Compte rendu: Antoine-Marie Graziani, La citadelle d’Ajaccio. Imaginer un nouvel espace urbain, Ajaccio, Piazzola, 2014. (Alain Kersuzan)

Antoine-Marie Graziani, La citadelle d’Ajaccio. Imaginer un nouvel espace urbain, Ajaccio, Piazzola, 2014 (Alain Kersuzan)

La citadelle d’Ajaccio. Imaginer un nouvel espace urbain est un beau livre d’Antoine-Marie Graziani, aux éditions Alain Piazzola. L’ouvrage est assez luxueux avec de très belles reproductions de plans et de vues cavalières des édifices et des paysages aux différentes périodes étudiées. Le propos est globalement bien organisé et l’on suit sans difficulté l’évolution historique et architecturale de la fortification. Du point de vue de la forme, on regrette quelques atermoiements quant au choix des temps des conjugaisons puisque l’on passe, d’une phrase à l’autre, du présent au passé voire au futur, sans que cela soit justifié par la narration. De même, certains termes sont inappropriés comme apartheid pour signifier la xénophobie ou le chauvinisme des habitants de la région à cette époque.

L’ouvrage témoigne d’une recherche minutieuse et d’une fine analyse des évènements à partir de nombreuses sources manuscrites dont beaucoup sont inédites. L’auteur recadre dans leur historicité et leur réalité matérielle une bonne part des évolutions de la citadelle et de la cité à l’encontre de certaines affirmations avancées par des auteurs plus anciens. Il argumente avec sagacité ses critiques et fait largement cas des considérations humaines, techniques, politiques et défensives ayant présidé aux diverses modifications de celles-ci. En cela, il fait œuvre d’un vrai travail d’historien.

L’ouvrage est présenté en neuf chapitres qui suivent une progression chronologique. La fondation en 1492, à partir de textes liés à une belle iconographie topographique. Toutes les difficultés et les problèmes liés à la construction de la forteresse sont très bien explicités. Les considérations purement défensives n’ont en effet pas tenu compte des contraintes humaines et techniques et que cela a posé d’incommensurables problèmes, l’eau et les carrières de pierre étant très éloignées des sites à bâtir. À ce sujet, il manque une carte des lieux cités pour une meilleure compréhension du propos, tout le monde n’est pas Ajaccien. On apprend avec assez d’étonnement que la première forteresse (1492) fut établie selon des structures médiévales anciennes à savoir des défenses faites de terre et de bois remplacées au fil du temps par des murailles en pierre et que la forme finale de cette première fortification se composait d’une tour quadrangulaire à laquelle étaient accolées des courtines sans flanquement. La protection d’Ajaccio a donc été initialement conçue avec un château médiéval à une époque où, de manière quasiment générale, les défenses étaient plutôt des citadelles ayant des murs de faible hauteur et des tours cylindriques plus aptes à faire face à l’artillerie à poudre.

Les trois chapitres suivants traitent de la première transformation en 1559 et de celles qui suivirent jusqu’en 1569, lorsque la place redevint génoise à la suite du traité de Cateau-Cambresis et qu’il fut nécessaire de résister aux menaces turques. Ces chapitres sont construits sur une solide argumentation textuelle et iconographique. L’auteur met fin (grâce à des textes inédits) à une polémique historique sur la réalité des travaux effectués par les Français avant 1559. L’évolution chronologique de la fortification ajaccienne désormais bastionnée est très clairement explicitée et judicieusement justifiée, de même que les considérations sur les faibles qualités défensives de la citadelle à cette époque et de l’urbanisme très remanié de la ville d’Ajaccio en lien avec la citadelle en cours de restructuration dans la seconde moitié du XVIe siècle.

Le cinquième volet témoigne de l’état de la fortification au XVIIIe siècle grâce à un inventaire et à plusieurs belles planches de plans. Il raconte surtout la tentative échouée d’une prise de la citadelle, en 1763, par des opposants à la domination génoise dont la révolte aboutit à la prise de contrôle par les Français en 1764.

Le sixième chapitre ne fait que résumer le mémoire écrit par Jadart, responsable français de la cité et de la citadelle en 1775. Il s’agit d’une description du site et de ses structures architecturales bien illustrée par des plans de cette époque. L’auteur revient à une analyse personnelle bien argumentée au cours du septième chapitre, mais elle est surtout historique et fait peu cas de la citadelle. Il s’agit de la révolte ayant eu lieu à Pâques 1792 dans laquelle pointe la personnalité de Napoléon.

Le dernier véritable chapitre concerne les décisions consulaires de modernisation d’Ajaccio et d’amélioration de ses voies de circulations. On assiste alors à la destruction des remparts de la ville et à quelques travaux sur la citadelle qui est en très mauvais état. L’argent pour sa restauration est détourné et à la chute de l’Empire, la citadelle finit lentement de se dégrader.

Le livre se termine par un court article, assez incongru et non avenu, par rapport à l’ensemble, sur une petite affaire sans importance historique arrivée en 1943 qui termine brutalement le livre ! On ressent des difficultés ou une lassitude de l’auteur à tenir le rythme jusqu’à la fin de l’ouvrage.

Il manque une analyse synthétique de l’ensemble des évolutions connues par la citadelle et la ville d’Ajaccio et des conditions qui ont présidé à celles-ci. Le sous-titre du livre – imaginer un nouvel espace urbain – n’est donc pas traité. Il en ressort que l’ensemble de l’ouvrage est surtout une chronique, au demeurant intéressante. L’absence d’une conclusion générale et d’une bibliographie est très regrettable et témoigne des difficultés de l’auteur à réaliser une œuvre autre que purement narrative. Pour conclure, le livre d’Antoine-Marie Graziani est digne d’intérêt tant par sa présentation que par son contenu. L’auteur fait une bonne démonstration de recherches et d’analyse qui nous instruit agréablement sur les conditions et les réalités de la citadelle d’Ajaccio de sa naissance à sa fin. Il s’essouffle à partir du dernier quart de l’ouvrage au point de devenir anecdotique dans ses dernières pages. Il se pourrait que l’auteur ait été limité par des contraintes éditoriales et qu’il ait alors voulu mettre l’accent sur les périodes moins connues de la citadelle et de la ville auquel cas, nous ne lui en tenons pas rigueur et considérons que l’ensemble est de bon aloi.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *