Compte rendu : Anne Daguet-Gagey, Splendor aedilitatum. L’édilité à Rome (Ier s. avant J.-C.-IIIe s. après J.-C.), Rome, École française de Rome, CEFR 498, 2015 (Cyril Courrier).

Anne Daguet-Gagey, Splendor aedilitatum. L’édilité à Rome (Ier s. avant J.-C.-IIIe s. après J.-C.), Rome, École française de Rome, CEFR 498, 2015, 807 p. 16 ill., 17 tableaux (Cyril Courrier).

Alors que plusieurs des charges qui constituèrent la carrière des honneurs à Rome ont plus ou moins récemment retenu l’attention des chercheurs (L. Thommen, T. C. Brennan, F. Pina Polo ou T. Lanfranchi), l’édilité était demeurée en marge de ce renouvellement. Elle n’avait même jamais fait l’objet d’une véritable synthèse. C’est là un des mérites de la somme d’A. Daguet-Gagey. En effet, tiré d’un mémoire d’HDR, l’ouvrage prend en compte l’ensemble des sources disponibles sur une période de quatre siècles, de l’édilité de Cicéron en 69 a. C. (après, toutefois, de riches considérations liminaires sur l’origine de la fonction) jusqu’à sa dernière mention, au milieu du IIIe s. p. C. Dans cet intervalle, un certain nombre de sénateurs ont revêtu, pour un an, l’une ou l’autre des édilités (plébéienne, curule puis céréalière). Cependant, dans le sillage des travaux de C. Nicolet sur l’État romain, l’ouvrage n’est pas consacré aux titulaires de la charge, mais à la nature et au contenu de l’édilité, aux domaines d’intervention qui furent ceux de ce magistrat, autrement dit, à ce qui constitua son « quotidien administratif » (p. 7-8). L’objectif, clairement énoncé dans l’introduction, est triple : « Que faisaient les édiles à l’époque de Cicéron ? Quelles furent leurs missions sous le Principat ? Qui hérita des attributions qu’ils se virent peu à peu retirer ? » (p. 7). À l’intérieur de ce cadre, deux préoccupations constituent les fils rouges de l’enquête : d’une part, l’a. veille à toujours rendre compte des différences entre édilités dont les compétences et le prestige, malgré un incontestable rapprochement, ne se confondirent jamais totalement ; d’autre part, à systématiquement restituer la chronologie et les modalités de spoliation dont la charge fut la victime dès les débuts de l’Empire.

Cette double volonté explique la structure de l’ouvrage composé, de six chapitres thématiques, d’une imposante bibliographie, de trois indices et de riches annexes. En effet, chacun des chapitres aborde une dimension de l’édilité à la fin de la République puis s’attache à en restituer le devenir sous le Principat. Ainsi, le chap. 1 (p. 11-106) est consacré aux conditions d’accès et à la place de la charge au sein du cursus honorum sous la République puis l’Empire. Entre questure et préture, l’édilité demeura toujours, après le vote de la lex Villia (180 a. C.), un échelon intermédiaire qui précéda les magistratures cum imperio, même si des évolutions sont perceptibles (exigence d’un biennium entre édilité curule et préture au IIe s. a. C., quand une seule année était nécessaire pour l’édilité de la plèbe, avant un assouplissement des règles au Ier s. a. C. ; à partir d’Auguste, abolition du biennium entre édilité et préture et imposition d’un choix entre tribunat et édilité).

Le chap. 2 (p. 107-233) est consacré aux pouvoirs des édiles et au cadre juridique qui leur permit d’accomplir leurs missions : droit de prendre les auspices dans les limites de l’Vrbs, d’édicter des ordonnances ou prescriptions (l’« édit général » restant la prérogative des édiles curules), coercitio multiforme incluant notamment le droit d’infliger des amendes et de saisir des biens ; enfin, une juridiction civile limitée à la sphère administrative attachée à la potestas. Le pouvoir des édiles faisait d’eux « des inspecteurs de la Ville, de l’annone et des jeux » (p. 194), sans qu’ils soient à considérer comme des préfets de police avant l’heure.

C’est précisément à ces différents champs de compétence que sont consacrés les chap. 3 à 6. En tant que garants de la paix publique, les édiles assumaient ainsi l’organisation de jeux (p. 235-335). Le lecteur appréciera ici l’impressionnant travail de rassemblement et d’analyse des sources relatives à chacun des ludi dont les édiles eurent la responsabilité et dont le nombre s’étoffa progressivement. La popularité des jeux fut telle que l’édilité devint, au Ier s. a. C., un enjeu majeur des luttes politiques. Avec le changement de régime, le prince ne pouvant tolérer que des magistrats agissent ainsi dans leur propre intérêt, la cura ludorum fut transférée aux préteurs à l’issue de la crise des années 23-22 a. C.

Une autre fonction essentielle pour la vie quotidienne des habitants de la mégapole conférée à l’édile fut la cura Vrbis (chap. 4 ; p. 336-451) : entretien de la voirie et des infrastructures, répression des rixes, surveillance des espaces publics, inspection et contrôle des édifices ou encore police des cultes, des funérailles et des mœurs. Ces différents volets avaient un dénominateur commun : la tranquillité publique. Toutefois, la faiblesse des moyens mis à leur disposition et leur rotation annuelle faisaient de leur mission une gageure. On comprend de ce point de vue que les « édiles, qui apparaissent comme des acteurs phares de l’administration et de la logistique urbaines, [aient été] rapidement dépouillés d’une part importante de leurs prérogatives » par Auguste d’abord, qui réorganisa tous les secteurs de la vie urbaine, par ses successeurs ensuite, au rythme de l’apparition des différents services qui réformèrent progressivement la cura Vrbis (p. 451).

Les deux derniers chapitres sont dédiés au rôle des édiles en matière de surveillance des lieux de commerce, l’un au contrôle du commerce alimentaire et aux distributions frumentaires (p. 453-550), l’autre à celui du commerce des esclaves, des bêtes de somme et du bétail (p. 551-716). La perspective est la même que dans les chapitres précédents : déterminer, tout d’abord, quelle fut la nature précise de la mission édilicienne en la matière, préciser ensuite combien de temps ils exercèrent ces compétences sous l’Empire. Si les réformes augustéennes les privèrent de toute responsabilité en ce qui concerne l’approvisionnement et les distributions, il fallut sans doute attendre le IIe, voire le début du IIIe s., pour les voir perdre le contrôle des poids et mesures, l’entretien de la voirie puis, sous Septime Sévère au plus tard, le marché de la viande et les foires aux bestiaux.

L’histoire de l’édilité est celle d’une progressive montée en puissance, tout particulièrement marquée, à partir du IIIe s. a. C., par l’attribution permanente de missions initialement ponctuelles. L’acmé est atteinte à la fin de la République, avec ce paradoxe d’une charge subalterne pourtant essentielle à la vie de la mégapole et conférant à ses titulaires un prestige considérable. Le passage de la République à l’Empire amorce son déclin progressif. Il faut toutefois attendre le IIe, voire le IIIe s. pour que lui soient retirés ses derniers lambeaux de responsabilité. On peut s’étonner qu’il ait fallu plus de trois siècles à l’édilité pour disparaître, sans faire de bruit. L’attitude d’Auguste à l’égard de la structure républicaine comme la valeur symbolique d’une magistrature liée au bien-être de la Ville peuvent rendre compte d’une agonie qui fut lente et progressive.

L’ouvrage est écrit dans un style aisé à lire (avec peu de coquilles) et agrémenté d’un nombre important de textes cités en latin/grec et en traduction (au risque parfois de la répétition) et de très riches annexes qui pourraient, en soi, constituer des articles autonomes, à l’image de l’appendice 1 sur les auxiliaires des édiles ou du 4 qui est une nouvelle édition de l’Édit des édiles curules.

Anne Daguet-Gagey signe ainsi une synthèse de premier ordre sur une magistrature dont la législation, récupérée et étendue par les juristes byzantins, constitua une norme de référence pour l’Europe occidentale moderne et contemporaine.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *