Compte rendu: Claudio Gamba, Annick Lemoine, Jean-Miguel Pire (sous la direction de), Argan et Chastel, l’historien de l’art, savant et politique, le rôle des historiens de l’art dans les politiques culturelles françaises et italiennes, Mare&Martin, 2014. (Dominique Hervier)

Claudio Gamba, Annick Lemoine, Jean-Miguel Pire (sous la direction de), Argan et Chastel, l’historien de l’art, savant et politique, le rôle des historiens de l’art dans les politiques culturelles françaises et italiennes, Mare&Martin, 2014, 265 p. (Dominique Hervier)

En mars 2012, un colloque organisé conjointement par l’Académie de France à Rome et l’Academia dei Lincei inaugurait une série de manifestations destinées à célébrer en France et en Italie le centenaire de la naissance d’André Chastel. Le titre des actes de ce colloque résume avec clarté l’une des problématiques fondamentales de l’histoire urbaine. Comment sensibiliser les politiques à la préservation et à la mise en valeur du patrimoine ancien et récent ? Qui peut donner l’alerte et avec quels moyens ?

André Chastel, éminent historien de l’art, professeur à l’Ecole pratique des Hautes études, à la Sorbonne puis au Collège de France, tint auprès d’André Malraux, ministre des affaires culturelles (1959-1969), un rôle déterminant pour la défense et la mise en valeur du patrimoine. Giulio Carlo Argan, élève de Venturi, exerça diverses fonctions dans le domaine des musées puis, après la guerre, devint le premier maire non démocrate-chrétien de Rome, puis sénateur. Outre ces deux fortes personnalités sont évoqués au fil des 19 communications (6 en italien, 13 en français), les figures d’Augustin Girard, André Malraux, Gaëtan Picon, Lionel Venturi, Giovanni Spadolini, Carlo Ludovico Ragghianti, Federico Zeri.

Les carrières de ces deux contemporains (Chastel est né en 1912, Argan en 1909), sont analysées selon une perspective très bien définie que Jean-Miguel Pire expose d’emblée en se référant à Max Weber : « La science est-elle compatible avec la politique ? L’exigence rationnelle du savant peut-elle s’accommoder de la part d’idéologie inhérente à tout projet politique ? ». Laurent Fleury, sociologue spécialisé dans les domaines de l’art et de la culture, explicite l’éthique de l’engagement de Max Weber, qui tranche en faveur de la responsabilité du savant. Mais alors qu’Argan, devenu socialiste en 1945 puis communiste après 1980, se présente devant le suffrage universel, Chastel, très engagé dans son activité de journaliste, conserve sa position de conseiller et d’éclaireur. L’un et l’autre, cependant, sont imprégnés par la conviction que, pour préserver le patrimoine artistique et monumental, seule une opinion publique éclairée et active pourrait peser sur les gouvernements.

Le parcours intellectuel d’Argan est retracé par Frédéric Attal (p. 53-66) qui décrit avec pertinence la position politique de celui qui fut le premier maire non démocrate-chrétien de Rome dans l’Après-Guerre. Proche du parti communiste, il a défendu le patrimoine historique en marquant parallèlement un goût prononcé pour la création contemporaine. Historien de l’art formé par Venturi, il exerce dans le domaine des musées tout en étant spécialiste d’architecture urbaine. A la tête de la municipalité de Rome entre 1976 et 1979, il considère que la défense du centre ancien ne peut se faire sans une gestion saine et adéquate des banlieues. En précurseur, il veut développer le réseau des transports vers la périphérie et chasser la voiture du centre historique. Pour se faire entendre, il aura à convaincre l’État italien, le Vatican – propriétaire d’une part importante de la superficie de la ville – et l’administration centrale, il devra lutter aussi contre bien des intérêts privés. Son objectif est d’assurer à Rome un rang équivalent à celui des grandes capitales européennes et de développer ses fonctions culturelles et écologiques.

Chastel quant à lui utilise très tôt la voix du chroniqueur pour se faire entendre de l’opinion publique et des ministres successifs des affaires culturelles, à commencer par André Malraux. C’est par la force, la clarté, la pertinence de ses articles qu’il opère une sensibilisation dont le rayonnement porte ses fruits durant les Trente Glorieuses. À cet égard, on pourrait regretter que l’article d’Emilie Passignat , « André Chastel, savant et chroniqueur dans Le Monde » (p. 169-184) se concentre sur les articles de Chastel à propos de la peinture, des arts appliqués et de leur réédition dans divers recueils sans tirer parti des articles choisis et publiés à l’occasion du trentième anniversaire de l’Inventaire général (André Chastel, Architecture et Patrimoine choix de chroniques du journal Le Monde, Dominique Hervier, Christiane Lorgues (éd.), préface Jean-Marie Pérouse de Montclos, Imprimerie nationale, 1994). Étant donné le thème du colloque, sa démonstration, y aurait gagné en pertinence.

Fort de son influence de journaliste à la plume acérée, Chastel parvient à convaincre André Malraux de créer l’Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France. L’article d’Isabelle Balsamo, « André Chastel et l’entrée du patrimoine en politique » (p. 229-238), retrace cette aventure de l’Inventaire, entreprise emblématique parmi les actions conjuguées de Malraux et de Chastel. Il ouvre aussi pour la première fois le dossier de « la bataille des Halles » et analyse les raisons de son échec – « trop tard dans la séquence, trop tôt pour le goût régnant ». Ni les démarches auprès de Georges Pompidou, son condisciple de la rue d’Ulm, ni le ralliement de la communauté scientifique internationale ne purent éviter la démolition des halles de Baltard, marquant en cela les limites de l’action du savant, privé du pouvoir que confère le suffrage électoral.

Dans son article bien documenté, « Paris assassiné : les historiens d’art et les transformations de Paris dans les années 1960-1970 » (p. 239-254), Hervé Doucet complète utilement la compréhension de cette période cruciale pour le devenir de Paris en analysant des forces en présence et le rôle des historiens de l’art (Françoise Boudon, François Loyer).

Aux côtés de ces deux figures emblématiques de ce que peut être un « savant politique », celle d’Augustin Girard (1926-2009), moins connu du public, jouit en revanche d’une grande notoriété dans les milieux de l’administration de la culture. Laurent Martin (p. 199-210), en présentant le rôle exigeant du directeur du service des études et Recherches au ministère de la culture, aide à mieux comprendre les mécanismes d’interaction entre la réflexion et l’action en matière de politiques culturelles.

À défaut de pouvoir analyser tous les articles de ce recueil, il faut saluer l’intérêt d’un thème bien mis en valeur à travers des personnalités majeures, il offre le mérite de présenter un aspect qui complète utilement les actes du colloque André Chastel, méthodes et combats d’un historien de l’art (Picard, 2015) : celui du rôle joué par l’historien de l’art pour entretenir et développer une conscience démocratique éclairée.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *