Compte rendu: José Miguel López Villalba, Las finanzas de un concejo castellano : Piedrahita, siglos XV-XVI. Estudios y documentos, 2013 (Denis Menjot)

José Miguel López Villalba, Las finanzas de un concejo castellano : Piedrahita, siglos XV-XVI. Estudios y documentos., vol XIII (1521-1522), Ediciones de la Institución Grand Duque de Alba de la Excma. Diputación Provincial de Ávila, Ediciones de la fundación Caja de Ávila, 2013, 270 pages (Denis Menjot)

La collection « Fuentes historicas abulenses » s’est enrichie d’un treizième volume sur les finances de la ville de Piedrahíta. Il est l’œuvre d’un jeune historien, José Miguel López Villalba, qui édite et étudie deux livres de comptes municipaux, ceux des années 1521 et 1522. Cet ouvrage s’ajoute aux nombreux travaux réalisés ces dernières années sur les finances et la fiscalité des villes castillanes sous l’égide notamment du réseau Arca Communis.

Piedrahita est une modeste ville de Castille, issue du repeuplement de la zone du Duero au XIIe siècle. Au XVe siècle, elle contrôle un vaste territoire de 1214 km2 et connaît un développement qui se traduit par l’apparition de petits faubourgs. Elle est la capitale de la seigneurie de Valdecorneja qui appartient au lignage des Álvarez de Toledo dont un des membres, García Álvarez a obtenu du roi Henri IV le titre de duc d’Albe en 14721. Elle est une des rares localités castillanes à conserver une documentation municipale sérielle à partir du XVe siècle2. Les archives de la ville renferment notamment une série de comptes municipaux, exceptionnelle par sa précocité et son importance dans la couronne de Castille puisqu’elle commence en 1413 et entre cette date et 1522, compte 12 806 écritures comptables, dans l’ensemble en bon état de conservation.

Cette édition, comme celle des douze précédentes, est particulièrement soignée et faite dans les règles de l’art. Elle est précédée d’une copieuse introduction de 66 pages et accompagnée d’un index des personnes et des lieux. L’auteur n’a jugé utile de revenir dans son introduction, ni sur la présentation des livres de comptes et des écritures comptables qui ne différent pas de ceux édités dans chacun des volumes précédents, ni sur le contexte politique et socio-économique de leur rédaction auquel il aurait cependant pu consacrer quelques lignes pour les lecteurs non familiers de l’histoire castillane de la première moitié du XVIe siècle.

Ces registres de comptes sont ceux des magistrats municipaux chargés des finances, les mayordomos, qui font office de receveurs-payeurs. Dans ces comptes sont méthodiquement récapitulées toutes les opérations comptables effectuées par les mayordomos au cours de leur mandat annuel en vue de présenter à leurs successeurs et à la commission d’audition des comptes, le bilan de l’exercice écoulé. Ces registres constituent avant tout des états récapitulatifs destinés à justifier l’emploi des deniers publics.

Dans son introduction l’auteur ne se livre pas à une analyse systématique des recettes et des dépenses de la municipalité mais dégage seulement quelques caractéristiques après avoir présenté l’économie de la ville et la figure du mayordomo.

Les registres révèlent que la ville dont les bases de l’économie étaient l’agriculture et l’élevage, a investi dans l’acquisition massive de propriétés dans le territoire : terres, pâturages, bois, pour en exploiter les richesses en vue d’abord d’assurer l’auto-suffisance d’une population croissante qui s’y procurait du charbon de bois, du bois de charpente, des baies, des glands, du gibier et d’autres produits de la forêt et qui avait besoin de pâturages pour son bétail. Cette politique municipale d’accroissement du patrimoine générait des conflits avec le seigneur, principalement pour la gestion des bois.

Ces biens domaniaux, que les autorités protégeaient jalousement, procuraient, comme dans bien d’autres villes castillanes qui pratiquaient toutes une politique protectionniste, l’essentiel des recettes ordinaires de Piedrahíta par l’exploitation forestière : vente de bois et de charbon de bois, l’affermage des pâturages et des amendes pour infractions à la législation. Les groupes privilégiés ne se montraient guère intéressés par les fermes, ce qui permettait à des membres des catégories inférieures de participer au négoce fiscal.

La ville se préoccupait aussi des infrastructures urbaines. L’entretien des enceintes, – une deuxième avait été construite dans la seconde moitié du XVe siècle – représentait la principale dépense dans ce domaine avec l’entretien des ponts du Barco et de Garbanza. Les dirigeants consacraient aussi des sommes à l’édification et au maintien en bon état de fontaines, ainsi qu’à la réparation des canaux d’irrigation, mais ils intervenaient plutôt par voie législative par la promulgation de règlements destinés, d’une part, à garantir l’irrigation des terres et l’approvisionnement en eau potable et, d’autre part, à améliorer la salubrité de la ville par l’évacuation des eaux usées.

La ville consacrait des sommes modestes aux fêtes, notamment en achetant un taureau pour la corrida qui avait lieu sur la Plaza Mayor. À la clôture des fêtes, notamment celle du Corpus, elle avait coutume d’offrir des pains et du vin et de distribuer aux pauvres la viande du taureau qu’elle avait fait dépecer. La ville faisait aussi occasionnellement des aumônes modestes aux monastères, sauf au couvent des dominicains auquel elle versait chaque année une somme importante.

La ville salariait également des médecins, chirurgiens, barbiers et apothicaires. Les salaires des médecins étaient proportionnellement supérieurs à ceux de leurs homologues de la province d’Avila à cause peut-être de la distance qu’ils avaient à parcourir dans le vaste territoire de Piedrahíta. Elle payait aussi des maîtres de grammaire et un horloger pour entretenir l’horloge dont la ville s’était dotée depuis 1439.

Les cadeaux au seigneur représentaient une lourde dépense, surtout depuis que celui-ci était devenu duc d’Albe, car ils étaient fréquents et importants. Ils consistaient en aliments essentiellement, perdrix et viande séchée transportée par des gens de la ville de Piedrahita jusqu’à la ville de Alba de Tormes ou de Madrid dans laquelle les ducs faisaient de longs séjours. Pour couvrir ces dépenses, la ville levait des impôts extraordinaires dans l’ensemble de la ville et du territoire.

José Miguel López Villalba n’a cherché en conclusion ni à établir une typologie des recettes et des dépenses, ni à tenter de les quantifier. Il laisse ce soin à d’autres chercheurs.

Ces deux livres de comptes, comme les précédents, fourmillent d’informations sur Piedrahíta et son territoire au début du XVIe siècle, et pas seulement sur la comptabilité et les pratiques comptables, les trésoriers-receveurs et les finances municipales, mais aussi sur le développement urbanistique, les structures économiques et sociales, les organes de gouvernement et l’élite dirigeante, les relations de la ville avec les localités de son territoire et les cités voisines ainsi que sur la politique municipale. Ils apportent aussi de précieuses informations sur la seigneurie de Valdecorneja et le duché d’Albe auquel la ville appartient. Il faut se réjouir que, malgré les difficultés financières que l’Espagne connaît actuellement, des institutions continuent à mettre à la disposition des chercheurs des collections de documents. Saluons cette entreprise qui leur fait honneur et qui n’a pas d’équivalent en France.

1 Carmelo Luis López, La Comunidad de Villa y Tierra de Piedrahíta en el tránsito de la Edad Media a la Edad Moderna, Ávila, Excma. Diputación Provincial de Ávila, Institución Gran Duque de Alba, 1987.

2 Elisa Carolina de Santos Canalejo, « El archivo municipal de Piedrahita : tipología documental bajomedieval en una villa del duque de Alba y cabeza de una comunidad de villa y tierra », Anuariao de Estudios Medievales, 18, 1988, pp.11-21.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *