Résumé de thèse : Mélanie Dubois Morestin, Pratiques scripturales et pratiques économiques : les archives privées de Jean Teisseire, marchand avignonnais du XIVe siècle

Mélanie Dubois Morestin

Pratiques scripturales et pratiques économiques : les archives privées de Jean Teisseire, marchand avignonnais du XIVe siècle .

Thèse soutenue le samedi 21 novembre 2015, à l’université de Paris 1, devant un jury composé de M. Denis Menjot, professeur émérite d’histoire médiévale à l’Université Lyon 2, président, Monsieur Laurent Feller, professeur à l’université de Paris 1, directeur de la thèse, Madame Catherine Verna, professeur à l’université de Paris 8, rapporteur et Messieurs François Menant, professeur à L’Ecole Normale Supérieure de Paris, rapporteur et Philippe Bernardi, directeur de recherches au CNRS.

L’objet de cette thèse était l’étude du personnage de Jean Teisseire, marchand cordier avignonnais du XIVe siècle, envisagée à travers ses pratiques scripturales. Véritable enquête autour de cette figure d’entrepreneur, qui resta le point d’entrée principale dans le corpus documentaire rassemblée autour de lui, cette démarche mêla codicologie, archivistique, cartographie, mais surtout sciences sociales et anthropologie. L’écrit et les pratiques d’écriture plus généralement furent à la base du raisonnement et l’ensemble de la thèse se concentra sur la réflexion autour du rôle de l’écriture et des implications des formes d’écrit dans la gestion d’une entreprise, mais aussi d’une maisonnée. Il s’agissait ainsi de comprendre comment les diverses écritures permettaient à Jean Teisseire de gérer ses affaires, tant personnelles que professionnelles. Les pratiques d’écriture sont apparues comme d’authentiques pratiques économiques, c’est-à-dire qui pouvaient atteindre une efficacité concrète et pragmatique sur sa vie familiale et professionnelle. La maisonnée dans son ensemble fut alors considérée comme foyer, mais aussi comme lieu social de la vie de l’entreprise. Le corpus rassemblé est apparu comme exceptionnel par sa conservation, mais représentatif en réalité des pratiques d’une élite avignonnaise que nous avons définie par les critères d’honorabilité et de notabilité. Entre normalité et exemplarité, le parcours d’un homme a ainsi pu rejoindre des trajectoires collectives.

La première partie de l’ouvrage a consisté à obtenir une description et une compréhension les plus fines possibles des archives du cordier, telles qu’elles nous ont été transmises d’une part, mais aussi telles qu’elles ont été pensées par leur scripteur et conservateur initial. Ce double niveau de lecture était indispensable à la compréhension de l’aspect gestionnaire de l’écriture. Après avoir défini le corpus documentaire, constitué d’écrits rédigés par Jean Teisseire – notamment son livre de raison et des comptabilités, conservés à la cote II330 des Archives départementales de Vaucluse, Dépôt Avignon – mais aussi d’écrits conservés par lui mais établis par des notaires (les actes notariés rassemblés dans la boîte 96 des Grandes archives d’Avignon), la réflexion a été menée autour du lien entre l’administration domestique et les écrits privés, la production de ces écrits entraînant à son tour des procédés de classement et de gestion secondaires. Cette réflexion fut l’objet des chapitres II à V de l’ouvrage. Les aspects visuels et matériels de présentation des écrits ont été envisagés, par une étude de la matérialité du livre, des choix graphiques et du sens que représentaient notamment les ruptures dans la continuité du texte, de façon à envisager la manière dont l’écriture organise visuellement la pensée. C’est ainsi que sont apparues plus clairement les modalités de gestion des temporalités inscrites dans le livre de raison, par le biais d’une gestion des transactions passées, mais aussi par une projection vers l’avenir. La cohérence temporelle du livre de raison, qui réunit dans une même unité spatiale le passé et l’avenir, ne devait pas occulter la réalité de la diversité de ces temporalités, maîtrisées par le biais de renvois externes et internes. Cette gestion quotidienne implique une véritable maîtrise de l’écriture, qui se lit dans le rapport à l’écrit notarié chez Jean Teisseire. Une familiarité s’établit entre le monde marchand et le monde des notaires, qui influence l’écriture et la gestion de cet écrit du cordier. C’est alors l’image d’une écriture documentaire largement diffusée et utilisée, d’une literacy partagée par l’ensemble d’une petite élite, qui a pu se dévoiler. L’ensemble de ces pratiques conduit à la production massive d’écrits, qui ne peut être dissociée d’une nécessité constante de classement et d’archivage. L’administration domestique se double alors d’une réelle pensée archivistique conçue par le cordier, qui organise, classe, indexe et annote ses documents. Ce dossier permet alors d’obtenir une vision exemplaire de ce que peut être la gestion d’archives privées pour un particulier au XIVe siècle, au moins dans le sud de la France.

Ces analyses devaient alors être inscrites dans le cadre qui les a fait naître, c’est-à-dire, essentiellement, l’activité professionnelle de l’artisan qu’est Jean Teisseire. Artisan, marchand, et homme public, cet entrepreneur devait être envisagé dans les aspects les plus techniques de son travail, toujours par le biais de ce que nous donnent à voir ses écrits. Ce fut l’objet de la seconde partie, des chapitres VI à VIII. Après un parcours historiographique rappelant les recherches récentes très diversifiées et les terrains de recherche actuels dans lesquels s’inscrivent les notions d’histoire du travail, des métiers et des entreprises, le dossier documentaire fut repris dans l’analyse de l’entreprise elle-même. Les problèmes liés à l’approvisionnement en matière première y sont alors envisagés, de même que la représentation cartographique de leur dispersion géographique. La chaîne de production a alors été étudiée, de la transformation du chanvre en produits divers (cordes, nattes et paniers notamment) jusqu’à la commercialisation de ces produits. La gestion par l’écrit s’avère alors indispensable, pour réunir un nombre d’informations considérable, et pour rassembler visuellement des employés et ouvriers nombreux, qui entretiennent des relations diverses avec le cordier et occupent des fonctions elles-mêmes différenciées, et aux attributions souvent mêlées. L’analyse technique et lexicale a ainsi permis de reconstituer la vie de cette entreprise, par l’écrit. C’est ainsi que l’atelier du cordier a pu être défini comme un espace de relations, d’entrecroisements et d’écritures mêlées. L’entreprise et la position d’entrepreneur de Jean Teisseire recouvrent en réalité la gestion d’affaires très nombreuses, ateliers, boutiques, relations interpersonnelles complexes. Afin de comprendre comment les pratiques scripturales permettaient la réussite d’un homme et de sa maisonnée, il fallait ainsi analyser à la fois la gestion des hommes mais aussi celle des biens. La figure de Jean Teisseire est apparue alors de manière plus complète et concrète, comme comptable, administrateur mais aussi acteur économique fondamentalement inséré dans des réseaux sociaux par des relations de crédit et de confiance qui dépassent très largement son atelier de cordier. La posture du marchand entrepreneur s’est alors imposée, entraînant des questionnements sur son statut social, au sein de cette petite élite urbaine avignonnaise. Les diverses scènes sociales sur lesquelles le cordier apparaît ont ainsi été dévoilées.

L’épilogue et la conclusion de la thèse ont consisté en une synthèse et en un panorama de l’activité de Jean Teisseire, afin de proposer une dernière image de l’homme, au terme de ce travail qui, s’il ne s’apparente pas à une réelle biographie historique, n’en est pas moins l’étude d’un homme qui se donne à voir à travers ses écrits. Produire, gérer, construire et organiser sont en effet les termes essentiels de ce qu’est l’écrit pour le cordier, dans tous les aspects de ses rôles sociaux et économiques. Il est alors apparu comme représentatif d’un groupe social de marchands, notaires et hommes de l’écrit aisés, voire fortunés, et qui cumulent des activités politiques, administratives et comptables, qui en font des experts du point de vue de leurs compétences et de leur expérience.

Ainsi, cet individu a permis de voir l’écriture comme une composante essentielle de ce que peut être une entreprise et qui acquiert ainsi une réelle fonction économique. L’entrecroisement des rôles du personnage et l’imbrication des scènes sociales sur lesquelles il apparaît font de sa gestion scripturale une activité complexe, sophistiquée tout autant qu’indispensable. Cette écriture pratique, efficace et rugueuse, est parfaitement adaptée à ses besoins. Il gère et mène alors une véritable carrière dont la réussite est certaine. Cette thèse a ainsi été l’occasion de redéfinir l’écriture du for privé, et notamment le livre de raison, mais aussi de revenir sur les postures d’entrepreneur et d’élites urbaines de niveau intermédiaire, gestionnaires avisés et bien insérés dans la vie politique, sociale et publique de leurs villes


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *