Compte rendu : Kenny Cupers, The social project. Housing postward France, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2014, 393 p. (Loïc Vadelorge)

Kenny Cupers, The social project. Housing postward France, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2014, 393 p. (Loïc Vadelorge)

 

L’un des objectifs de l’histoire sociale des nouveaux ensembles urbains est de comprendre comment cette séquence spécifique que Philippe Pinchemel avait qualifiée en 1964 de « révolution urbaine », a pu constituer le volet architectural de l’État providence entre 1950 et 1980. L’historiographie française de ces vingt dernières années a largement documenté cette question, que ce soit du point de vue de l’histoire (Annie Fourcaut, Gwenaëlle Le Goullon, Thibault Tellier, Danièle Voldman), de l’urbanisme (Viviane Claude, Laurent Coudroy de Lille, Clément Orillard) ou du point de vue de l’histoire de l’architecture (Catherine Blain, Jean-Louis Cohen, Hélène Frouard, Bruno Vayssière). Il manquait cependant une synthèse, rendue d’autant plus difficile que la crise urbaine de la fin du XXe siècle est vécue spécifiquement en France comme une crise du modèle des grands ensembles. On ne s’étonnera donc pas que cette synthèse nous vienne d’un jeune chercheur américain, Kenny Cupers, formé à Harvard et enseignant actuellement l’histoire de l’architecture à l’Université d’Illinois.

Le « projet social » du titre constitue ici à la fois un fil conducteur et un prétexte pour revisiter l’histoire de la construction en France pendant les Trente Glorieuses au prisme des acquis internationaux de la recherche architecturale mais aussi en s’appuyant sur des archives de première main que l’édition très illustrée permet de valoriser. Le plan chronologique permet d’articuler le regard des concepteurs (architectes mais aussi ingénieurs et urbanistes) sur la société française et la manière dont les décideurs (ministres de la Construction ou préfets) perçoivent l’évolution des besoins des « habitants » qu’ils font étudier par des sociologues (de Chombart de Lauwe à Touraine), de la pénurie de l’après-guerre au surdimensionnement des villes nouvelles.

Dans un premier chapitre, l’auteur revient sur le tournant des années 1950 en démontrant comment la modernisation du pays, induite par la Reconstruction et la planification indicative, rencontre le mouvement moderne né dans l’Entre-deux-guerres. Les développements sur la société Bâticoop et sur les Logécos sont très convaincants et soulignent la rupture culturelle consécutive au plan Courant de 1953. Le choix de l’habitat collectif s’impose aux pouvoirs publics en dépit des résultats de l’enquête logement conduite publiée par l’INED en 1947 et des possibilités d’appliquer aux logements individuels les procédés industriels (concours de Noisy-le-Sec en 1946, maison des jours meilleurs de Prouvé en 1956). La comparaison avec Levittown, ville nouvelle privée érigée dans le comté de Nassau entre 1947 et 1951, conduit Kenny Cupers à survaloriser le rôle de l’État français dans la production des grands ensembles. Les recherches hexagonales nuancent aujourd’hui la centralisation de cette politique, en démontrant que les municipalités n’ont pas subi cette politique mais l’ont aussi accompagné, notamment dans la partie aval de la construction (arrivée des nouveaux habitants, politiques d’équipement et d’animation socio-éducative) qui n’est pas ici abordée.

Le second chapitre est consacré à la naissance de la sociologie urbaine, autour de la figure tutélaire de Paul-Henry Chombart de Lauwe. Si l’on peut discuter de l’enquête de 1959 sur « l’appartement référendum » mis en exergue du propos, l’étude fouillée des liens entre Chombart et Auzelle (autour du projet du Petit-Clamart), la mise en perspective du CIAM d’Aix en Provence (1953), des réflexions du groupe d’architectes modernes marocains (autour de la planification de Casablanca) et des demandes du ministère de la Construction (rôle d’André Trintignac) est particulièrement bien conduite et permet de mettre à distance deux figures intellectuelles trop souvent mises en avant : Le Corbusier et Henri Lefebvre dont l’auteur souligne que leur rôle, ambigu, fut inversement proportionnel à leur notoriété.

Les troisième et quatrième chapitres abordent deux modalités de gestion sociale des grands ensembles : la programmation des équipements et la participation des habitants, thématiques largement couvertes par l’historiographie. La fameuse « grille Dupont » de 1959, plus souvent citée qu’expliquée, est ici détaillée et augmentée de ses révisions de 1962 et 1965, moins connues, qui abordent les thèmes du contexte paysager, de la redécouverte de la rue ou de la place des enfants dans la conception urbaine. L’auteur questionne le concept urbanistique de « communauté », à l’œuvre selon lui dans la politique d’équipement des grands ensembles. Si on peut le suivre dans la distinction qu’il propose entre « unité de voisinage » (new towns anglo-saxonnes) et « communautés » (quartiers populaires travaillés par l’anthropologie coloniale ou la sociologie d’Henri Coing), on ne peut pour autant accepter l’idée que les grands ensembles ont été construits pour régler la question des ilots insalubres.

Le développement sur l’animation socio-culturelle permet d’éclairer la conception de la seconde génération des grands ensembles, qui du Mirail à Hérouville en passant par les cas moins connus de Nîmes sud et du concours d’entrée de ville de Sarcelles, préfigurent les villes nouvelles des années 1970. La participation des habitants est évoquée à travers deux cas très différents, celui de l’Association Sarcelloise fondée en 1957 et celui des comités de quartier de la Villeneuve de Grenoble. L’auteur souligne combien l’Etat et la SCIC sont déstabilisés par l’apparition d’un « syndicalisme de l’habitat » (en réalité bien antérieur aux années 1960), la régulation de la demande de participation passant dans la seconde moitié des années 1960 par la remise en selle des municipalités, appelées à contribuer à un « urbanisme intelligent » c’est-à-dire moins contesté par les pionniers.

Les trois derniers chapitres de l’ouvrage traitent pour l’essentiel du projet social des villes nouvelles entre 1965 et 1975. La grille d’analyse utilisée est celle de l’architecture et des grands débats de l’époque : approche globale des fonctions urbaines, réinvention de l’urbanité des périphéries via la création de nouveaux centres urbains, équipements intégrés, shopping centers, habitat évolutif et intermédiaire, déni ambivalent des mégastructures. Les exemples de Cergy, d’Evry ou du Vaudreuil, obligatoires sur ces sujets sont particulièrement fouillés et mis en perspective de manière stimulante avec les alternatives nationales et internationales. On regrettera les évocations trop rares de Marne-la-Vallée, de Sénart ou de l’Isle-d’Abeau, moins présentes dans le corpus des revues utilisé par l’auteur mais qui fournissaient d’autres alternatives au traitement de la centralité et plus encore de l’expansion pavillonnaire qu’on ne peut interpréter simplement comme l’échec du projet social des architectes.

Cette dernière partie du livre survalorise également le rôle des sociologues. Si les mots valises des villes nouvelles comme la « programmation » ou l’ « armature » sont très bien déconstruits par l’auteur, on reste plus sceptique sur l’influence réelle des grands intellectuels français de la période (Foucault, Derrida, Deleuze même via le CERFI) sur la réalisation concrète des villes nouvelles. La focale architecturale rencontre ici sans doute ses limites, en sous-estimant le rôle des ingénieurs, des comptables mais aussi des élus et des habitants. En dépit de ces quelques réserves, l’ouvrage de Kenny Cupers doit prendre toute sa place dans la bibliographie de référence sur l’histoire des nouveaux ensembles urbains et il témoigne de la fécondité actuelle des regards croisés sur l’histoire urbaine française des années de croissance.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *