Compte rendu :Vanessa Van Renterghem, Les élites bagdadiennes au temps des Seldjoukides. Étude d’histoire sociale, Beyrouth-Damas, Presses de l’Ifpo, 2015, 2 volumes, 1023 p. (Clément Onimus)

Vanessa Van Renterghem, Les élites bagdadiennes au temps des Seldjoukides. Étude d’histoire sociale, Beyrouth-Damas, Presses de l’Ifpo, 2015, 2 volumes, 1023 p. (Clément Onimus)

Si la Bagdad des ixexe siècles a fasciné les orientalistes pour son rôle de capitale de l’immense empire abbasside et pour l’intense activité intellectuelle qui l’animait, la ville de l’époque seldjoukide a été quelque peu négligée par les historiens tant le califat semblait en déclin. Vanessa Van Renterghem a relevé le défi de ressusciter d’entre les sources l’histoire de cette ville de 1055 à 1180. Pendant cette période, Bagdad n’est véritablement sous l’autorité des sultans Seldjoukides que de l’entrée de Tuġril Beg à Bagdad à la fin du xie siècle, après quoi la dynastie califale restaure progressivement son autorité urbaine et régionale.

Cette imposante recherche repose sur une prosopographie des élites bagdadiennes des xiexiie siècles et propose une compréhension de l’évolution et des stratégies sociales de ce groupe que des développements micro-historiques rend particulièrement vivante. Ces élites, en constante évolution, sont définies par un type de source caractéristique du monde arabe médiéval et particulièrement adapté au travail prosopographique, à savoir les dictionnaires biographiques, qui présentent les vies des notables (a‘yān). Outre ces nombreux ouvrages, l’auteur a aussi étudié les chroniques, les récits de voyageurs, les géographies, etc.

2639 individus composent ce vaste corpus dont l’auteur, dans le sillage d’Elias ou de Bourdieu, interroge les pratiques d’ascension, de reproduction, de compétition et de distinction mais aussi l’évolution des réseaux dans différentes sphères. L’auteur s’intègre ainsi dans la tradition des études d’histoire sociale sur les ulémas qui s’interrogeaient sur leur fonction d’intermédiaire dans la cohésion urbaine, sur le rôle des institutions dans leur formation et leur professionnalisation, en particulier les madrasa-s et les ribāṭ-s de la « renaissance sunnite » ou sur les liens informels et les pratiques concurrentielles qui auraient défini ce milieu.

La première partie présente toute l’hétérogénéité des groupes élitaires, milieux religieux et milieux du pouvoir. Parmi les « gens de mosquée » sunnites, les modestes muezzins se distinguent des aṭīb-s au rôle politique et des célèbres sermonnaires qui excitent les foules. Les minorités religieuses sont presque absentes des sources sunnites or aucune source chiite n’a survécu. Les chrétiens possèdent leur propre organisation dirigée par le catholicos nestorien comme les juifs dont la communauté dirigée par l’exilarque est mentionnée par les voyageurs. Le soufisme connaît à cette époque une première institutionnalisation autour des ribāṭ-s urbains dont la fondation est favorisée par les dirigeants seldjoukides et dont le prestige est révélé par leur fonction de sépulture.

Les élites savantes représentent 80 % du corpus. D’un côté, les transmetteurs de adīṯ sont souvent modestes et vivent d’un autre métier – quoiqu’apparaît progressivement un resserrement et une hiérarchisation autour de quelques grands transmetteurs – d’un autre côté, le milieu des juristes est transformé par l’apparition et la multiplication des madrasa-s sous l’impulsion des Seldjoukides, en particulier destinés aux chafiites et aux hanafites, proches du pouvoir, alors que les hanbalites – qui construisent une forte cohésion de groupe autour de valeurs morales dépassant le milieu des juristes – enseignent plutôt dans des masǧid-s. Les élites judiciaires ont généralement un statut social supérieur où les témoins instrumentaires tiennent une position intermédiaire. Les cadis sont pour moitié hanafites et chargés d’administrer la justice dans les différentes circonscriptions judiciaires de Bagdad. Compétition, corruption et népotisme institutionnalisé caractérisent ce milieu.

Les sources sont moins disertes sur une autre élite, au service militaire et administratif du pouvoir. Pendant la seconde moitié du xie siècle, l’armée est aux mains des Seldjoukides : les sultans imposent une tutelle politique et militaire au calife et prennent le contrôle des iqṭāʿ-s irakiens. Au cours du xiie siècle, les califes reconstituent leur armée, nomment des émirs et reprennent le contrôle de Bagdad et de l’Irak. Simultanément, l’administration abbasside, qui était cantonnée à la gestion des affaires du calife, est restaurée et s’étoffe de nouveaux bureaux sous l’autorité du vizir. Dans les dīwān-s, s’affirme le rôle important des minorités religieuses. L’entourage des califes est aussi composé de nombreux serviteurs, commensaux, poètes, courtisans et médecins de cour. La cour califale y apparaît comme un ensemble hétéroclite de microcosmes distincts. Les grands commerçants accèdent difficilement à l’éminence sociale, aussi sont-ils à peine évoqués dans les sources malgré leur richesse – sinon lorsqu’ils sont savants.

La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée aux pratiques et stratégies des élites. Un sentiment élitaire se lit dans le lexique employé par les ulémas qui montrent une ambiguïté dans leur rapport au pouvoir, entre défiance et fréquentation. Dans ce monde socialement clivé, les pratiques de distinction se déclinent du vêtement aux montures et aux aliments. La hiérarchie sociale s’exprime à travers une étiquette précise et intériorisée lors des cérémonies ou des cercles d’enseignement. Elle tend à se reproduire, aussi voit-on apparaître des lignages qui se perpétuent par les alliances matrimoniales, le népotisme, l’éducation des enfants et leur fréquentation des grands maîtres. Une dizaine de lignages s’affirment dans les milieux judiciaires, quatre ou cinq contrôlent des ribāṭ-s soufis, alors que les ulémas hanbalites échouent à transmettre leur éminence à leurs descendants. Mais, en général, l’instabilité des positions sociales est importante.

La troisième partie du livre, caractérisée par son apport cartographique, fait le lien entre les élites et la ville en tant qu’espace. L’auteur décrit d’abord le cadre topographique et les quartiers de Bagdad puis la répartition des résidences des élites selon leur domaine d’activité et des sépultures selon les écoles juridiques. Les élites s’inscrivent dans la ville par la pratique des cortèges où elles se donnent à voir au peuple. Elles ne se mélangent pas au peuple (ʿāmma) que les sources mentionnent lors des nombreuses émeutes, en général confessionnelles mais parfois liées aux bandes de jeunes gens. Pour contrôler la ville, les Seldjoukides se firent représenter par un « šiḥna » dont la fonction disparaît avec la réaffirmation du pouvoir califal et de ses propres représentants, alors que les Hachémites et leurs syndics (naqīb-s) demeuraient une force de contrôle urbain. La transition de la domination seldjoukide à la restauration califale se lit aussi dans leur rôle respectif dans l’évergétisme urbain qui évolue entre le xie et xiie siècle – domaine où s’affirme aussi le rôle des femmes.

L’ouvrage de Vanessa Van Renterghem donne ainsi une image évolutive d’une élite participant à un « travail permanent de modelage de leur ville » (p. 502). L’œuvre se distingue par de belles pages, par exemple sur la gestuelle (p. 338) ou sur les sépultures (p. 431-435). Elle est claire, montre une critique prudente des sources et propose en conclusion une triple réponse à la question de la place de Bagdad parmi les villes de monde arabo-musulman à cette époque. De nombreuses annexes sont présentées dans le second volume. On est tout de même surpris de l’absence dans la bibliographie d’une autre thèse d’histoire urbaine du monde arabe, publiée en 2010, celle de Julien Loiseau sur Le Caire. On peut aussi s’interroger sur la pertinence de l’usage du terme « évergétisme » qui fait référence au cadre municipal de la cité antique dont le monde arabe ne connaît guère d’équivalent. D’une façon générale, certains développements s’achèvent abruptement et auraient pu donner lieu à des conclusions plus étoffées donnant plus de place à l’interprétation. Ces quelques remarques n’enlèvent rien à la qualité de l’ouvrage appelé à devenir un grand classique de l’histoire urbaine et de l’histoire sociale du monde arabe.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *