Compte rendu : Stéphane Bourdin, Michel Paoli et Anne Reltgen-Tallon (sous la direction de), La forme de la ville de l’Antiquité à la Renaissance, Rennes, PUR, 2015, 473 p. (Hélène Noizet)

 

Stéphane Bourdin, Michel Paoli et Anne Reltgen-Tallon (sous la direction de), La forme de la ville de l’Antiquité à la Renaissance, Rennes, PUR, 2015, 473 p. (Hélène Noizet)

Cet ouvrage collectif, qui ne comprend pas moins de 26 articles, correspond à la publication des actes d’un colloque tenu à Amiens en novembre 2011 et rassemblant des historiens qui traitent du sujet dans des études de cas qui vont de la protohistoire à la Renaissance, en passant par les mondes antiques et médiévaux. La couverture géographique est également très large puisque on trouve des contributions portant sur la Méditerranée et le continent européen, mais également sur les confins orientaux (les plateaux iraniens du haut Moyen Age). La courte introduction, qui pose les attendus et les questionnements sous-jacents, consiste essentiellement dans un résumé des 26 articles. Si l’ouvrage est pourvu d’un index et d’un cahier central de 24 planches de couleurs, il ne comporte malheureusement pas de conclusion comme c’est le cas de beaucoup de publications d’actes de colloque. La question de la forme de la ville est ici envisagée de manière extrêmement large et dépasse de beaucoup la seule thématique de la morphologie urbaine, finalement très peu représentée dans l’ouvrage (article sur Reims). Le projet consiste à faire entendre la voix des historiens sur cette question qui « ne saurait être réservée aux seuls urbanistes ou plus généralement aux architectes et aux géographes » (p. 11). Il s’agit de mettre en œuvre la documentation historique, archéologique et littéraire dans des articles qui constituent autant d’éclairages variés de la thématique, toutefois majoritairement abordée sous l’angle des représentations culturelles (et notamment littéraires). Tous les articles sont monographiques et mettent en œuvre une documentation précise, principalement textuelle mais aussi iconographique, excepté celui de S. Bourdin qui fait le point sur l’historiographie de l’approche urbaine ou proto-urbaine des archéologues proto-historiens.

Les contributions sont regroupées non par ordre chronologique (ce qui était le cas des présentations orales lors du colloque de 2011), mais par ordre thématique. La première des 5 parties thématiques examine comment la forme de la ville peut être un « marqueur identitaire » (sans que soit définie la notion, pour le moins ambivalente, d’identité), avec les contributions de H. Dridi (sur l’air de famille morphologique des villes phéniciennes et puniques), A. Furió et J. V. García Marsilla (sur la désislamisation de la ville de Valence suite à la Reconquista), S. Bonde et C. Maines (sur l’intégration de l’abbaye surburbaine de Saint-Jean-des-Vignes dans l’enceinte de 1551 à Soissons), G. Gros (sur la réécriture en français par Jean le Marchant du récit latin de l’incendie de la cathédrale de Chartres de 1194), O. Carpi (sur le décalage entre le fonctionnement socio-politique de la ville d’Amiens et le cadre bâti au 16e siècle). La deuxième partie regroupe 3 articles sur la forme de la ville comme discours politiques, ceux de R. Skupien (sur la représentation iconographique de Paris dans le bréviaire de Châteauroux qui est mise en relation avec le conflit sur les reliques de saint Denis du début du 15e s.), M. Folin (sur les projets de construction de palais princiers au 15e s. à Rome et Urbino, dont la différence architecturale réside dans un fonctionnement curial différent). La troisième partie rassemble  des contributions, notamment à partir de matériaux littéraires, visant à montrer comme la forme de la ville cherche à traduire dans la pierre un idéal philosophique ou moral, avec les travaux de V. Jolivet (sur l’urbanisme orthonormé étrusque qui traduit le concept de « ville juste »), F. Nezola (sur la ville médiévale de Sienne qui s’est  dotée de formes esthétiques et intellectuelles à l’antique suivant l’esprit de la Renaissance), M.C. Gomez-Géraud (sur l’idéal urbain géométrique des missionnaires jésuites qui décrivent des villes du Japon, de Chine et du Nouveau-Monde, avec l’idée que la ville est le parangon de la civilisation), O. Szerwiniak (sur la valeur morale négative dans la littérature antique et médiévale de contre-modèles urbains, comme Troie et Carthage), S. Perceau (sur la présentation de Thèbes comme modèle de l’anti-cité dans les Phéniciennes d’Euripide), A. Duru (sur les forces antagonistes qui minent la ville de Paris au temps de la Ligue dans la harangue de la Satyre Menippee). La quatrième partie est centrée sur des modèles de référence en matière urbaine, principalement Jérusalem et Rome, avec les articles de M. Perrin (sur le discours de Hraban Maur sur la forme des villes de Rome et de Jérusalem), A. Reltgen-Tallon (sur l’image de Jérusalem comme ville sainte par un dominicain du XIVe s. dont la perception de l’espace urbain est axée sur la pratique liturgique), X. Lafon (sur un air de famille morphologique d’Orange et du secteur du Champ de Mars à Rome qui seraient, dans les deux cas, des villes doubles séparées par un rempart entre la fin des règnes de César et d’Auguste), A. Vauchez (sur l’image de la ville de Rome au Moyen Âge, avec une lecture symbolique insistant sur la grandeur impériale perdue et la nouvelle primauté de l’Urbs retrouvée grâce au christianisme), M. Houllemare (sur les représentations littéraires et cartographiques de Paris danss la seconde moitié du XVIe s. dans l’œuvre du libraire Gilles Corrozet, qui traduit la perfection symbolique de Paris par une forme circulaire), M. Paoli (sur une relecture de la lettre de Raphaël au pape Léon IX qui fait un relevé systématique des monuments antiques à Rome avec restitution en plan, élévation et coupe). Enfin, la cinquième partie, intitulée « Limites du concept », regroupe en réalité la plupart des études archéologiques ou plus axées sur la matérialité des formes urbaines, qui montre certaines discontinuités chronologiques (entre villes antiques et villes médiévales, entre villes protohistoriques et villes antiques…), interprétées comme une limite au concept de forme de la ville. On y trouve les travaux de P. Racinet (sur « l’archéologie horizontale » mise en œuvre dans la ville médiévale de Syrte en Libye), C. Pichard et R. Gonzalez-Villaescusa (sur la morphologie urbaine de Reims, qui, tout en étant marquée par la géographie physique et l’héritage antique, connaît des extensions spécifiques à l’époque médiévale désormais mieux identifiées, ces données permettant d’affiner les étapes de l’urbanisation rémoise), S. Bourdin (sur l’historiographie des agglomérations de l’Age du Fer longtemps dites proto-urbaines, désormais considérées comme véritablement urbaines), R. Orgeolet et M. Pomadère (sur la critique du modèle palatial qui pèse lourdement sur l’interprétation historique des villes égéennes du Bronze moyen, réduites à des centres mémoriels, et interprétées de manière excessivement symbolique comme des arènes de rituels), M. L. Bonsangue (sur la place des activités artisanales dans les villes romaines de la République et du Haut Empire, qui n’ont pas cherché à rejeter les artisans dans les marges de la société), C. Rhoné (sur le réseau de fortifications des villes du Nord-Est iranien aux 9e-11e s.), et d’E. Lurin (sur l’importance de la perception subjective de la ville de Rome dans le Journal de voyage de Montaigne, qui montrerait que la forme d’une ville résulte avant d’une expérience sensorielle intérieure et non pas d’une acquisition d’une connaissance objective).

À lire cette étourdissante accumulation d’études sur un sujet a priori précis, on pressent que la critique peut porter sur une vision trop kaléidoscopique de ce thème, fragmenté en une multitude d’études, dont le foisonnement peut aussi être considéré comme un éclatement de l’objet. En effet, l’objectif d’un décloisonnement disciplinaire ne semble pas vraiment atteint dans la mesure où l’absence d’une approche théorique et constructiviste forte, classique chez les historiens, ne permettra pas d’échanger avec d’autres disciplines, telles celles déjà évoquées. La définition de la notion de « forme de la ville », pourtant centrale, est vaguement posée dans l’introduction : « La forme de la ville a donc été conçue ici non pas comme une réalité nécessairement concrète, matérielle, mais avant tout comme quelque chose que l’on peut penser et décrire. Il s’agit par conséquent d’un ordre urbain. » Le problème est que ces propositions sont tellement générales qu’elles peuvent en effet englober à peu près toute étude concernant une ville.

Dans ces conditions, on se demande comment ces contributions historiques pourraient interagir avec des études d’autres disciplines pour lesquelles ce foisonnement d’analyses ne fait que renforcer la fragmentation et l’éclatement des sciences sociales autour d’un objet qui mériterait pourtant une vraie réflexion transdisciplinaire.

On mesure cette fermeture des historiens lorsqu’on observe la faiblesse des références à d’autres sciences sociales, qui sont soit périmées (la définition de la ville du dictionnaire, Les mots de la géographie, Reclus, 1993, reprise 2 fois dans des contributions différentes, p. 359 et 376, alors que ce n’est pas la géographie la plus dynamique, et qui se contente de définir négativement la ville par opposition à la campagne), soit elliptiques (la référence au récent dictionnaire de J. Lévy et M. Lussault, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Belin, 2013,  p. 359, qui ne semble pas comprise, alors qu’il s’agit, pour le coup, de propositions conceptuelles fortes, auxquelles on peut adhérer ou pas, mais qui méritent qu’on s’y attarde plus longuement que ce qui est fait ici).

Par ailleurs, la faible approche théorique explique que l’ouvrage peine à dépasser la traditionnelle opposition entre ville antique et ville médiévale. Parmi les attendus posés en introduction, figure la volonté de remettre en cause une grille de lecture trop simplificatrice qui fait de la ville antique un modèle urbain rationnel, réactivé à la Renaissance, tandis que la ville médiévale ne serait qu’un élément perturbateur et chaotique. Cependant, la plupart des contributions, centrées sur un décodage de l’idéologie urbaine, réactualisent au contraire ce clivage classique.

Si les éclairages sont tellement variés qu’on peine à trouver une unité à cet ensemble de travaux, il faut souligner qu’il se trouve, parmi elles, quelques pépites. L’absence de cohérence de l’emballage n’enlève rien à la qualité intrinsèque de la majorité des études, dont on retiendra plus particulièrement (et de manière tout à fait subjective) celles portant sur Soissons, Valence (qui manque toutefois d’une documentation planimétrique), les palais italiens de Rome et d’Urbino, Reims, ainsi que celle sur les villes égéennes (surtout de la Crète minoenne). Cette dernière contribution est la seule à promouvoir une approche historique véritablement constructiviste et décape très utilement des pesanteurs idéologiques de certaines approches historiques, excessivement symboliques et ritualistes, qui réduisent la forme de la ville à une pure représentation culturelle. Ce n’est là qu’une perception tout à fait personnelle de l’intérêt de ces différentes contributions, due à leur attention portée aux pratiques sociales elles-mêmes, qui charpentent des morphologies matérielles spécifiques.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2
Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *