Compte rendu : Emmanuel Vincenot, Histoire de La Havane, Paris, Fayard, 2016. (Olivier Faure)

 Emmanuel Vincenot, Histoire de La Havane, Paris, Fayard, 2016, 786 p.

 

Compte rendu par Olivier Faure.

 

Au moment où des hordes de touristes déferlent sur La Havane et Cuba et où beaucoup s’interrogent sur le sort futur de l’île et de sa capitale, le livre d’Emmanuel Vincenot tombe à point nommé.  Grâce aux nombreux plans et photos, aux descriptions de certains monuments, il peut servir de guide à une visite éclairée de la ville actuelle ou passée. Ces passages bienvenus ne doivent pas faire oublier à l’historien que le mérite essentiel du livre est d’expliquer le paysage monumental et social de la ville en recourant à la longue durée. Du coup, il offre un bel exemple d’histoire urbaine compréhensive.

La taille et le sérieux du livre ne doivent rebuter personne tant la nécessaire érudition est bien servie par un plan chronologique et une écriture fluide qui tiennent le lecteur en haleine. Il est vrai que l’histoire de La Havane de sa fondation à aujourd’hui est un vrai roman fertile en rebondissements. Raids de pirates et de corsaires, combats navals, guerres civiles, interventions et occupations étrangères, coups d’état, émeutes, exécutions sommaires, entrées triomphales ponctuent sans cesse la vie de la cité depuis sa création. L’auteur ne se contente pas de situer l’histoire de la Havane dans celle du pays – sur laquelle il apporte beaucoup et dément nombre d’idées reçues – mais il la met en relation avec le destin du reste de l’Amérique espagnole et de ses villes coloniales. Le livre montre aussi combien, sauf dans le dernier demi-siècle, le destin de La Havane a été lié à l’économie monde et aux changements de ses configurations. Enfin, hier comme aujourd’hui, La Havane occupe une place stratégique entre l’Europe et les Amériques, sans cesse convoitée, parfois occupée et très souvent soumise, plus souvent volontairement que par la force.

Tous ces paramètres permettent de mieux comprendre la singularité de la ville et secondairement du pays dont elle est la capitale. A Cuba, comme ailleurs, le processus de colonisation espagnole se traduit par l’urbanisation. Néanmoins très vite La Havane se distingue de ses consœurs de l’Amérique espagnole. Relais et carrefour sur les routes de l’Atlantique, ville portuaire, La Havane est bien souvent assaillie, occupée, assiégée par les Français, les Hollandais et les Anglais. Aussi s’enferme-t-elle dans un rempart du côté de la terre et se hérisse de fortifications sur ses côtes et le long du chenal qui  conduit à sa rade. Sa morphologie ne ressemble pas au schéma des villes espagnoles exporté en Amérique. Même si ses rues ont orthogonales, la ville n’est pas bâtie autour d’une plaza Mayor (devenue de Armes dans les colonies) unique mais sa structure est éclatée autour de trois places. Si la ville héberge l’administration espagnole, aux mains des péninsulaires, elle est surtout une ville de garnison et un port militaire avec toutes les activités qui en découlent.

Originale jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, la situation de l’ile et de la ville  devient exceptionnelle à partir du siècle suivant. Seul territoire américain (avec Porto Rico) à rester possession espagnole pendant tout le XIXe siècle, Cuba entretient à partir de ce moment-là avec les Etats-Unis des relations très étroites qui, nous dit l’auteur, relèvent d’un schéma bien plus complexe que celui classique de la simple domination impérialiste. Avec la révolte des esclaves de Saint-Domingue, Cuba devient pour longtemps le premier exportateur de sucre et la production y devient une sorte de monoculture qui rend pour longtemps le pays dépendant de la recherche de débouchés. Lorsque les relations avec l’Europe sont rendues difficiles par les guerres de la Révolution et de l’Empire, les Etats-Unis prennent le relais et deviennent le premier client et fournisseur de Cuba. Très vite des Cubains affirment que les Etats-Unis sont notre « métropole commerciale là où se trouve l’avenir et le gage de notre prospérité ». Par ailleurs mécontentes de la domination espagnole, incapable de se réformer, les élites cubaines redoutent souvent une indépendance qui pourrait donner trop de pouvoir au peuple et surtout aux gens de couleur. Aussi, au gré des études ou des exils des uns et des autres dans le grand voisin du Nord, le projet d’une intégration de Cuba aux Etats-Unis fut une option assez largement répandue dans les élites créoles. Parallèlement, le développement précoce du tourisme en provenance d’Amérique du Nord provoqua une américanisation des mœurs qui, loin d’être imposée, se fit de façon assez spontanée et profonde. Le meilleur exemple en est la popularité du base-ball (hispanisé en beisbol) introduit dès 1864 et qui est devenu, et resté jusqu’à nos jours le sport cubain par excellence. Jusqu’à la chute de Batista, cette américanisation s’est traduite dans le paysage de la ville. La Havane eut dès l’Entre-deux-Guerres son Capitole, ses rocades routières, ses garden cities, son wall street local et, plus tard, ces gratte-ciels si frappants dans le paysage actuel.

L’ouvrage montre enfin avec force combien la période castriste fut une rupture radicale et traumatisante dans le cours de l’histoire d’une ville qui avait toujours été tournée vers l’extérieur et la nouveauté. Pour un mouvement largement recrutés dans la population rurale, l’homme nouveau ne pouvait se forger que dans les campagnes. Sur la base de ces présupposés, Fidel Castro établit une politique explicitement anti-urbaine. En 1966, il déclarait : « nous devons développer un minimum d’urbanisme et un maximum de ruralisme ». Joignant le geste à la parole il limitait la construction des logements, organisait la désindustrialisation, voulait enserrer la ville d’un cordon agricole et désorganisa le commerce de détail en le nationalisant. Selon l’auteur, ces mesures détruisirent la culture urbaine havanaise et transformèrent la ville en un gigantesque bourg, dépourvu de vie commerciale, de vie nocturne et de vie publique, hormis les manifestations monstres du régime. Bref, la Havane avait cessé d’être une ville. La ville renoua paradoxalement avec la situation coloniale et au temps du rapprochement avec l’Union soviétique, elle fut à nouveau la capitale sinistre d’un « territoire périphérique placé sous la tutelle d’un empire puissant et lointain ». De même, pendant les cinquante dernières années, La Havane fut pour la première fois de son histoire privée des relations avec le monde occidental grâce auxquelles elle avait prospéré. Á l’évidence, le retour de La Havane dans l’hémisphère occidental auquel elle appartient est une des clés qui pourrait lui permettre de sortir de la misère et de la pénurie à condition que la manne soit également répartie et que la ville ne devienne pas seulement une colonie touristique.

En relevant seulement quelques points, ce bref compte rendu ne prétend pas épuiser la richesse d’un livre qui apporte beaucoup sur l’histoire de la ville, celle de Cuba et qui est aussi une contribution méthodologique importante à l’histoire urbaine par le permanent jeu d’échelle auquel il procède.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *