Compte rendu : Shane Ewen, What is Urban History?, Cambridge, UK; Malden, MA, Polity, 2015 (Jean-Luc Pinol)

Shane Ewen, What is Urban History?, Cambridge, UK; Malden, MA, Polity, 2015, 184 p., ISBN: 9780745652686 (Jean-Luc Pinol)

 

L’ouvrage de Shane Ewen, de dimensions modestes, se veut une sorte de guide contemporain d’un champ de recherche. L’ouvrage est consacré aux recherches urbaines menées depuis la fin de l’époque moderne, soit les recherches consacrées aux villes au cours des 300 dernières années. Shane Ewen revendique la brièveté de son ouvrage – 128 pages de texte – pour expliquer l’absence d’exhaustivité. Comment pourrait-il en être autrement alors que la revue Urban History, recense, chaque année, plus d’un millier de références ? L’ouvrage suit les débats historiographiques qui ont façonné l’histoire urbaine au cours des dernières décennies. Soulignant le tournant observable, comme dans d’autres domaines de l’histoire, de l’économique et du social vers le culturel, l’auteur dit ne pas avoir souhaité développer la présentation d’ouvrages d’histoire urbaine marqués au sceau de l’économie ou de la démographie et pour approfondir ces aspects, il renvoie aux ouvrages de Richard Rodger, David Reeder ou Paul Bairoch.

Le premier chapitre explore le développement de l’histoire urbaine comme phénomène interdisciplinaire. S’il accorde une place importante aux recherches et à la structuration du champ par James Dyos qui occupa, dès 1973, la première chaire de professeur d’histoire urbaine à Leicester, il mentionne à peine la « new urban history » (p. 20) qui mobilisa tant de recherches en Amérique du Nord, et pas même l’ouvrage emblématique de Stephan Thernstrom publié par les presses de Harvard, Poverty and Progress Social Mobility in a Nineteenth City, réédité 13 fois depuis 1980… On pourrait arguer qu’il ne s’agit pas d’histoire urbaine, mais d’histoire sociale dans un cadre urbain, mais ce n’est pas ainsi que le leadership de Thernstrom était alors perçu outre-Atlantique et cela aurait, pour le moins, mérité quelques explications supplémentaires.

Quoi qu’il en soit, le choix d’aborder l’histoire urbaine dans un espace quasi-mondial, non limité à l’Europe ou à l’Amérique du Nord, est un choix judicieux. Plus d’une centaine de villes sont mentionnées dans l’index général de l’ouvrage. Sous l’intitulé « cities and towns as objects for studies » (p. 160-162) les villes s’égrènent d’Abu-Dhabi à Washington, en passant par Buenos Aires, Francfort ou Seoul/Injon. Les noms les plus mentionnés sont cependant New York, Londres, Paris, Manchester, Berlin ou Chicago mais plusieurs ouvrages et articles sur Shanghai, Nanjing,  Bombay/Mumbay, Lourenço Marques/Maputo, Rio de Janeiro ou Sydney  sont cités.

Un des chapitres le plus convaincants de l’ouvrage est celui consacré aux villes et à l’histoire de l’environnement. Shane Ewen y suit l’argumentation de Martin Melosi, Joel Tarr et Christine Meiner Rosen qui font de l’environnement bâti non pas un élément marginal de l’histoire de l’environnement mais un élément central. Il reprend leur démonstration sur Chicago et l’impact de son empreinte environnementale sur le Midwest (p. 79-81). Le grand incendie de 1871 n’est pas sans lien avec les pratiques du boosterism, phénomène caractéristique des villes américaines qui mêle intérêt financier et rhétorique enthousiaste sur l’avenir d’une ville. Profitant de l’incendie, les promoteurs immobiliers bannissent les bâtiments en bois qui constituaient la part principale du bâti urbain depuis la fondation de la ville au début des années 1830. L’une des conséquences de l’incendie est  la naissance des gratte-ciel qui permettent de mieux optimiser les prix du sol urbain. En même temps que l’incendie de Chicago (8-10 octobre 1871), un immense feu de forêt dévasta le Wisconsin et les victimes y furent bien plus nombreuses que sur les bords du lac Michigan, mais la mémoire collective ne s’est souvenue que de l’incendie urbain. L’étude de mutations environnementales dans une ville impose l’analyse des politiques publiques, celle des tensions entre entreprises privées et financement municipal et nécessite la compréhension des règles de sécurité mises en place ou celle du contrôle des usages du sol urbain.

Dans le chapitre sur le gouvernement des villes, l’auteur s’attache à souligner l’importance de la colonisation en évoquant les « études longitudinales » qui ont révélé les interactions entre réseaux formels et informels ainsi que la circulation des connaissances dans le maintien de la cohésion sociale dans les villes en croissance rapide (p. 67). Au delà des thématiques déjà mentionnées, les différents chapitres de l’ouvrage portent sur Villes, espaces et identités, les cultures urbaines et la modernité ou l’histoire urbaine transnationale… L’ouvrage est un bon guide mais il présente néanmoins quelques limites. Les recherches évoquées sont toutes des recherches anglophones et on chercherait en vain des références aux ouvrages ou articles allemands, espagnols, italiens ou, bien sûr, français. Pourtant, en raison des ambitions comparatives de l’ouvrage, il aurait été pertinent de consulter, par exemple, L’aventure des mots de la Ville à travers le temps, les langues, les sociétés, ouvrage paru chez Robert Laffont en 2010 et que les lecteurs d’histoire urbaine connaissent bien.  Shane Ewen aurait ainsi pu bénéficier d’analyses fines sur des termes importants comme slums et sur leurs équivalents dans d’autres langues comme basso (italien), cortiço (portugais), taudis, truscoba (russe). Le lecteur (français) sera aussi surpris des chiffres de population annoncés pour Paris à la fin du XIXe siècle dès l’entrée en matière (p. 5). Il y est affirmé que Paris compte alors 3,33 millions d’habitants ! Il s’agit bien sûr de la population du département de la Seine en 1896 et non de celle de Paris… La question des limites administratives et de leur impact sur la croissance urbaine apparente avait bien été soulignée par Georges Dupeux, dès 1981, dans son Atlas historique de l’urbanisation de la France.

Si Shane Ewen analyse le tournant linguistique, le tournant culturel ou le tournant transnational et leurs impacts sur l’histoire urbaine, il ne mentionne même pas et a fortiori n’analyse pas les conséquences du tournant spatial pourtant au cœur de nombreuses réflexions (voir Bodenhamer David, Corrigan John, Harris Trevor (eds.) The Spatial Humanities : GIS and the Future of Humanities Scholarship, Indiana Press, 2010).  Et partant, bien que le mot « espace » soit omniprésent sous sa plume, il ne montre aucunement comment les Digital Humanities impactent l’analyse de l’espace urbain. Il est étonnant, par exemple, que le site Vision of Britain through Time, qui permet de comparer des cartes à différentes périodes et à différentes échelles ne soit pas mentionné. Et pas davantage Virtual Shanghai (http://www.virtualshanghai.net/) bien que l’histoire de Shanghai soit plusieurs fois évoquée par Shane Ewen. Ignoré aussi l’excellent site sur Paris construit à partir du géoréférencement du « Plan Vasserot » dans les premières décennies du XIXe siècle qui a permis d’approfondir nos connaissances sur la vie urbaine depuis la période médiévale aux transformations haussmanniennes (http://alpage.huma-num.fr/fr/) ou l’ambitieux Spatial History Project de l’université de Stanford qui va bien au delà de l’histoire urbaine mais qui, en ce domaine, permet d’étudier l’évolution du ghetto de Budapest pendant la seconde guerre mondiale ou la manière dont la ville de San Francisco traite le monde animal au XIXe siècle. Et l’on pourrait aussi, bien sûr, évoquer, le projet Venice Time Machine sur lequel travaille le Digital Lab de l’Ecole polytechnique de Lausanne…

Aujourd’hui, toutes les grandes villes sont gérées grâce à des Systèmes d’Information Géographique. Les services urbains les utilisent pour coordonner les différents réseaux urbains, pour surveiller la plantation, la santé ou la taille des arbres, pour mesurer les degrés de pollution ou pour cartographier les types de logements ou pour localiser les ruches. Á Genève, par exemple, les habitants peuvent accéder à plus de 650 couches d’information et les professionnels ont accès à bien plus de données pour les aider dans leurs activités. Bref, les bases de données spatiales font partie intégrante de la gestion urbaine. C’est en s’appuyant sur ce type de données que les historiens néerlandais Reinout Rutte and Jaap Evert Abrahamse ont construit l’Atlas of the Dutch Urban Landscape, a Millennium of Spatial Development published (Bussum, TOTH publishers, 2016) afin de suivre le développement de 35 villes des Pays-Bas, soulignant par là même l’impact de ces technologies sur les manières de faire de l’histoire urbaine.

Pour le voyageur des territoires de l’urbain, l’ouvrage de Shane Ewen, What is Urban History? est un bon guide de voyage, vivant et précis, mais comme beaucoup de guides touristiques, il ne s’intéresse qu’à une partie de l’espace urbain – combien de guides londoniens ne fournissent pas d’informations et même de cartes pour les territoires de l’East End ? Il est pourtant possible que les futurs de l’histoire urbaine soient en train de se construire dans ces quartiers ignorés.


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *