Compte rendu : Matthieu Scherman, Familles et travail à Trévise à la fin du Moyen Âge (vers 1434-vers 1509), Rome, École française de Rome, BEFAR n°358, 2013, 684 p. (Diane Chamboduc de Saint Pulgent)

Matthieu Scherman, Familles et travail à Trévise à la fin du Moyen Âge (vers 1434-vers 1509), Rome, École française de Rome, BEFAR n°358, 2013, 684 p. (Diane Chamboduc de Saint Pulgent)

L’ouvrage Familles et travail à Trévise à la fin du Moyen Âge (vers 1434-vers 1509), écrit par Matthieu Scherman et paru en 2013, est la publication de sa thèse d’histoire sociale et économique, soutenue en 2007 sous la direction de Mathieu Arnoux. S’inscrivant dans le courant en plein renouveau de l’histoire du travail médiéval, le livre se distingue par le fait qu’il s’intéresse à l’organisation de ce dernier à l’échelle d’une ville tout entière, en privilégiant le cadre familial plutôt que celui de l’entreprise ou de l’atelier, et qu’il envisage le travail comme l’un des principaux fondements des sociétés anciennes.

Le livre se décompose en sept chapitres qu’il est possible de regrouper en trois temps. Les deux chapitres liminaires permettent en effet de définir l’objet de la thèse à partir des archives utilisées. Le premier présente la source exceptionnelle sur laquelle s’appuie principalement l’étude : une série de neuf estimi, dont huit arrivés à leur terme, produits par la ville de Trévise entre 1434 et 1499, pour faciliter le prélèvement de ses impôts. Le deuxième chapitre se penche, lui, sur la définition du travail, analysé sous l’angle des représentations qu’en ont les différents acteurs trévisans, des parcours professionnels individuels et familiaux ainsi que des marchés du travail organisant l’économie de Trévise à la fin du Moyen Âge.

Un deuxième moment, regroupant les deux chapitres suivants et axé sur l’étude du travail trévisan, permet d’entrer dans le vif du sujet. Le troisième chapitre se présente en effet comme un classement des acteurs et des entreprises de la ville, à partir de catégories comme celles de travailleurs indépendants, subordonnés ou non qualifiés, déjà utilisées pour d’autres localités comme Florence (notamment dans F. Franceschi, Oltre il « Tumulto ». I lavoratori fiorentini dell’Arte della Lana fra Tre et Quattrocento) mais nuancées grâce à la richesse des informations transmises par les estimi. La question de la division sexuée du travail et celle des rémunérations sont également abordées dans ce passage, qui met la notion de dépendance au centre de sa réflexion, dans la droite ligne des travaux d’Alessandro Stella (Les dépendances au travail, dans Médiévales, n°30). La mise en valeur de l’hétérogénéité caractérisant aussi bien les différentes catégories de travailleurs trévisans que leurs rémunérations est sans doute l’apport principal de cette réflexion. Le quatrième chapitre s’intéresse, lui, au travail comme entreprise familiale, justifiant ainsi le titre de l’ouvrage. L’ensemble des manières dont s’organise l’activité professionnelle au sein des parentèles est analysé, de la pluriactivité familiale permettant la diversification des sources de revenus dans les foyers les plus fragiles à l’emploi de la totalité des membres de la famille dans l’entreprise parentale chez les plus dynamiques. Dans tous les cas, la famille populaire médiévale apparaît marquée par le fait que l’ensemble des membres du foyer y travaille, d’où l’idée que même s’il n’y a pas forcément d’équivalence entre l’entreprise et le groupe familial, le travail n’en reste pas moins une entreprise familiale.

Enfin, un dernier temps semble regrouper les trois chapitres finaux en une réflexion plus générale sur la vie économique et sociale de Trévise à la fin du xve siècle, centrée sur les populares. Le cinquième chapitre se présente ainsi comme la synthèse des principales informations proposées par les estimi. Différents tableaux socio-économiques de la ville sont proposés, brassant des thématiques variées comme la hiérarchie des activités économiques (le monde productif urbain étant dominé par des entreprises commerciales comme celles des merciers et des entrepreneurs du textile, tandis que les activités manuelles se trouvent, sans surprise, en bas de l’échelle) ou encore le paysage immobilier urbain (qui aboutit au constat du caractère majoritaire de la location, mais aussi à la mise en valeur du fait que la résidence dans les quartiers centraux de la ville est un signe de réussite sociale). Sont également abordées l’importance et la diffusion du crédit (les plus endettés étant, comme ailleurs, ceux détenant le plus de créances, les plus pauvres restant au contraire plutôt à l’écart du marché de crédit), l’alphabétisation et l’éducation de la population (en lien avec la nécessité de tenir ses comptes, du fait du recours massif à l’endettement) ou encore la conjoncture économique (le deuxième tiers et la fin du xve siècle étant marqués par des difficultés à Trévise, comme dans une bonne partie de l’Europe occidentale).

Le sixième chapitre de l’ouvrage renouvelle, lui, de manière originale la thématique de l’assistance, en montrant comment le travail est, à la fin du Moyen Âge, au cœur des mesures de protection des populations les plus fragiles. C’est un véritable système d’assurance qui est ainsi décrit, Matthieu Scherman partant du constat que l’insertion professionnelle donne accès, en cas de coup dur, aussi bien au soutien charitable des proches ou des voisins qu’à la protection de la ville, cette dernière passant notamment par l’ouverture dans l’administration urbaine de postes destinés aux travailleurs pauvres. Dans les familles, l’emploi de parents désargentés ou l’accueil de leur progéniture en apprentissage servent également à aider les plus fragiles. Si ces mesures peuvent être retrouvées dans nombre de villes italiennes de la même époque, le caractère novateur de l’analyse réside dans le fait que Matthieu Sherman les envisage comme fonctionnant en système, à la manière des assurances sociales contemporaines, l’ensemble de ces pratiques constituant autant de filets de sécurité permettant à ceux ayant contribué par leur travail à la richesse collective d’éviter les pires effets de la pauvreté, notamment son caractère désocialisant. Ce chapitre renouvelle ainsi en profondeur l’étude de l’assistance portée aux pauvres à la fin du Moyen Âge, en partant du témoignage de ces derniers plutôt que des archives des grandes institutions charitables qu’étaient les hôpitaux ou les confréries (dont l’étude est également en plein renouveau, comme en témoigne l’ouvrage collectif dirigé par Pascal Montaubin, Hôpitaux et maladreries au Moyen Âge : espace et environnement). C’est à la pauvreté banale, le plus souvent laborieuse, de personnes encore intégrées dans la ville que s’intéresse l’auteur, plutôt qu’à la misère et à la mendicité, qui ont jusqu’à présent retenu l’attention de la plupart des historiens, depuis les travaux fondateurs de Michel Mollat (Les pauvres au Moyen Âge, étude sociale) et Bronislaw Geremek (La Potence ou la pitié, l’Europe et les pauvres du Moyen Âge à nos jours ). Pour Matthieu Scherman, l’action conjointe de la ville, des familles, des voisins mais aussi des institutions ecclésiastiques ou encore des grandes entreprises trévisanes permet d’éviter la désaffiliation des populations les plus fragiles et donc de préserver la cohésion sociale malgré les inégalités, à un moment où les difficultés économiques se multiplient. On regrettera simplement l’apparente absence de réflexion consciente sur ce point dans les archives trévisanes, qui aurait pu corroborer le caractère systémique des mesures décrites.

Enfin, le septième chapitre s’intéresse à l’insertion de Trévise dans l’économie régionale, à la fois pour revisiter la question classique des rapports entre ville et campagne et pour renverser la perspective des rapports de Trévise avec Venise. Comme le dit l’auteur lui-même, l’objectif est de changer de paradigme, en passant de la problématique traditionnelle de la dépendance de la petite ville vis-à-vis de sa puissance tutélaire à celle de l’interpénétration de leurs territoires et réseaux d’échanges. L’ensemble est complété par nombre d’annexes fort utiles, constituées de cartes, de tableaux statistiques mais aussi de transcriptions de certaines déclarations fiscales ou encore de la reconstitution du fonctionnement de la mercerie Montona, l’une des entreprises les plus dynamiques de la ville.

L’originalité et l’importance de ce travail tiennent à plusieurs éléments. Le premier réside dans la nature de la source au cœur de l’ouvrage. Les estimi de Trévise fournissent foule de détails concrets sur la population urbaine, y compris celle trop pauvre pour pouvoir payer des impôts. Ces informations sont d’autant plus intéressantes que les estimi s’appuient sur des auto-déclarations fournies par les Trévisans, dont une bonne partie semble avoir été rédigée de la main même des déclarants, pour répondre aux exigences fiscales des autorités urbaines bien sûr, mais aussi pour donner à entendre le récit, souvent plaintif, de leurs parcours de vie, tranchant là avec l’écrasante majorité des sources médiévales, rédigées par et pour les élites. Les données portent aussi bien sur la structure des foyers, sur les modalités et la rémunération du travail que sur les divers accidents de la vie frappant les individus. Elles permettent à Matthieu Scherman de mener des études synchroniques comme diachroniques sur la vie socio-économique trévisane, à un niveau aussi bien individuel que collectif. Ainsi est-il autant en mesure d’identifier, à l’échelle du xve siècle, les secteurs productifs les plus dynamiques, permettant l’enrichissement et l’élévation sociale les plus rapides, que de détailler le parcours tortueux du fripier Firmian, que l’on découvre propriétaire cossu, à la tête d’une boutique dynamique, en 1434, mais que l’on voit obligé de recourir à la générosité de ses voisins dès 1441, pour faire face aux difficultés dues à sa cécité récente. Dans l’Italie du xve siècle, seul le catasto florentin de 1427, étudié par Christine Klapisch-Zuber et David Herlihy (Les Toscans et leurs familles. Une étude du Catasto florentin de 1427), semble offrir une richesse de détails équivalente, mais, à la différence des estimi trévisans, il s’agit d’un unicum, qui ne peut être confronté à d’autres documents du même type et ne permet donc pas d’étudier sur la moyenne durée la vie économique et sociale de la Cité du Lys.

L’accumulation de ces cas concrets permet à Matthieu Scherman de mettre au jour des trajectoires individuelles et familiales dont l’étude vient nourrir le propos sur la mobilité sociale, un des axes majeurs du renouveau actuel de l’histoire socio-économique médiévale, depuis les travaux de Sandro Carocci menés dans le cadre du programme sur « la conjoncture de 1300 » (La mobilità sociale nel medioevo : rappresentazioni, canali, protagonisti, metodi d’indagine, 2010). Force est de constater toutefois que, même si l’auteur est en mesure de percevoir les retournements de la conjoncture économique trévisane, son analyse de la mobilité sociale se fait essentiellement au niveau des individus et des familles, plutôt qu’à celui des structures d’ensemble de la société. Il insiste au contraire sur la grande stabilité des activités les plus rémunératrices, au premier rang desquelles nous trouvons, comme nous l’avons dit, les entreprises textiles, les merceries, les épiceries ou encore les tanneries. S’il souligne le développement apparent du secteur de la bonneterie à la fin du xve, il constate à l’inverse le repli des fripiers et, plus généralement, la baisse de la rentabilité et donc du nombre des investissements dans le secteur textile à ce moment-là. Toutefois, la mise au jour de ces évolutions, il est vrai modérées et relatives, ne s’accompagne pas vraiment d’une réflexion sur les conséquences que ces transformations de l’économie urbaine ont pu avoir sur la société trévisane. Dès le deuxième chapitre pourtant, l’auteur soulignait à la fois le mépris, de plus en plus visible au cours du xve siècle, des élites urbaines à l’égard des activités manuelles et le fait qu’à la fin de la période les plus riches populares avaient tendance à délaisser les gains tirés de la gestion directe des activités de commercialisation et de production au profit des revenus issus des rentes, de manière à échapper au stigmate attaché auxdites activités manuelles. La question de savoir comment cette reconversion économique des élites populaires a pu se traduire en termes de mobilité sociale collective aurait pu donner lieu à plus de développements.

Le deuxième élément qui fait l’originalité de cet ouvrage tient à la ville choisie comme cadre d’étude. Trévise, à la fin du Moyen Âge, n’est pas une ville importante d’Italie. Elle est sous la domination de Venise. Sa population est peu nombreuse (un peu plus de 10 000 habitants) et la ville ne bénéficie d’aucune spécialisation industrielle, comme en témoigne la hiérarchie de ses acteurs économiques. Les merciers, qui dominent le monde productif trévisan, sont en effet loin de jouer les premiers rôles dans les plus grandes villes de la péninsule. Or, la plupart des ouvrages sur le travail en milieu urbain se sont concentrés, jusqu’à aujourd’hui, soit sur des régions particulièrement insérées dans le monde productif médiéval, comme les grandes villes textiles d’Italie ou de Flandres (F. Franceschi, Oltre il « Tumulto »., op. cit ; M. Boone, W. Prevenier (dir.), La draperie ancienne des Pays-Bas : débouchés et stratégies de survie), soit sur des secteurs d’activité précis, dont le textile évidemment mais aussi les mines, la construction ou encore la métallurgie (P. Braunstein, Travail et entreprise au Moyen Âge, P. Bernardi, Bâtir au Moyen Âge), soit enfin sur des moments paroxystiques de l’histoire des travailleurs médiévaux comme les révoltes des Ciompi florentins, siennois et autres ongles bleus (M. Mollat, P. Wolff, Ongles bleus, Jacques et Ciompi. Les révolutions populaires en Europe aux xive et xve siècles ; A. Stella, La révolte des Ciompi : les hommes, les lieux, le travail ; F. Franceschi, « …E seremo tutti ricchi ». Lavoro, mobilità sociale e conflitti nelle città dell’Italia medievale). L’étude de Matthieu Scherman permet donc de combler en partie un vide historiographique important, puisqu’elle met au contraire au cœur de son propos l’organisation et le fonctionnement normal d’un monde productif ordinaire, presque banal.

La richesse des cas concrets, appuyée sur des analyses quantitatives, de même que l’ampleur des thématiques abordées font de cet ouvrage, plus qu’une thèse sur le travail, une histoire socio-économique des populares trévisans, terme que l’auteur entend comme regroupant l’ensemble de ceux vivant des revenus des activités de la production, des échanges et des services, soit l’écrasante majorité de la population. Une telle définition souligne l’importance fondamentale accordée, aussi bien par les sources que par Matthieu Scherman, au travail dans la définition de l’identité sociale, importance d’autant plus grande, d’après l’auteur, que l’individu appartient à une couche sociale défavorisée (à l’exception notable des femmes). Le travail tient toutefois une place ambiguë dans les sociétés anciennes : il peut être valorisé et source d’une représentation positive de soi, quand il est associé à des compétences rares. Il est toutefois le plus souvent attaché au manque, en particulier de biens immobiliers : alors que, dans les sources, l’industria est source d’incertitude et de précarité, les biens fonciers et les rentes sont liés, dans l’esprit de la plupart des acteurs économiques, à la stabilité et à la sécurité. Ainsi que l’a évoqué Matthieu Scherman lui-même, cette ambigüité existe toujours aujourd’hui. Comme ont pu le montrer Hélène Garner, Dominique Méda et Claudia Senik en 2006 en effet (« La place du travail dans l’identité », dans Données sociales, cité par Matthieu Scherman p. 82), dans la France contemporaine, les individus ont d’autant plus de chance de citer le travail comme premier critère de définition de leur identité qu’ils sont en activité (donc ni à la retraite ni sans emploi), qu’ils ont fait des études, qu’ils appartiennent à la tranche des 10% ayant les revenus les plus élevés, qu’ils font partie des cadres, des indépendants ou des professions intellectuelles supérieures et qu’ils n’ont pas d’enfants jeunes. À l’inverse, les professions intermédiaires, les ouvriers, les employés et les femmes avec jeunes enfants ont tendance à relativiser l’importance du travail et sa place dans la définition de leur identité. Pour autant, en 1997, Christian Baudelot et Michel Gollac remarquaient que «  ce sont les catégories dont les conditions de travail sont les plus pénibles, les rémunérations les plus faibles et les risques de chômage les plus forts qui font du travail l’une des conditions essentielles du bonheur » (« Faut‑il travailler pour être heureux ? », dans INSEE Première, n°560, cité par Matthieu Scherman p. 95). Outre cette question de l’ambigüité de la place du travail dans la définition des identités sociales, l’étude de Matthieu Scherman, riche et foisonnante, met en valeur l’hétérogénéité de ces milieux populaires, marqués par de profondes disparités socio-économiques, mais envisage peu les rapports qu’ils entretiennent avec le reste de la société trévisane et n’interroge pas vraiment leur rôle politique.

Les éléments les plus originaux de ce travail restent l’étude du système d’assurance sociale mis en place à la fin du Moyen Âge, dont nous avons déjà parlé plus haut, et celle du marché du travail trévisan. Ce dernier est visible, notamment, dans l’existence de grilles salariales. De même, les données sérielles fournies par les estimi permettent de confirmer le fait que l’âge et la qualification des travailleurs font varier la durée et donc la rémunération des contrats, témoignant de la rationalité économique des différents acteurs à l’œuvre dans la conclusion de ces transactions. Il y a sans doute là un effet de sources : le fait que Matthieu Scherman n’ait pas utilisé la documentation produite par les métiers lui a probablement permis de se détacher des problématiques plus classiques de la hiérarchisation des statuts professionnels par les organisations corporatives et de l’influence de ces dernières sur l’employabilité et la rétribution des différents travailleurs. À la place, il analyse le marché du travail trévisan ainsi que le calcul des rémunérations en termes d’offre et de demande, ou encore de disponibilité des différentes compétences. Seul le travail féminin reste difficile à analyser d’après l’auteur, car il est peu visible dans les archives. Si la notion de marché du travail est aujourd’hui de plus en plus utilisée dans l’histoire économique médiévale, grâce, notamment, à la multiplication des travaux sur le salariat (P. Beck, P. Bernardi, L. Feller (dir.), Rémunérer le travail au Moyen Âge. Pour une histoire sociale du salariat), il faut souligner le caractère précurseur de ce thème au moment où Matthieu Scherman rédigeait sa thèse. Ainsi, Giuliano Pinto, dans sa synthèse historiographique sur le salariat dans l’Italie de la fin du Moyen Âge, soulignait-il encore en 2014 que les études portant sur la pensée du travail entre le xiiie et le xve siècle insistaient toutes sur la permanence de la conception thomiste du travail et des droits des salariés. Il mettait en lumière le décalage entre cet immobilisme théorique jusqu’à sa remise en cause par Calvin au xvie siècle et les pratiques économiques, beaucoup moins étudiées, dont Giuliano Pinto soulignait lui‑même que, dès le xve siècle, elles modulaient le salaire versé en fonction des compétences et de l’habilité des travailleurs salariés, révélant bien, même si ce terme est absent de son article, l’existence de marchés du travail dans les villes italiennes de la fin du Moyen Âge (G. Pinto, « Salaire et salariat dans l’Italie du bas Moyen Âge », dans Rémunérer le travail au Moyen Âge., op. cit.). Sur ce point, les recherches de Matthieu Scherman s’inscrivent dans le courant plus large de redécouverte des rationalités économiques propres aux acteurs médiévaux, qui a notamment conduit Laurent Feller et Chris Wickham à avancer, dès 2005, le concept, plutôt polémique à l’époque, de marché de la terre pour expliquer les transactions foncières médiévales (Le marché de la terre au Moyen Âge). Sans doute parce que ses sources ne lui en permettaient pas l’étude, Matthieu Scherman s’attarde en revanche peu sur la question de l’évaluation de la juste rémunération par les acteurs économiques trévisans ainsi que sur l’économie morale dont témoigneraient leurs déclarations fiscales.

À la suite de la lecture de cet ouvrage passionnant, le lecteur ne pourra que regretter ce que l’auteur souligne lui-même : l’absence d’une réflexion sur les conflits du travail, liée au silence des estimi sur ce thème. Une consultation des archives judiciaires ou des registres produits par les métiers aurait pu être utile. Enfin, sur un plan plus technique, les annexes abondantes de l’ouvrage auraient pu être complétées par un lexique des métiers, tels qu’ils sont désignés dans les sources (nous trouvons à la place des listes traduites). L’index aurait, lui, pu être enrichi d’entrées par métier, utiles pour qui s’intéresserait à un groupe professionnel particulier. Aucune de ces remarques ne vient toutefois remettre en cause la profonde originalité et le grand intérêt du travail de Matthieu Scherman.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *