Appel à communication: Sens et émotions dans la ville : des critères d’urbanité ? (XVIe-XXe siècle) Bordeaux, 17 mars 2017

 

APPEL À COMMUNICATIONS 

Vendredi 17 Mars 2017 

CEMMC - Université Bordeaux Montaigne 


Sens et émotions dans la ville : des critères d’urbanité ? (XVIe-XXe siècle) 

Organisée par le Centre de recherches des Mondes Moderne et Contemporain (CEMMC) de l’université Bordeaux Montaigne, cette journée d’études propose d’approfondir l’histoire des sensibilités, en liant l’histoire des sens à celle des émotions, en interrogeant leurs interactions et leur capacité à créer un sentiment d’« urbanité », le tout sur une large période du XVI e au XX e siècle. 

Si l’histoire des sens est aujourd’hui bien connue grâce aux travaux pionniers d’Alain Corbin [1] , l’histoire des émotions prouve, de plus en plus, sa légitimité et sa richesse heuristique [2] . Pourtant, les deux perspectives n’ont jamais fait l’objet d’une étude commune et ce, malgré les liens évidents qui unissent les capacités sensorielles d’un individu à ses réactions émotionnelles. L’anthropologie a certes mis en évidence ces rapports étroits [3] , mais la science historique n’en a pas fait un véritable objet d’analyse, dans la mesure où les travaux qui ont évoqué le sujet des sens et des émotions se sont la plupart du temps limités à sous-entendre le phénomène. Dernièrement, la parution des deux tomes dirigés par Alain Corbin, Georges Vigarello et Jean-Jacques Courtine sur l’histoire des émotions de l’antiquité à la fin du XIX e siècle prouve magistralement la richesse des questionnements sur les sens, producteurs d’émotions et ces dernières, grilles de lecture et d’interprétation des sensibilités humaines [4] . 

Ainsi, lier sens et émotions offre, certes, la possibilité d’enrichir notre compréhension des mécanismes émotionnels, à l’échelle individuelle et/ou collective, mais elle constitue surtout une nouvelle perspective pour saisir les manières de vivre, d’envisager, de penser, de percevoir l’espace de la ville. À l’instar des clameurs judiciaires déjà évoquées, les perceptions sensorielles, sources de manifestations émotives, présentent l’intérêt de fabriquer des perceptions originales de l’espace urbain et d’interroger ainsi le concept d’ « urbanité ». Ce dernier pourrait alors se définir comme l’ensemble des modes de vie propres à la ville, les manières de « policer » les mœurs de ses habitants ou encore, plus généralement, tout ce qui caractérise l’espace urbain, que ce soit les manières de s’informer, de se déplacer, de se divertir, de se protéger, etc … Certaines études ont déjà abordé le problème sans pour autant en faire un objet de réflexion à part entière. Songeons par exemple au phénomène émotif qui parcourt la capitale en ce mois de mai 1750, lorsqu’aux cris dans la rue et à la vue du guet, certains habitants du centre de Paris s’émeuvent, persuadés que la police enlève des enfants [5] . Au regard des sens et de la colère, l’espace urbain de la capitale devint un espace d’injustice, à la merci d’un roi indifférent pour les sujets, un espace à contenir et à soumettre pour les autorités. Sens et émotions fabriquaient ainsi des perceptions divergentes, mais néanmoins très fortes, de l’urbanité parisienne. De même, la volonté de susciter des émotions d’adhésion au régime de la Restauration justifia l’effacement de tout visuel propre à la mémoire révolutionnaire [6] . 

Cette journée d’études propose donc de réfléchir sur plusieurs points. 

Dans quelle mesure les perceptions sensorielles ont-elles pu déterminer des manifestations de colère, de haine ou de joie dans l’espace urbain ? Inversement, l’émotion dans la ville crée-t-elle des conditions sensorielles particulières, capables de modifier, temporairement ou non, l’identité ou les perceptions de la ville ? Comment l’usage d’un sens en particulier pouvait-il créer des conditions de sociabilités, d’une émotion partagée propre à l’espace urbain ? 

La configuration de l’espace urbain ou les pouvoirs qui l’administrent définissent-ils des stratégies sensorielles ou émotives particulières, éventuellement favorables aux pouvoirs en question ? Existaient-ils des pratiques auditives, visuelles, des types d’émotions propres à l’urbanité qui soient différentes de certaines peurs urbaines [7] ? 

Ces questions s’appliquent-elles à la ville du XIX e siècle, au moment où les hygiénistes repensent les sens dans la ville, avec moins d’odeurs, un visuel plus rationnel (songeons aux premiers panneaux de circulation par exemple). Dès lors, la ville ne se définit plus autant par ses sens. Mais est-ce le cas des émotions urbaines ? Et qu’en est-il dans les villes du XX e siècle ? 

Il s’agirait de réfléchir à une autre conception de l’espace urbain et de l’urbanité à partir de perceptions sensuelles et émotionnelles, particulièrement fortes à l’époque moderne et – peut-être – moindre au XX e siècle. Les sens et les émotions stimulent un imaginaire social de la ville et plus largement d’un modèle d’urbanité [8] . Ces réflexions suggèrent également que l’histoire des émotions, pour continuer dans sa quête scientifique, ne doit pas seulement se penser au prisme de l’histoire culturelle et politique [9] , elle peut et doit aussi s’envisager au travers de questions sociales et spatiales, de manière à saisir toute l’épaisseur de ses phénomènes complexes [10] . 




Les propositions de communication, sous forme d’un paragraphe environ, sont à envoyer avant le 15 janvier 2017 à l’adresse suivante : pauline553.valade@laposte.net. 




[1] Alain Corbin, Histoire des sens et quête de l’intime , édition établie et présentée par Pascal Ory, Paris, Robert Laffont, 2016. Son Histoire du silence , publiée en 2016 aux éditions Albin Michel partait d’ailleurs des émotions suscitées par l’absence de bruits. 


[2] Jan Plamper, « L’histoire des émotions », Christophe Granger (dir.), À quoi pensent les historiens ? Faire de l’histoire au XXI e siècle, Paris, Autrement, 2013, p. 239-240 ; Id ., The History of Emotions. An introduction , Oxford, Oxford University Press, 2015, p. 276-296. 


[3] David Le Breton, Les passions ordinaires, Anthropologie des émotions , Paris, Payot, 2004 [1998]. 


[4] Alain Corbin, Georges Vigarello et Jean-Jacques Courtine (dir.), Histoire des émotions , tome I « De l’Antiquité aux Lumières », tome II « De Lumières à la fin du XIX e siècle », Paris, Seuil, 2016. 


[5] Arlette Farge et Jacques Revel, Logiques de la foule : l'affaire des enlèvements d'enfants, Paris, 1750 , Paris, Hachette, 1988. 


[6] Voir par exemple : Emmanuel Fureix, « La ville coupable. L’effacement des traces de la capitale révolutionnaire dans le Paris de la Restauration, 1814-1830 » dans Christophe Charle et Daniel Roche (dir.), Capitales culturelles, capitales symboliques: Paris et les expériences européennes, XVIII e -XX e siècles , Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 25-43. 


[7] Emmanuel Fureix, « Histoire d’une peur urbaine. Des « piqueurs » de femmes à Paris sous la Restauration », RHMC , n° 60-3, juillet-septembre 2013, p. 31-54. 


[8] Alain Corbin, « ‘Le vertige des foisonnements’ Esquisse panoramique d’une histoire sans nom », RHMC , n° 39-1 « Pour une histoire culturelle du contemporain », janvier-mars 1992, p. 103-126. 


[9] Sudhir Hazareesingh, « L’histoire politique face à l’histoire culturelle : état de lieux et perspectives », RH , n° 642, avril 2007, p. 355-368. 


[10] Quentin Deluermoz, Emmanuel Fureix, Hervé Mazurel et M’hamed Oualdi (dir.), « Écrire l’histoire des émotions : de l’objet à la catégorie d’analyse », Revue d’histoire du XIX e siècle , n° 47, 2013, p. 155-189.

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *