Compte rendu : Thierry Dutour, Sous l’empire du Bien. « Bonnes gens » et pacte social (XIIIe-XVe s.), Paris, Classiques Garnier, 2015 (Gisela Naegle)

Thierry Dutour, Sous l’empire du Bien. « Bonnes gens » et pacte social (XIIIe-XVe s.), Paris, Classiques Garnier, 2015.

 

Compte rendu par Gisela Naegle.

 

Consacré à l’étude des « bonnes gens » et du pacte social, le livre de Thierry Dutour renoue avec ses recherches précédentes sur Une société d’honneur : les notables et leur monde à Dijon à la fin du Moyen Âge (1998). Cette fois, le champ d’observation géographique est élargi à l’espace francophone. Par rapport aux sources, l’étude s’appuie surtout sur les écrits de la pratique (droit coutumier, ordonnances, chartes et autres sources normatives, correspondance administrative, délibérations urbaines, documents judiciaires issus des tribunaux, actes notariés, comptabilités, chroniques, œuvres de mémorialistes, etc.). Lié au grand essor général de l’écrit, à partir du XIIIe siècle, ce type de documents occupe une place grandissante et cruciale dans la vie politique et communautaire.

Pour l’auteur, « l’espace linguistique et l’espace du partage de conceptions proches de la vie sociale coïncident ; l’espace linguistique est un espace culturel. Il n’a pas d’unité politique mais il est celui d’une communauté culturelle dans laquelle des représentations sociales sont formulées, comprises et partagées. Il est aussi un espace partageant une situation documentaire commune » (p. 93-94). L’objet de l’enquête comprend donc des territoires de langue d’oïl où des dialectes francophones sont parlés par tout ou partie de la population. Les textes analysés proviennent de la France médiévale, mais également de l’Angleterre, de l’Irlande, des royaumes latins d’Orient (Jérusalem, Chypre, etc.), des terres et villes d’Empire francophones (p. ex. Metz), ainsi que des régions, qui de nos jours, font partie de la Suisse, de la Belgique et des Pays-Bas au sens large. Ce choix permet d’obtenir des résultats forts intéressants et bien documentés et il met en évidence des ressemblances jusqu’alors méconnues. Thierry Dutour cite à plusieurs reprises une traduction française du Miroir des Souabes (Schwabenspiegel) dont la version d’origine fut conçue dans l’espace germanophone. On pourrait tracer des parallèles entre la terminologie de l’honneur et de l’honorabilité française avec celle d’autres espaces linguistiques qui, à l’avenir, vaudraient encore des études comparatives complémentaires. Par exemple, le discours médiéval et les recherches sur la Ehrbarkeit (honorabilité) dans les villes allemandes présentent de très nombreux points communs avec les résultats obtenus. Comme en France, ce discours a même trouvé le chemin dans la titulature des Conseils et des conseillers urbains. Il est également véhiculé dans le genre littéraire des « miroirs de Conseil » adressé aux gouvernants urbains. Ainsi, ouvrant des pistes de recherches prometteuses, l’hypothèse d’une unité particulière et d’éventuelles spécificités de l’espace francophone attend encore sa vérification à travers d’autres cas européens.

Outre l’introduction et la conclusion générale, la publication est repartie en cinq grandes parties. Chaque sous-chapitre est doté d’un résumé sous forme de sa propre conclusion. La première partie se réfère aux « bonnes gens » et au « sens commun ». Divisée en trois chapitres consacrés à « la confiance », « l’inégalité » et « la réalité », la deuxième partie présente les fondations du pacte social. Les deux sections suivantes traitent de la vie civile (p. ex. droit coutumier et son application, bonnes gens en milieu urbain et rural, notion de prudhommie) et de l’engagement civique (constitution de la communauté politique, participation à la vie publique, construction d’identités politiques). La dernière partie réfléchit sur « un monde partagé », la chronologie et périodisation historique, ainsi que sur les anomalies, la normalité et l’existence d’une constitution coutumière implicite. Le livre offre aussi une abondante bibliographie et plusieurs index.

Jusqu’alors, dans l’historiographie, les « bonnes gens » n’avaient pas encore trouvé l’attention qu’ils méritent. Cependant, la signification de cette expression a connu des changements et des glissements importants. Ces évolutions sont retracées à l’aide de très nombreux exemples. L’étude de synonymes ou de mots et de concepts, qui avaient un sens semblable ou proche des « bonnes gens » comme « prudhommie / preudes gens », « probité », « gens de bien », « gens notables », « gens d’estat », etc. met en relief l’existence de nuances dans le registre de leur emploi respectif. Ainsi, à propos de « prudhommes » et de « bonnes gens », Thierry Dutour préfère parler de « parasynonymes » ou de synonymes partiels (p. 295). Selon ses résultats, à partir de la fin du XVe siècle, il n’y eut pas seulement une façon nouvelle de concevoir le monde social, mais également une apparition de mots nouveaux. À cette époque, on prêtait davantage d’importance à la condition sociale et moins à la valeur du comportement. À la suite à cette évolution, progressivement, l’expression « bonnes gens » fut surtout utilisée pour marquer la distinction entre le petit peuple des villes et celui des campagnes et elle contribua à articuler le mépris du citadin cultivé pour la population rurale.

Le deuxième grand élément du titre du livre, le « pacte social » renvoie à un vaste ensemble de réflexions historiographiques, méthodiques et philosophiques (et à auteurs comme A. Schütz, L. Wittgenstein, I. Kant, M. Weber, H. Putnam, C. Geertz, L. Boltanski etc., sur ces travaux, voir la section bibliographique particulière, p. 666-679). Ce pacte « associe les personnes sur la base de l’estime accordée au comportement orienté vers le bien qui fait profit au monde. Le pacte de confiance fonde la communauté politique dont les membres sont censés accepter des principes et des règles de comportement communs parmi lesquels compte le respect de la personne […] ainsi que l’exercice du pouvoir en vue de la réalisation du commun profit… » (p. 568). Cette définition mentionne d’autres notions clés de l’enquête dont la confiance et le bien commun. Il s’agit de scruter la formulation du pacte social dans le langage médiéval ordinaire et les modes de fonctionnement des communautés politiques. Longtemps, le discours sur les « bonnes gens » fut étroitement lié à l’estime sociale et à la confiance particulière dont ils bénéficiaient : ils étaient dignes de foi et officiaient comme témoins, assistaient aux délibérations urbaines, légitimaient les prises de décisions et s’exprimaient sur l’existence et la validité du droit coutumier, etc. Comme conséquence de son approche méthodique, en discutant des concepts de la « genèse de l’État moderne », du « récit national » et de leurs cheminements et catégories d’analyse, pour décrire le discours politique médiéval, Thierry Dutour met particulièrement en valeur des éléments de consensus, d’association volontaire (politique ou communautaire), de délibération et de débat. Dans l’ensemble, il s’agit d’une lecture fort intéressante qui ouvre des pistes de réflexion nouvelles et très stimulantes.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *