Compte rendu: Matthieu Gillabert, Fanny Vaucher, Varsovie métropole. Histoire d’une capitale (1862 à nos jours), Les Editions Noir sur Blanc, CH-1003 Lausanne, 2016, 223 p. (Jean Lorcin)

Matthieu  Gillabert, Fanny Vaucher, Varsovie métropole. Histoire d’une capitale (1862 à nos jours), Les Editions Noir sur Blanc, CH-1003 Lausanne, 2016, 223 p. (Jean Lorcin)

Cette « promenade » (p. 7) historique et poétique, la grâce des dessins aidant,  par les rues de Varsovie est une invitation au voyage dans l’espace et dans le temps. Fruit de la collaboration entre deux Helvètes, Matthieu Gillabert, docteur en histoire contemporaine de l’université de Fribourg, et Fanny Vaucher, diplômée en lettres et en histoire de l’art, illustratrice, sous l’égide des éditions Noir sur Blanc, vouées aux études slaves, cette histoire d’une métropole s’ordonne par thèmes : « travailler et consommer » (p. 10), « Varsomobile » (p. 26), « habiter à Varsovie » (p. 44), « vivre sainement » (p. 63), « Varsovie gender » (p. 81), « détruire et reconstruire » (p. 99), « Varsovie la rouge ? » (p. 116), « Varshe, Varsovie en yiddish » (p. 143), « centre culturel en périphérie » (p. 168). On va ainsi tout uniment des boutiques à la mode des Terrasses d’or (p. 25), qui font oublier les queues de l’ère communiste (p. 18-19), à l’insurrection du ghetto en 1943 (p. 164), magnifiée par un ardent hommage graphique aux « résistantes et combattantes » (p. 162-163) : toutes les facettes d’une histoire urbaine sont visitées.

L’approche classique de l’historien se situe entre 1862, date de l’achèvement de la ligne de chemin de fer entre Varsovie et Saint-Pétersbourg, qui place la ville au centre de l’Europe et fait démarrer sa tardive industrialisation (p. 8), et nos jours. En revanche, la vision de la dessinatrice met en valeur les aspects les plus intimes de la vie urbaine, au ras du trottoir. Le choix du dessin n’est pas innocent. Il ne répond pas seulement au souci, légitime, d’échapper aux droits. C’est surtout le moyen d’éviter l’encombrement, d’autant plus risqué que l’on est au sein d’une grande ville animée, de l’image photographique, avec le flot des piétons sur les trottoirs, des voitures dans la rue, et plus largement la confusion des plans, des thèmes : il faut faire des choix entre les différents plans. Le dessin s’y prête tout naturellement. De surcroît, il illustre l’événement. Si la rencontre poétique au grand café où Witold Gombrowicz « pénétrait comme « dans une purée de pois brûlante » » (p. 172) – la fumée des cigarettes, ce qui a valeur de symbole – échappe à l’illustration, il n’en est pas de même de  la construction du « stade de la décennie » (p. 22-23) ou de  la fièvre des emplettes dans le grand magasin (p. 25). Le dessin complète même l’approche urbanistique de l’historien, la vision épurée des logements sociaux (p. 55-56), le quartier juif d’antan (p. 152-153), la reconstruction imaginaire d’une Varsovie réduite aux proportions d’une bourgade provinciale par l’Allemand, auteur des destructions de 1944 (p. 108) ou encore la monstrueuse érection, au centre de la ville, du gigantesque, pour l’époque, « doigt de Staline » (p. 127), le Palais de la Culture offert à une cité trop souvent récalcitrante par le maître de l’heure (p.130-131). On s’est efforcé, peut-être pour faire oublier cette antique dépendance, de noyer le gratte-ciel sous une nuée d’autres tours encore plus hautes.

C’est d’ailleurs à la dessinatrice que l’on doit également la carte des arrondissements de Varsovie, ainsi que celle du ghetto clôturé par les Allemands à partir de 1940 (p. 157). Cela illustre bien le parti pris de donner une vision pittoresque, au sens étymologique, plutôt que savante d’une ville suffisamment vouée au sérieux par son histoire tragique. C’est aussi le moyen de mettre à sa juste place une métropole de second rang, souligne à plusieurs reprises l’historien, entre les grandes capitales européennes, Paris, Berlin, Moscou (p. 8, 168).

En revanche, j’exprime le regret qu’un chapitre, en dépit d’une conclusion en forme de synthèse, n’ait pas été consacré aux différentes étapes du développement urbain, de la Vieille Ville, victime, semble-t-il, aux yeux de l’historien de la ville, de son confinement dans le rôle d’attraction touristique, depuis sa reconstruction délibérément à l’identique (p. 114), à la métropole moderne. Certes, l’auteur n’a pas fait mystère des étapes intermédiaires. Avant 1914, Varsovie, après l’échec de l’insurrection de 1863, est devenue une ville russe, marquée par sa colonisation religieuse par les tsars, avec l’édification en plein centre d’une véritable cathédrale orthodoxe (p. 104), inaugurée par le tsar Nicolas II (p. 169), et son enfermement dans des fortifications dont il ne reste pas traces. L’essor de l’Entre-deux-Guerres sous l’égide de Pilsudski est marqué par le recours aux plans d’avant-garde inspirés de la Charte d’Athènes sous l’égide de Le Corbusier (p. 196-197), avant l’impitoyable destruction consécutive aux deux insurrections, celle du ghetto en 1943, celle de la ville en 1944. La reconstruction de l’ère soviétique juxtapose la reconstruction à l’identique de la Vieille Ville et des palais de la Voie royale à la construction de logements sociaux pour les ouvriers des industries de la banlieue, Ursus, Praga, tout en ménageant nombre d’espaces verts, une des marques de la cité (p. 77-80). Après la chute du régime communiste en 1989, l’expansion démographique entraîne une nouvelle extension de l’espace urbain. Toutes ces étapes ont été envisagées. Mais l’historien semble avoir voulu s’en tenir à une histoire des représentations – « aimer Varsovie » (p. 208) – qui répond certes à l’orientation actuelle de l’histoire urbaine et de l’histoire en général, mais laisse dans le flou une vision proprement matérielle, qu’auraient pu matérialiser des cartes, de l’expansion de la ville.

En revanche, la place faite aux hommes – et surtout aux femmes ! – donne à cette promenade à travers les rues de Varsovie une tonalité quasi ludique. Témoin les images des Années folles (p. 174), des plages de la Vistule (p. 75-76) ou encore de cette grave conversation entre deux étudiants sur le thème du cinéma occidental – aimez-vous « Hiroshima mon amour » ? – après la relative détente qui a suivi le retour au pouvoir de Gomulka en 1956 (p. 202).

Ces remarques ne font que souligner l’intérêt d’une étude passionnée et amicale d’une ville d’Europe emblématique du destin de tout un continent où elle occupe une position dangereusement centrale.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *