Compte rendu : Isabelle Backouche, Paris transformé. Le Marais 1900-1980, Créaphis, 2016, 435 p., (Thibault Tellier)

Isabelle Backouche, Paris transformé. Le Marais 1900-1980, Créaphis, 2016, 435 p., (Thibault Tellier)

Consacrer une étude complète à rendre compte des mécanismes de la rénovation urbaine dans un ilot parisien peut paraître quelque peu réducteur au regard des problématiques urbaines qui jalonnent le XXe siècle. La recherche accomplie par Isabelle Backouche à qui l’on doit récemment une étude très détaillée sur l’aménagement des centres anciens (Aménager la ville. Les centres urbains français entre conservation et rénovation, Armand Colin, 2013) démontre en réalité le contraire. L’historienne a choisi comme lieu d’investigation le quartier du Marais, et plus précisément ce que l’on a appelé administrativement « l’ilot 16 ». Isabelle Backouche le reconnaît d’ailleurs bien volontiers : ce territoire qui jouxte l’Hôtel de Ville jusqu’aux rives de la Seine pourrait être de fait assimilé à « une tête d’épingle à l’échelle des transformations de la ville ». En réalité, il ne s’agit bien évidemment nullement d’envisager une monographie, mais plutôt, de s’extraire d’une approche globale de la connaissance urbaine de la capitale, en particulier vu sous le prisme politique, au profit d’une approche réellement d’histoire sociale. À cet effet, l’ouvrage s’ouvre d’ailleurs sur une réflexion intitulée « Enquêter sur Paris » et se conclut sur une forme de manifeste intitulé « Pour une histoire sociale » dans lequel l’auteur rappelle toutes les interactivités que suggère l’histoire sociale urbaine, en particulier du point de vue des populations elles-mêmes. Dans le cas qui nous occupe ici, traiter de la question de l’aménagement urbain d’un quartier dégradé à l’identité sociale affirmée, permet de redonner la parole à ceux qui, traditionnellement dans le récit historique, en sont privés. Comme l’écrit Isabelle Backouche en conclusion de son ouvrage, « la méthode pour exhumer cette histoire a consisté à donner la parole aux expulsés, aux oubliés, aux laissés pour compte. Une histoire qui paie le juste prix au point de vue des perdants et des dominés – à rebours d’une histoire des vainqueurs – une histoire des vies de l’îlot 16 que la marche vers le secteur sauvegardé n’a pas préservées » (p.406). Dès lors, la mesure du changement urbain prend un tout autre sens que celui d’une histoire qui en serait restée au registre administratif. Elle serait plutôt liée ou plutôt à relier, à celle faite par Arlette Farge au sujet de la connaissance du peuple de Paris durant la période moderne. De même, l’étude d’un micro territoire parisien donne également l’occasion de s’interroger sur la véritable portée des opérations liées à l’habitat insalubre en interrogeant le registre du Grand Paris alors en gestation. Certains édiles municipaux plaident en effet pour le déplacement de certaines populations en banlieue afin de décongestionner la capitale, ouvrant ainsi la voie au débat sur les voies administratives de déplacement du peuple parisien en banlieue. On le voit donc : les pistes explorées dans l’ouvrage dépassent de très loin le seul cas d’un ilot en rénovation urbaine, fut-il de la capitale.

L’ouvrage, composé de neuf chapitres, retrace donc sur plusieurs décennies la procédure de rénovation mise en œuvre par les pouvoirs publics dans l’un des secteurs parisiens considéré parmi les plus touchés par l’insalubrité depuis le début du XXe siècle (dès 1893, un arrêté préfectoral créé un service des logements insalubres et du casier sanitaire des maisons). Il faudra toutefois attendre les années 1940 pour que celle-ci devienne effective. L’objectif défini en décembre 1941 met en particulier l’accent sur l’enjeu social de l’opération, à savoir renouveler et sélectionner la population de l’îlot 16. Ce qui verse évidemment une pièce au dossier sur l’antisémitisme du régime de Vichy dans la mesure où ces quartiers sont alors considérés comme abritant en leur sein de nombreuses populations d’origine juive et que la notion de ghetto est ici effective. Dès lors, et c’est sans doute de notre point de vue l’une des plus remarquables contributions de cet ouvrage, l’enjeu du peuplement apparaît comme essentiel à la connaissance des opérations de ce type, au même titre que les enjeux urbanistiques. Une approche qui reste bien souvent un angle mort dans la recherche urbaine. Pour mener à bien cette investigation, l’historienne a eu recours aux archives de la préfecture dans la mesure où, en l’absence de pouvoir municipal dûment établi, c’est cette dernière qui conduit l’opération. Afin d’éviter une pure histoire administrative qui ne donnerait la parole qu’aux aménageurs, le croisement des sources a permis de donner la parole aux principaux intéressés, à savoir les habitants eux-mêmes mais aussi de déconstruire une certaine histoire officielle. Comme l’avait fait Nathalie Montel pour l’annexion haussmannienne, (Nathalie Montel-Faire le Grand Paris-2012), les matériaux utilisés par Isabelle Backouche permettent ainsi de redonner aux habitants une réelle existence, notamment par le biais des protestations émises au moment de l’engagement des opérations d’aménagement. De même, selon une posture sceptique qui sied à l’historien, l’auteur s’interroge non sans raison sur la réalité d’une instrumentalisation de l’insalubrité par les autorités elles-mêmes. Comme pour le cas de la place Maubert et des chiffonniers qui la peuplent alors en grand nombre, c’est bien l’enjeu social qui est ici visé, et non pas la supposée insalubrité en tant que telle. Au travers de ce cas, on perçoit mieux les mécanismes de stigmatisation sociale qui sont à l’œuvre. A ce propos, il est d’ailleurs à noter qu’il existe une sorte de continuité dans la représentation de ce type de quartier dans la mesure où encore en 1950, l’instrumentalisation de l’insalubrité au sein de l’îlot 16 est toujours d’actualité. De part et d’autre, les prises de positions politiques indiquent le sens : d’un côté les gaullistes qui militent pour l’installation au sein du quartier d’une Cité internationale des artistes sur les quais de l’Hôtel-de-ville, de l’autre, les communistes qui s’opposent à un projet qui aura pour conséquence, au nom de la lutte contre l’insalubrité, le rejet des familles les plus modestes en-dehors de la capitale. A l’heure des opérations de rénovation urbaine engagées par l’Agence du même nom, on ne peut être que frappé par l’analogie de certains débats en cours à l’heure actuelle. Dans un chapitre intitulé « L’alibi du ghetto », l’historienne montre qu’en réalité, le débat d’alors dépasse le cadre traditionnel de l’insalubrité et sait parfaitement s’adapter à l’idéologie antisémite de l’Etat français. Il est dès lors permis de s’interroger sur la permanence de certains cadres de pensée.

Si des voix se font entendre à la Libération pour dénoncer le fait que le projet de rénovation a été mis en œuvre grâce à une législation qui n’était pas celle de la France, mais d’un régime illégal, il n’en reste pas moins que le cadre de pensée reste en effet le même. Ainsi, en 1946, le Préfet de la Seine décrit la population de la Cité Jeanne d’Arc comme « un véritable slum siège de toutes les dégradations physiques et morales » (p. 303). Un vocabulaire qui semble sorti tout droit du XIXe siècle. On comprend dès lors pourquoi, dans la première législation nationale sur le sujet, la loi Debré de 1958, les procédures retenues seront extrêmement brutales et souvent très traumatisantes pour les habitants concernés. A cet égard, l’adoption en 1964 de la loi sur les secteurs sauvegardés marquera toutefois une nouvelle étape pour le devenir de l’îlot parisien. Celui-ci se trouve intégré dès l’année suivante dans le Marais qui bénéficie de la nouvelle procédure. Si cette parcelle le doit à son patrimoine archéologique, elle le doit également au fait que la Ville de Paris n’a pas les moyens, seule, de l’entretenir. Si certains projets envisagés ne feront pas l’unanimité au plan local (notamment une antenne de la fondation Maeght dans l’îlot Beauvais), il n’en reste pas moins que les années 1970 seront déterminantes pour la transformation des quartiers tels qu’ils apparaissent encore aujourd’hui. Mais les comités de soutien aux locataires expulsés durant ces années-là rappellent une fois encore aux autorités publiques que cette histoire s’inscrit en réalité dans un mouvement social séculaire de résistance des habitants à l’Autorité publique quel qu’elle soit. De même, elle est indispensable à l’historien pour saisir l’ensemble des éléments qui se sont peu à peu agrégés et sédimentés dans une histoire urbaine extrêmement complexe.

Faire l’histoire de l’îlot 16 parisien comme le propose Isabelle Backouche, c’est donc à la fois éclairer de manière extrêmement convaincante la complexité historique qui caractérise ces opérations de rénovation urbaine, mais également contribuer à faire l’histoire des populations urbaines qui, pendant trop longtemps, sont restées privées de voix à l’échelle de l’Histoire. Alors qu’aujourd’hui, les rues qui ont vu naguère se faire ces opérations n’en portent guère plus la trace, les autorités parisiennes seraient bien inspirées d’en rappeler l’existence aux passants qui ne voient dans ce secteur de Paris qu’étalage de luxes passés et présents.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *