Compte rendu: Viviane Delpech (sous la direction de), Viollet-le-Duc. Villégiature et architecture domestique, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2016 (Françoise Hamon).

Viviane Delpech (sous la direction de), Viollet-le-Duc. Villégiature et architecture domestique, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2016 (Françoise Hamon).

Le colloque organisé en octobre 2014 à Hendaye, par V. Delpech (université de Pau) pour le bicentenaire de la naissance de Viollet-le-Duc bénéficie d’une publication complète et bien illustrée. Il s’agissait de « renouveler le regard » sur l’architecture domestique de Viollet-le-Duc, abordée en 1980 lors de l’exposition présidée par B. Foucart et du colloque qui avait suivi. Le challenge est tenu avec la diversité d’approche des contributions : précédées d’une introduction de V. Delpech et suivies d’une postface de J.-M. Leniaud (ENC), les treize textes se distribuent en trois sous-ensembles : cinq articles traitent des théories (construction, distribution) ; cinq monographies sont ensuite consacrées à des édifices étudiés à nouveaux frais ; les trois derniers essais repèrent les influences reçues et exercées dans ce domaine par l’architecte.

  1. Bressani (Montreal, Mc Gill Univ.) traite d’abord de la maison comme « forme sociale » : dans la seconde moitié du XIXe siècle et jusqu’aux années 1900 se développe la réflexion sur l’habitation humaine, ses variations dans le temps et l’espace. Viollet-le-Duc exploite cette veine après la défaite de 1870 qui réveille les sensibilités patriotiques, avec L’Histoire d’une maison (1873) construite par et pour une famille française. Suit l’étude d’E. Anderson (USA, Providence Univ.) sur la vision idéalisée de la vie domestique médiévale illustrée par VLD dans son Dictionnaire du Mobilier (1858) : confort et esthétique décorative sous influence féminine, le logis médiéval devient le modèle de l’intérieur artiste. M. Nishida (Tokyo, Institut of Technology) revient ensuite à l’histoire de l’habitation, à l’usage du bois et à la place que tient ce matériau dans la maison d’Extrême-Orient. VLD remplacera le bois par le métal dans ses projets d’architecture urbaine. Puis L. Baridon (univ. Lyon-III) analyse le célèbre hôtel sur plan en papillon des Entretiens (1873) : comment VLD crée-t-il l’intimité familiale ? Le « républicain conservateur » sacrifie la cohérence organique de son plan à la « défiance sociale ». Dans une société « en crise », il condamne le logement urbain collectif, « sorte de phalanstère », et bannit la familiarité aristocratique médiévale en séparant les maitres des domestiques, « ces mercenaires étrangers à la famille ». La modernité réside dans l’hygiénisme (salles-de-bains et chauffage). Ici, il nous faut souligner l’indifférence de VLD aux problématiques du logement social : alors que se multiplient en Europe les expérimentations (Mulhouse dès 1841), les publications (C. Daly, « L’architecture privée des prolétaires anglais », dans la Revue Générale de l’Architecture et des Travaux-Publics (1845-1846) et les congrès (Bruxelles, 1852), VLD ignore cette question centrale de la société industrielle. V. Delpech note qu’il semble en avoir eu des regrets après 1871.

La contribution de A. Timbert (université de Lille-III) fait le lien avec la section des monographies par une approche théorique de la question des matériaux au château de Pupetières, décor intérieur polychrome et variations de la peau de l’édifice (opus spicatum de galets, céramique industrielle, enduits lisses, couvertures polychromes) selon les corps du bâtiment, leur âge et leur fonction. L’immeuble urbain est abordé par A. Serrau (EPHE, Bologne) : pour le bourgeois Milon, VLD avait prévu un hôtel, rue de Douai. Ce sera finalement un immeuble banalement règlementaire (balcons filants et hiérarchie des étages). Le commentaire de cette réalisation semble d’un enthousiasme un peu disproportionné… J.-P. Midant (ENSA Paris-Belleville) observe le château bourgeois : à Pierrefonds, la maison de famille de Sabatier s’apparente plus aux anciennes « maisons des champs » du XVIIIe siècle qu’aux villas suburbaines ou balnéaires. Á proximité de la forteresse qu’il restaure, Viollet-le-Duc évite le néo-gothique et adopte une polychromie régionaliste. Seule la maison du jardinier affecte un style médiévalisant ; elle aurait mérité ici une analyse plus poussée. Dans la monographie suivante, C. Laroche (Inv. gén. Aquitaine) annonce un texte « décousu » sur la maison-musée Dobrée : le commanditaire demande à l’architecte la restauration d’un ancien manoir et la construction à proximité d’une demeure pour ses collections. Les interventions de Dobrée découragent l’architecte qui abandonne son projet d’un hôtel confortable (avec descente de voiture à couvert). Les architectes locaux achèveront le programme dans un genre roman que VLD n’avait évidemment pas choisi. C. Laroche en conclue que VLD, s’il aime concevoir, n’aime pas trop bâtir. Il préfère arrêter le travail du temps, restaurer, c’est-à-dire conjurer la mort. La monographie suivante (ENSAP, Versailles, C. De Bergh) traite du château d’Eu, œuvre tardive de VLD (1874) en s’appuyant sur la correspondance retrouvée de l’architecte avec le Comte de Paris : VLD prévoit les éléments techniques (eau et gaz, chauffage central, cuisines, etc.), la décoration intérieure (vitraux et décor muraux), l’ameublement (bois ciré et sculpté) ; il dessine enfin le jardins et les communs, dont la plus convaincante et la dernière de ses réalisations civiles, est la maison du jardinier : petit chalet à pignon et pan de bois en façade plus réussi que la Vedette que l’architecte se fait alors construire à Lausanne. J.-M Leniaud avait naguère célébré ce bijou. La dernière des monographies est double et comparative : V. Delpech rapproche Abbadia de Roquetaillade, voisine topographiquement et stylistiquement ; l’élève de VLD, Duthoit, a suppléé le maitre dans les deux réalisations, ce qui met en évidence les qualités de VLD comme formateur qui transmet ses principes et sa maitrise à la génération suivante de décorateurs et sculpteurs.

Troisième orientation, les relations de VLD en Europe (du Nord). La Grande-Bretagne (G. Maury, ENSAP Lille) est considérée ici à partir d’une personnalité : Benjamin Bucknall, élève et traducteur des ouvrages pédagogiques de VLD, qui visite le maître à Paris et à Lausanne. Tout au long de sa carrière, il empruntera à son maitre les principes de la construction rationaliste (château de Woodchester) et des détails décoratifs et fonctionnels (les gargouilles). S. Schlésinger (univ. Marburg et Tubingen) signale les liens de VLD avec ses élèves allemands : Zindel et Oppler, qui visite Pierrefonds en 1867, et elle rappelle que les étudiants allemands sont nombreux dans les ateliers, en Italie bien sûr, mais aussi en France. On observera que la production des élèves allemands de VLD relève plus du « romantisme national » que du rationalisme… Le livre se clôt sur l’influence de VLD sur l’art Nouveau belge (J. Vanderbreedel, architecte à Bruxelles). Depuis longtemps signalée, elle est ici renouvellée grâce au détour par le Japon, source du décor végétal et animalier de VLD et Horta.

Un petit reproche : la publication des plan accompagnés de légendes illisibles car trop réduites, ce qui rend l’analyse de la distribution incompréhensible.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *