Compte rendu: Michel Bochaca, Villes et organisation de l’espace en Bordelais (vers 1300- vers 1350), Les Indes savantes, Paris, 2015. (Fabrice Mouthon)

Michel Bochaca, Villes et organisation de l’espace en Bordelais (vers 1300- vers 1350), Les Indes savantes, Paris, 2015, 225 p. (Fabrice Mouthon)

Voici un ouvrage d’histoire médiévale plutôt atypique puisqu’il ne parle ni de l’Église, ni de l’État, ni des élites aristocratiques. S’il reprend en partie le dossier d’habilitation soutenu par l’auteur en 2001, c’est en fait, le résultat de trente ans de recherches, jalonnées par une vingtaine d’articles et deux livres, qui est ici synthétisé et remis en perspective. Nous sommes résolument ici dans le domaine de la géohistoire qui jadis avait fait le succès des études médiévales bordelaises dirigées par Charles Higounet et dont Michel Bochaca fut un élève. Au cœur du sujet, une grande ville, Bordeaux, une douzaine de villes secondaires d’importance inégale ainsi qu’une dizaine de bourgs ouverts. Le thème des réseaux de villes a eu son heure de gloire dans les années 80 et surtout 90, avant que l’historiographique médiévale ne se recentre en délaissant quelque peu, tant l’histoire économique et les sources sérielles que l’étude des populations n’appartenant ni au premier ni au second ordre. Le propos de Michel Bochaca est d’étudier non la mise en place du réseau bordelais mais plutôt son fonctionnement et son évolution entre l’époque du « Monde plein » et celle du « Beau XVIe siècle ». En réalité, Ville et organisation de l’espace en Bordelais propose pas moins qu’un modèle complet d’analyse des dynamiques urbaines à l’œuvre dans un espace régional à la charnière des époques médiévale et moderne.

Les trois premiers chapitres suivent l’évolution du réseau urbain bordelais sur deux siècles et demi, posant d’abord la situation au début du XIVe siècle à l’aune des sources de l’administration anglo-gasconne : la capitale ducale, les petites villes castrales (Lesparre) et monastiques (La Sauve-Majeure), les bastides (Libourne, Créon, Cadillac), les bourgs champêtres (Podensac, Macau). Vient ensuite le temps des crises, crise démographique, mais aussi et bien sûr militaire durant laquelle le Bordelais fait plus souvent qu’à son tour figure de théâtre d’opérations. Cette première partie s’achève avec la recomposition du réseau au cours du difficile redressement démographique et économique postérieur à 1453 : renforcement de la prépondérance bordelaise, confirmation du dynamisme de la bastide de Libourne, déclin de sa voisine Saint-Émilion ainsi que des deux autres petites villes Rions et Saint-Macaire. Les sources fiscales des années 1530-1540 permettent de terminer par une vue d’ensemble de la hiérarchie urbaine au prisme des contributions exigées des villes et autres localités du Bordelais. La seconde partie se concentre sur le fonctionnement du réseau entre 1450 et 1550, au travers, notamment, de sources notariales enfin disponibles en abondance pour cette période. Sont passées à la loupe les fonctions administratives des villes, avec l’étude – classique – du statut juridique (villes sous contrôle municipal, sous contrôle seigneurial, sous contrôle partagé), et celle, plus originale, du contrôle administratif et judiciaire exercé par les différents pouvoirs urbains sur leur district. On retrouve ici le thème de la banlieue qui avait été au centre de la thèse de doctorat de Michel Bochaca. Le chapitre suivant se propose d’étudier et de comparer l’emprise économique urbaine sur les campagnes au travers de la reconstitution du patrimoine rural des élites, son importance, sa localisation et sa composition (la place privilégiée de la vigne, les moulins), mais aussi des autres formes d’investissement urbains dans les campagnes : le crédit, les baux à cheptel, la prise à ferme des revenus seigneuriaux. On en vient ainsi à la notion de rayonnement économique de la ville, mesurée notamment par l’importance et l’étendue de la clientèle rurale de ses notaires ou par l’intensité de ses échanges avec l’arrière-pays. Le dernier chapitre revient sur la notion proprement dite de réseau pour analyser la dynamique des relations entre les villes du diocèse. On découvre un espace bordelais certes dominé par sa capitale mais d’avantage dans les domaines politique et d’administratif que dans le domaine économique. Car l’emprise des marchands, des prêteurs et des notaires Bordelais, si elle s’étire le long de la Garonne et de l’estuaire de la Gironde, laisse place à une aire d’influence libournaise propre comme à l’existence un vaste espace non polarisé aux marges nord, sud et ouest du diocèse. Terminons en mentionnant un autre intérêt majeur de l’ouvrage, à savoir les nombreuses cartes et les schémas, originaux, particulièrement éclairants et réalisées par l’auteur lui-même. Michel Bochaca se place là encore dans la meilleure tradition bordelaise, Charles Higounet ayant été le fondateur du laboratoire de cartographie historique de Bordeaux et à l’origine de l’entreprise des Atlas historiques des villes de France.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *