Compte rendu : Audrey Bertrand, La religion publique des colonies dans l’Italie républicaine et impériale (Italie médioadriatique, IIIe s. av. n.è. – IIe s. de n.è.), Rome, École française de Rome, 2015. (Adrien Coigno

Audrey Bertrand, La religion publique des colonies dans l’Italie républicaine et impériale (Italie médioadriatique, IIIe s. av. n.è. – IIe s. de n.è.), Rome, École française de Rome, 2015, 621 p. (Adrien Coignoux)

Rome exerce-t-elle un contrôle religieux sur ses colonies ? Voilà une des grandes questions auxquelles se propose de répondre cette publication issue d’une thèse de doctorat soutenue à l’École Pratique des Hautes Études en 2009. Dans cet ouvrage, Audrey Bertrand entreprend l’analyse de la topographie religieuse du culte public de seize cités médioadriatiques, dans le but d’étudier l’impact de l’octroi du statut colonial dans le « paysage religieux » de ces cités et le rôle que Rome y joue.

Elle définit le « paysage religieux » à partir de deux notions : la topographie religieuse publique et celle de « paysage ». La topographie religieuse du culte public dans les colonies est le premier versant de son étude : l’auteur s’attache à rassembler toutes les traces cultuelles dans le contexte colonial médiorépublicain. Cette collecte de données est l’occasion de proposer un réexamen des sources topographiques en matière de religion publique (en réévaluant notamment la tendance à faire de tout lieu comportant des traces de culte un lieu de culte). En cela, elle inscrit ses travaux dans le programme de l’inventaire de l’ensemble des lieux de cultes dans l’Italie antique (« Fana, Templa, Delubra »), dirigé par J. Scheid. Chaque trace de culte est ainsi rigoureusement examinée afin d’établir sa véritable nature (cf. ses propos sur le réflexe de faire de toute élévation intra-urbaine une arx, p. 165-167).

Dans la lignée du même groupe de recherche (cf. le dossier Qu’est-ce qu’un paysage religieux ?, RHR 4, 2010), le second versant de l’étude est le « paysage », que l’auteur conçoit tel que les géographes le définissent : avec une concentration sur la topographie visible, qu’elle soit humaine ou naturelle, sa forme et sa construction. Adaptée aux questionnements historiques actuels, l’étude du paysage porte ici sur la construction par les hommes d’un environnement à destination de leurs semblables (locaux ou étrangers), appliquées à la topographie religieuse des colonies médioadriatiques. L’auteur dépasse ainsi le simple inventaire en mettant en réseau tous les lieux du culte public d’une même cité les uns avec les autres : ne pas les étudier indépendamment, mais au sein de la structure qu’ils forment et « son inscription dans la trame urbaine » (p. 9) de la cité afin d’en mettre en évidence la logique.

L’étude est organisée autour d’un corpus de seize colonies, toutes situées sur la côte adriatique de l’Italie centrale (Hadria, Ariminum, Firmum Picenum, Pisaurum, Fanum Fortunae, Sena Gallica, Ancona, Aesis, Auximum, Potentia, Helua Ricina, Urbs Saluia, Falerio Picenus, Asculum Picenum, Castrum Novum, Interamna). Ces cités rassemblent tous les types de statuts coloniaux (de droit romain comme latin). Elles ont toutes été déduites ou refondées entre le IIIe siècle avant notre ère et le IIe siècle après, témoignent d’une homogénéité ethnique (Ombriens, Picéniens, Prétutiens), et ont bénéficié de découvertes archéologiques récentes. Ce corpus est utilisé dans une perspective structuraliste : les paysages religieux de ces colonies sont comparés les uns aux autres, à la recherche de continuités ou de ruptures afin de mettre en évidence l’existence ou l’absence d’une logique de système dans leur élaboration, et particulièrement le rôle que joue Rome dans ces processus. Le comparatisme et la diachronie sont alors utilisés comme des outils prémunissant contre les généralisations hâtives et autres amalgames, chaque dynamique locale étant vérifiée à l’échelle régionale et sur le temps long. Outre son corpus de colonies, l’auteur a sélectionné pour sa recherche des sources religieuses particulières. Elle a fait le choix de ne pas utiliser toutes les sources littéraires ou épigraphiques à sa disposition, mais, ici encore, d’effectuer une sélection rigoureuse afin de rassembler des documents précis capables d’attester avec certitude l’existence de tout monument ou statut participant au culte public.

L’auteur construit son étude de l’élaboration du paysage religieux colonial autour de trois pôles : les agents, la temporalité, et les règles de cette construction. Chacun est analysé selon trois axes de recherche : l’importance de la sphère religieuse dans les colonies, la définition juridique du statut du colonisé, et l’identité des colons par rapport à Rome. Le tout constitue neuf chapitres, dont les deux premiers concernent les données théoriques en rapport à ces questionnements, les sept autres des études de cas.

Le premier chapitre porte sur les normes romaines de déduction de la colonie, avec pour but d’en préciser les étapes et les agents romains qu’elle implique. Le deuxième chapitre se focalise sur le temps de la création des sacra publica : quels sont les acteurs de cette création ? Quelle est leur marge de manœuvre face à la loi ? Que deviennent les cultes locaux ? Quelle importance revêt cette étape dans la création de la colonie ? Les trois chapitres suivants s’intéressent aussi à la fondation des colonies, d’un point de vue diachronique. Chaque chapitre se concentre sur une vague de colonisation : les fondations républicaines (les premières colonies de droit romain et celles de droit latin jusqu’au IIe avant notre ère), les fondations du Ier siècle sous les triumvirs et le Principat, et enfin les colonies déduites pendant les deux premiers siècles de l’Empire. Ces trois vagues de fondations sont abordées selon les mêmes problématiques (motivation des fondations, identité des agents, forme de l’élaboration des sacra publica) afin de vérifier si une même logique a présidé à leur réalisation, ou si chaque vague possède ses propres caractéristiques (ce qui est le cas). Le sixième chapitre joue lui aussi avec la diachronie, mais se concentre uniquement sur la temporalité et les évolutions des paysages religieux coloniaux. Le septième chapitre porte sur les structures des sacra publica en contexte colonial (quels sont les acteurs du culte une fois celuici construit ? Le culte public ressembletil à celui pratiqué par Rome ?). Le huitième chapitre, le plus long, porte sur un questionnement similaire au sujet du culte impérial, à propos duquel l’auteur s’attaque à certains présupposés historiographiques (l’idée, par exemple, que le culte impérial étouffe toute la vie religieuse des colonies). Le neuvième chapitre porte, lui, sur l’identité coloniale et son évolution. Dans ce chapitre, A. Bertrand cherche à comprendre pourquoi le Haut-Empire voit une revalorisation du statut colonial amenant à une véritable construction de l’identité coloniale et quelle est cette identité, en questionnant le rôle de la religion dans ce processus identitaire.

À l’image de ce dernier chapitre, la religion comme système cultuel est au cœur de cet ouvrage, dans le prolongement des travaux de J. Scheid. L’un des acquis notables de sa recherche, outre l’élaboration du corpus documentaire qui manquait à cette région d’Italie, est de placer son étude dans la perspective des grands changements de la religion publique romaine, grâce à l’utilisation du temps long. Ces enquêtes, animées d’un constant effort de rigueur, dans la sélection des sources, comme dans leur interprétation, permettent, malgré la pauvreté relative des sources, de dégager les grands cadres de la vie religieuse coloniale. Mais la religion n’est pas le véritable sujet du livre (elle est un des principaux moyens d’expression du statut et de l’identité d’une colonie romaine), comme nous l’indique l’auteur dans sa conclusion, car la religion apparaît vite comme le vecteur d’une identité, d’une identité coloniale qui est surtout construite par rapport à Rome. Le paysage religieux colonial est progressivement créé par des hommes à destination d’autres (Romains et locaux), et cette recherche a permis de préciser les modalités de construction et d’affirmation de cette identité. Appartenir à une colonie romaine, c’est être en lien avec Rome, lien exprimé par le statut colonial et objectivé par l’adoption des sacra publica à l’échelle de la colonie. Chaque cité devenue colonie se dote ainsi d’un nouveau paysage religieux, constitutif de son identité. Plus que la religion coloniale, le sujet d’étude d’A. Bertrand est le statut colonial qui constitue un véritable champ d’étude en soi en histoire antique.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *