Compte rendu: Travailler à Paris (XIIIe-XVIe siècle), n° 69 de la revue Médiévales, Automne 2015, coord. Christine Jéhanno et Boris Bove (Jean-Louis Roch)

Travailler à Paris (XIIIe-XVIe siècle), n° 69 de la revue Médiévales, Automne 2015, coordonné par Christine Jéhanno et Boris Bove (Jean-Louis Roch)

 

Le groupe de recherches de l’IRHT sur « Paris au Moyen Âge » a voulu reprendre le dossier du travail dans le Paris médiéval, longtemps érigé par les historiens en modèle généralisable à tout le royaume. Christine Jéhanno dans une introduction historiographique, montre que ce modèle doit être critiqué à partir d’autres « paysages corporatifs » et d’autres sources que les célèbres statuts de métiers, qui en donnent une vision idéalisée et lénifiante. Mais cela ne doit pas empêcher de revenir sur le cas parisien et sur ce qu’il peut apporter pour une meilleure connaissance du monde du travail et de sa règlementation.

Critiquer les sources, c’est aussi revenir au Livre des métiers lui-même, celui du prévôt de Paris, Étienne Boileau (1266-1269), avec ses 101 statuts que l’on datait de 1268. Caroline Bourlet, dans une étude très fine des trois manuscrits conservés, revient sur la mise en place de la règlementation et sa chronologie. Elle en dégage une première étape de 73 statuts, antérieurs à 1275. Boileau n’est donc pas le seul, il est surtout l’initiateur du programme ; Renaud Barbou en poursuivra l’enregistrement. Et leurs successeurs ne cesseront de compléter et remanier la règlementation.

Les trois articles suivants s’attachent à des secteurs particuliers du monde artisanal et à l’organisation des productions. Marion Bernard étudie les armuriers parisiens, leur confrérie, la pratique du poinçonnage et de l’épreuve (des carreaux d’arbalètes). Elle montre que la spécialisation, armuriers, haubergiers (mailles), heaumiers (casques), n’est pas aussi figée que les statuts le laisseraient croire. Les statuts ne disent pas tout. Et leur confrontation avec d’autres sources, les comptes princiers  particulièrement, permet d’éclairer toute une série de domaines : la variété des pièces produites, l’importance de l’entretien des armures et du service après-vente, le rôle des femmes, la lutte contre la concurrence étrangère, l’existence de la sous-traitance et l’importance du textile pour les doublures ; il existe même des armuriers-brodeurs.

Sharon Farmer étudie minutieusement les métiers de la soie et leur organisation. Certains peuvent élire leurs officiers, leurs « gardes jurés » ; pour d’autres c’est le prévôt qui décide. Certains métiers sont masculins, d’autres féminins, et, même pour ces derniers, il y a parfois des gardes masculins. Il existe ainsi une hiérarchie des privilèges, en partie sexuée. En confrontant les statuts à d’autres sources, livres de comptes et rôles fiscaux de la taille, elle montre que cette hiérarchie est aussi une hiérarchie économique. Les merciers, qui sont parfois italiens, dominent le marché, réalisent une certaine intégration verticale et vendent les tissus de soie. Ils font travailler les fileuses de soie et les tisserandes de couvre-chefs de soie, comme le prouve le fait que ce sont elles, dont on craint le vol de soie : une matière précieuse qui ne leur appartient pas. Mais il existe aussi des fabricants de lacets, de rubans et de bourses de soie, qui vendent eux-mêmes leurs productions. Ceux qui accèdent au marché disposent donc d’une certaine autonomie. Les autres travaillent pour les merciers ou pour les clients. On peut supposer que c’est aussi le cas des teinturiers de soie. Il existe ainsi une triple hiérarchie, juridique, sexuée et économique. On croise aussi au passage les béguines, qui ont joué un rôle important dans le travail de la soie à Paris.

Patrick Rambourg montre, à partir des textes réglementaires, comment les métiers de l’alimentation se spécialisent peu à peu et diversifient leurs productions. Au temps du pain à prix fixe et à poids variable (de la seconde moitié du XIIIe s. à 1439, à Paris), sont ainsi différenciées plusieurs qualités de pain, selon le degré de blutage. L’auteur éclaire aussi les conditions de la cuisine de rue, le « prêt à manger ». On se permettra une seule critique. Les statuts de fabricants d’oublies, ces gâteaux légers, doivent sans doute être lus autrement : les fils de maître n’étaient pas seuls à pouvoir accéder à la maîtrise.

Les deux derniers articles s’intéressent à la ville voisine de Saint-Denis. Boris Bove essaie de démêler une très mystérieuse affaire, celle de l’interdiction de la teinture de racine de noyer, dans la draperie, en 1383. En 1374, l’abbé de Saint-Denis avait autorisé le noyer. Mais dix ans plus tard, en 1383, à la suite d’une plainte contre le teinturier Pierre Talifart, qui utilise le noyer,  cette teinture sera interdite, comme « non tenable ». L’ordonnance de 1374 est déclarée « fausse » ; mais il ne s’agit pas d’un faux, ce sont les artisans en réalité qui ont changé d’avis. Et l’abbé les suit. Un des enjeux de l’affaire pourrait concerner la manière d’utiliser la racine. En 1374, on semble l’employer seule pour brunir les laines. En 1383, Talifart l’utilise sur une base de guède pour obtenir le noir, sans passer par la teinture de bouillon (les « chaudes eaux ») plus coûteuse. Nous sommes au début de la grande vogue du noir, et Talifart l’obtient à moindre coût et, dit-on, à moindre qualité. D’où l’accusation de fraude. L’abbé laissera cependant Talifart agir comme il l’entend. Cette affaire montre les hésitations des pouvoirs juridictionnels, face aux innovations et aux pratiques. L’abbé ne fait souvent qu’entériner les rapports de force entre acteurs. De toute manière, les statuts ne fixent qu’une situation instable et mouvante, toujours à même d’être remise en question. Boris Bove éclaire à partir de ce dossier d’autres éléments. D’abord la pratique des expérimentations : en 1336, une nouvelle règlementation de la draperie est mise à l’essai pour trois ans. On trouve des « essais » similaires à Chalons en 1378 ou à Rouen en 1497. Nous sommes à nouveau confrontés à la souplesse des normes. L’autre révélation de ce dossier est l’existence d’un véritable district industriel, au nord de Paris, entre Seine, Oise et Marne, où les villageois des « villes plates » apportent à Saint-Denis leurs draps à teindre et à parer. Saint-Denis n’est pas une simple banlieue industrielle de la capitale.

Maxime L’Héritier reprend à nouveaux comptes l’étude du chantier de l’abbatiale de Saint-Denis, à partir des écrits de Suger, des marques lapidaires, des fouilles archéologiques et des comptes de la commanderie (XIIIe-XVes.). Le chantier de Suger, une quinzaine d’années avant le milieu du XIIe siècle, a sans doute été d’une taille exceptionnelle. Le XIIIe siècle voit l’utilisation des « épures » en vraie grandeur et de la taille en série. Les comptes de la commanderie permettent d’approcher le déroulement du chantier : l’approvisionnement en matériaux, les salariés et les pensionnés, les maîtres de grandes œuvres et ceux des basses œuvres, la hiérarchie des métiers. Ils révèlent le rôle de frères laïques ou « convers » et l’existence depuis Suger jusqu’au XVIIe siècle d’un office de maître verrier, une spécificité dionysienne qui maintient l’esthétique de la lumière cultivée par Suger.

Ces six petits dossiers sur le travail à Paris et à Saint-Denis renouvellent notre approche des métiers en multipliant les points de vue et en n’hésitant pas à bousculer quelques-unes de nos idées reçues. Paris a encore quelque chose à nous apprendre.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *