Compte rendu: Sylvie Brépoix : Une cité et son territoire, Besançon , 1391, l’affaire des fourches patibulaires, Presses Universitaires de Franche-Comté, Annales Littéraires de l’Université de Besançon n°871, Cahiers d’Etudes comtoises n° 71 (Marie-Thérèse Lorcin)

Sylvie Brépoix : Une cité et son territoire, Besançon , 1391, l’affaire des fourches patibulaires, Presses Universitaires de Franche-Comté, Annales Littéraires de l’Université de Besançon n°871, Cahiers d’Etudes comtoises n° 71, diffusion CiD, ISBN : 2-84867-2953.

L’affaire des fourches patibulaires est un incident local qui donna lieu à une procédure judiciaire relatée dans un rouleau de parchemin long de 32 mètres. Le travail de S.B. « se veut avant tout une édition de sources » (p. 19). Le texte et ses annexes sont en effet analysés et transcrits p. 103 à 253, l’élément essentiel étant formé par les dépositions de 99 témoins venus de Besançon et des villages environnants. Témoins issus des milieux les plus divers, du chanoine au berger, du chevalier au paysan taillable et mainmortable. On ne sait quelle fut l’issue du procès, mais les enjeux de ce dernier dépassent ceux d’une simple affaire de bornage

L’étude que fait Sylvie Brépoix des documents conservés est un modèle d’analyse croisant divers thèmes de recherche en faveur depuis quelques décennies : la formation de l’Etat princier, mais ici au contact du royaume et de l’Empire ; le rôle consolidé des villes moyennes sur le modèle des cités d’outre-Rhin ; l’imbrication des structures politiques et judiciaires avec les structures ecclésiastiques ; l’effort accompli  pour donner à une banlieue des limites reconnues ; le contrôle par la ville  de l’exploitation du sol et du sous-sol dans une zone proche, mais sujette à d’incessants bouleversements. Toutes questions qui concernent l’histoire rurale aussi bien que l’histoire urbaine. L’auteur réussit à simplifier une situation de prime abord confuse. Des schémas et cartes clairs, un style concis. Le conflit est expliqué en quatre chapitres : Besançon à la fin du XIVe siècle, l’affaire des fourches, le territoire de Besançon, la justice dans la banlieue.

La ville d’Empire enclavée dans les possessions du duc-comte de Bourgogne jouissait de franchises  anciennes et, depuis 1386, du traité de garde conclu entre Philippe le Hardi et les représentants des citoyens de Besançon. Le gardien résidait à Châtillon, châtellenie comtale la plus proche. Or à la Noël 1390 les sergents du châtelain érigèrent des fourches patibulaires, symbole évident de la haute justice, au lieu dit les Lavières, une carrière de pierres située au N-O entre la ville et l’ancien village de Valentin. Cela à 3 km des murailles de la cité, donc en pleine banlieue.

Ce n’était pas la première tentative des officiers comtaux.  La ville porta l’affaire devant la justice, celle du comte-duc comme il se doit. Les actes conservés constituent un bon exemple de la procédure inquisitoire devenue la norme depuis le XIIIe siècle, où l’interrogatoire des témoins et l’examen des preuves écrites sont l’essentiel.

Les 99 témoins sont classés en un tableau  indiquant noms, prénoms, lieu de résidence, âge, mémoire, condition et statut. Les laïcs en effet se disent « homme «  de l’archevêque, du seigneur untel, du chapitre, etc. Des schémas résument la part des hommes francs et des hommes de statut servile qui comporte plusieurs degrés. Parmi ces témoins ne figurent que quatre habitants de Besançon, sans doute parce que les citoyens « avaient trop d’intérêts dans cette affaire » et un seul de Châtillon. Très peu de nobles : neuf seulement, mais 18 ecclésiastiques. La majorité des personnes sont des paysans, bien que le texte, selon l’usage, ne le précise pas. Aucune femme, et une majorité de vieux. La moyenne d’âge s’élève en effet à 55 ans, ce qui reflète sans doute mal la composition de la population.

Les enjeux  économiques du procès sont mis en lumière par l’étude du territoire de Besançon. La banlieue, d’après un document de 1308, est la zone où s’exerce le pouvoir de la commune et s’étend sur une largeur d’une lieue, soit 4 km. Les témoins en parlent avant tout comme de l’espace où ils exercent une activité, quotidienne ou non : envoyer les bêtes pâturer, soigner les vignes, cultiver des champs labourés, et surtout aller s’approvisionner en pierres à bâtir dans les carrières de laves, en bois de chauffage ou de construction dans les bosquets et dans la forêt de Chailluz au Nord. Ces deux dernières activités sont soumises à autorisation. Les contrevenants sont gagés : leurs bêtes de trait et charrettes sont saisis. Incidents relatés avec un luxe de détails qui montre à quel point le souvenir en reste vivace. Les témoins ont des notions plus confuses en ce qui concerne les limites de juridiction. Cependant ils sont unanimes à déclarer que le village de Valentin fait partie de la paroisse de la Madeleine de Besançon : les habitants viennent y entendre la messe du dimanche et recevoir les sacrements.

Toute la procédure est rédigée en français. Comme toujours dans ces enquêtes s’oppose la manière anecdotique de la majorité des déposants laïcs et la manière plus élaborée des hommes d’Eglise et des nobles. Ces derniers sont les seuls à désigner les limites de juridictions par une liste de lieux remarquables. Les paysans en revanche donnent des détails extrêmement  précis sur le ban des vendanges et son application.

Le pittoresque de certaines dépositions ne doit pas  masquer l’essentiel : Sylvie Brépoix expose avec rigueur les enjeux économiques et les dessous politiques d’un procès né d’un incident local.

 


Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

More Posts

Stéphane Frioux

Maître de conférences en histoire contemporaine, université Lyon 2 Chercheur au LARHRA, UMR CNRS 5190

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *