Résumé de thèse : Anaïs Albert (lauréate prix de thèse SFHU 2015), Consommation de masse et consommation de classe.

Résumé thèse d’Anaïs Albert

Lauréate du prix de thèse de la SFHU 2015

Thèse soutenue le 28 novembre 2014 à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

 Jury composé de : Florence Bourillon, Professeure à l’Université de Paris-Est Créteil (rapportrice), Christophe Charle, Professeur à l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne (directeur), Dominique Kalifa, Professeur à l’Université de Paris I – Panthéon-Sorbonne, Olivier Schwartz, Professeur à l’Université Paris Descartes (rapporteur), Anne-Marie Sohn, Professeure émérite de l’École Normale Supérieure de Lyon (directrice)

Titre de la thèse : Consommation de masse et consommation de classe.

Une histoire sociale et culturelle du cycle de vie des objets dans les classes populaires parisiennes (des années 1880 aux années 1920)

Cette thèse a eu comme point de départ la volonté d’affronter le silence de la recherche historique récente sur les classes sociales en général et sur les classes populaires en particulier. À l’effacement politique et médiatique des ouvriers dans les années 1980 a correspondu une raréfaction des études sur leurs conditions de vie passées. Or, l’analyse de la consommation de ce groupe social, dans une période de croissance économique permet d’aborder des questions restées ouvertes sur la construction d’une classe sociale et sur son existence au quotidien, appréhendées par le biais de la vie privée, des échanges économiques ordinaires et des relations de sociabilité, dans le cadre urbain.

Le choix de Paris s’est imposé, car la capitale est à la fois un territoire à la pointe du développement de la consommation et une ville où les classes populaires restent prépondérantes dans la structure sociale. De la fin du XIXe siècle à l’entre-deux-guerres, Paris est une ville riche, la « ville-lumière » ou, selon l’expression de David Harvey, la « capitale de la modernité », qu’elle soit économique, culturelle ou encore artistique. La seconde révolution industrielle s’y développe plus tôt que sur le reste du territoire national et elle s’accompagne d’une augmentation générale des salaires des travailleurs qui permet un élargissement de la consommation. L’hétérogénéité sociale de la ville ne provoque pourtant pas d’une ségrégation spatiale totale : il reste à Paris des lieux de rencontres interclassistes, comme la foule des boulevards. La capitale est donc le laboratoire de la mise en place d’une demande élargie, qui va des achats de luxe de la grande bourgeoisie à la consommation de biens produits en série par les classes populaires. La thèse se propose alors de spatialiser la consommation et d’interroger les échelles (celle de la ville, du quartier ou de l’immeuble). Pour résumer, il s’agit bien d’une étude de la consommation des classes populaires parisiennes dont le modèle n’est pas en tant que tel reproductible, car la ville est bien plus qu’un cadre spatial abstrait : elle participe pleinement, pour la période choisie, de la définition de la consommation, comme de celle des classes populaires.

Du point d’une histoire sociale de la consommation, l’étude du Paris fin-de-siècle permet d’interroger la spécificité de cette ville, où la diffusion massive de certains biens rencontre une société de classes. La question centrale de cette thèse peut finalement être résumée d’une formule très simple, à savoir « qu’est-ce que la consommation fait à la classe ? ». A partir de cette interrogation première, les questions ont foisonné : Existe-t-il une consommation de masse qui absorbe en son sein les différences sociales ? Quel est l’impact de la diffusion, de la possession et de l’usage d’objets nouveaux sur l’appartenance au groupe ? La consommation de masse fait-elle disparaître le sentiment d’appartenance ou le recompose-t-elle ? Ou encore quels sont les effets de cette évolution sur la mobilisation politique ? Postulant avec Maurice Halbwachs, que la conscience de classe passe autant par la consommation que par la place dans le processus de production, il s’agissait alors de comprendre ce que devient la classe en face d’une consommation de masse

Le premier résultat important de ce travail a été d’établir empiriquement l’élargissement de la consommation à Paris. Une fraction importante des classes populaires accède à des biens auparavant réservés aux classes supérieures. Dans un logement vide, ces hommes et ces femmes peuvent composer un véritable intérieur, un lieu privé qu’ils meublent et aménagent à leur guise. Outre le nécessaire – se nourrir et se vêtir –, ces ménages investissent dans un mobilier et des accessoires pour compléter leur garde-robe, ou encore décorer leur intérieur. Les plus fortunés arrivent même à satisfaire le rêve de posséder une bicyclette ou une machine à coudre.

Cette consommation de masse n’est possible que grâce à la médiation des grands magasins de crédit de la capitale. La thèse a mis au jour l’existence d’un système commercial oublié qui croît en parallèle des grands magasins classiquement étudiés par l’histoire de la consommation. Baptisés de noms évocateurs comme « Aux Classes Laborieuses », « le Bon Génie » ou « le Palais de la Nouveauté », ces grands magasins populaires rendent solvable la demande des ménages modestes. Ils s’attachent en outre à légitimer ce crédit stigmatisé en le présentant comme une solution à la question sociale. Le message est en substance que ce crédit pacifie les classes populaires, moins enclines à se révolter dès lors qu’elles auront accès à un minimum de confort.

Ce développement du crédit et de la publicité est spécifique – ou en tout cas précoce – à Paris. Une approche microspatiale permet de comprendre l’impact de ces dispositifs, en mettant en valeur leur inscription dans l’espace. La cartographie des maisons de vente à crédit, tout comme l’étude des publicités murales ou de l’architecture des bâtiments, permettent d’analyser l’enracinement de ces phénomènes dans le tissu urbain. On perçoit alors comment ils pénètrent l’environnement immédiat des classes populaires, une proximité qui leur assure une grande efficacité. Les commerçants et les affichistes mènent d’ailleurs une réflexion consciente sur la manière d’aller chercher cette clientèle et de s’inscrire dans son quotidien via une occupation des espaces visuels des quartiers populaires.

Ces nouveaux objets et ces pratiques commerciales viennent pourtant s’intégrer à une culture de classe qui ne disparaît pas pour autant – ce qui constitue le second résultat important de ce travail. Cette culture de classe se dessine tout d’abord dans le recours au prêt sur gage au Mont-de-Piété. Les biens matériels apparaissent alors hors de la jouissance hédoniste, comme une réserve monétaire et une solidification de l’épargne pour les ménages modestes. En dehors du système de l’achat de marchandises neuves à prix fixe, subsiste également dans la capitale, pendant toute la période étudiée, une autre culture économique fondée sur le marchandage, la revente et parfois sur le vol. Le rapport aux objets dans les classes populaires dévoile enfin une culture matérielle, caractérisée par la volonté de « faire de l’usage » : cela se traduit par la réparation, l’entretien et l’utilisation intensive des choses. Cette conception est fortement liée à la conscience persistante de la fragilité économique et sociale du groupe.

Là également, l’inscription urbaine de ces pratiques est une clé de compréhension de ce que j’ai appelé la « consommation de classe » : il est un Paris des objets et des transactions populaires qu’un membre des classes supérieures ne croise jamais, même dans ses vagabondages hors des beaux quartiers. Les grands magasins Dufayel, dans le quartier de la Goutte d’Or, les bureaux auxiliaires du Mont-de-Piété ou les puces de Saint-Ouen ou de la porte de Vanves, sont autant de lieux emblématiques de cette consommation populaire, dont l’étude permet de saisir sur le vif le rapport entre transactions économiques, appartenance sociale et histoire urbaine.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *