Compte rendu : Mercedes Volait (sous la direction de) L’Univers à Paris, un lettré égyptien à l’exposition universelle de 1900, Ahmad Zaki, Paris, Norma éditions, 2015, 256 p. (Jean-Luc Pinol)

Mercedes Volait (sous la direction de) L’Univers à Paris, un lettré égyptien à l’exposition universelle de 1900, Ahmad Zaki, Paris, Norma éditions, 2015, 256 p. (Jean-Luc Pinol)

L’ouvrage, publié sous la direction de Mercedes Volait, est la traduction d’un livre d’Ahmad Zaki publié au Caire en 1900. Traduction et notes sont dues à Randa Sabry. L’ouvrage comporte plusieurs études de Mercedes Volait, Sabine Mangold-Will et Alice Thomine-Berrada qui permettent au lecteur de mieux comprendre le contexte et l’importance de l’ouvrage publié en 1900. Ce livre, lauréat du prix de la traduction du salon du livre et de la revue d’art, est un beau livre et la richesse et la qualité de ses illustrations en témoignent.

Le lecteur peut consulter en ligne (sur Gallica) l’édition originale de 1900, non traduite, et voir les nombreuses illustrations qui l’accompagnaient et dont beaucoup ont été reproduites à partir des originaux ou de nouvelles photos en couleur, comme p. 90-91 les ouvriers qui figuraient sur les bas-reliefs de la porte monumentale de l’Exposition, au début du Cours-La-Reine (l’original se trouve aujourd’hui dans le parc du Moulin à Breuillet, dans l’Essonne). Ahmad Zaki commente ainsi l’œuvre d’Anatole Guillot : « Deux frises de bas-reliefs représentent des ouvriers de divers métiers qui ont apporté leur contribution empressée à l’Exposition universelle. Le fini de ces figures est d’une telle perfection qu’on croirait les voir converser et s’activer… »

En 1900, Ahmad Zaki n’en est pas à son premier voyage en Europe. Il appartient, comme son frère, à ces orientaux qui visitent l’Europe et nous ont laissé des récits voyages. Dans l’Univers à Paris, on apprend beaucoup sur l’exposition mais aussi sur la France que cet amoureux des langues européennes – il parle le français, l’italien, l’anglais et l’espagnol – parcourt avec délices. Son voyage en train de Marseille à Paris est l’occasion de faire des haltes gastronomiques ou culturelles. à Villefranche-sur-Saône, par exemple, il apprécie beaucoup la qualité des produits du terroir (beurre, fromage, vin et viande) et, à Sens, la visite de la cathédrale Saint-Etienne l’émeut. Sa description de la dégustation d’un plat de grenouilles dans un grand restaurant parisien (p. 56) est vraiment… savoureuse.

Le 21 avril 1900, il arrive donc à Paris, ville qu’il considère avoir déjà « décrit[e]… suffisamment » dans ses lettres publiées sous le titre Départ pour le Congrès ; en effet, il avait participé, en 1892, au congrès des orientalistes à Londres –  il y représentait l’Égypte – et il en avait profité pour visiter, six mois durant, l’Angleterre, le pays de Galles, l’Italie, et bien sûr la France et Paris… Une semaine plus tôt, le 14 avril 1900, le président Loubet a officiellement inauguré l’Exposition mais le 3 mai, Ahmad Zaki écrit : « Cette Exposition universelle, ils l’ont inaugurée et y ont convié les nations et les peuples. Cependant quelle différence entre l’officiel et le réel ! Jusqu’à présent les choses ne sont pas encore achevées. Où qu’on aille, on rencontre des milliers d’ouvriers et d’artisans, tous soucieux de parfaire leur ouvrage au mieux. » Et de conseiller aux visiteurs de patienter jusqu’à la fin des travaux… C’est d’ailleurs ce qu’il fait en s’installant à Triel, commune de Seine-et-Oise chère à certains peintres et à des écrivains – pour lui ce village n’est rien moins qu’une « tapisserie de soie éclatante qu’on aurait parsemée de pièces d’or » (p. 60) où il va mener, plusieurs semaines durant, la vie d’un banlieusard fortuné enthousiasmé par la qualité des liaisons ferroviaires avec Paris. Le 16 juin se tient l’inauguration officielle du pavillon d’Égypte. La veille, l’auteur a constaté : « les travaux sont… enfin terminés. »

Les Européens ont visité le monde et les récits de voyage sont devenus un véritable genre littéraire. Pour autant, même si on a tendance à l’oublier, le reste du monde est aussi souvent venu en Europe participant à un genre avant tout métropolitain (« primarly metropolitan genre ») comme le note Sukhdev Sandhu dans London Calling, How Black and Asian Writers Imagine a City (Harper Collins Publishers, 2003). L’ouvrage de Sukhdev Sandhu souligne le large éventail des auteurs de récits : depuis les anciens esclaves noirs vivant souvent dans l’East End jusqu’aux Rajah Indiens habitués du West End. Le récit d’Ahmad Zaki, qui est d’abord celui d’un lettré cultivé et relativement fortuné, est incontestablement plus proche des écrits des seconds que des premiers. Il entend toujours présenter des observations de première main et il veut en proposer une vision « égyptienne, arabe et orientale » (p. 236). Là, réside tout l’intérêt d’un récit qui est un pendant totalement pertinent aux nombreux récits de voyage des Européens dans les villes d’Afrique ou d’Asie. La vision offerte par Ahmad Zaki est marquée par la volonté de voir la modernité urbaine franchir la Méditerranée. Á ce titre, ses remarques sur le pavillon allemand sont très révélatrices tant la ville allemande apparaissait, aux yeux de nombreux observateurs, comme la ville de demain, ce que devait révéler avec éclats, l’exposition internationale de Dresde en 1911.

Cet Univers à Paris, écrit à l’occasion d’une Exposition Universelle, est un texte passionnant sur l’éphémère urbain mais aussi sur ses permanences – sociabilités, transports, habitats – dont la traduction, les articles de mise en contexte et la richesse de l’iconographie, font un ouvrage de référence où le lecteur a plaisir à revenir souvent.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *