilleure approche de la ville dans l’histoire, et quelques articles sur le Portugal, région trop souvent ignorée par les médiévistes. Il suscitera, il faut l’espérer, des vocations chez les jeunes historiens, portugais ou d’ailleurs.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *